NFL: Manning nie avoir utilisé des hormones de croissance

Selon un reportage diffusé par la chaîne Al-Jazeera,... (AP)

Agrandir

Selon un reportage diffusé par la chaîne Al-Jazeera, Peyton Manning aurait utilisé des hormones de croissance en 2011, alors qu'il était le quart-arrière des Colts d'Indianapolis.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Englewood

Peyton Manning nie avec véhémence avoir utilisé des hormones de croissance lors de sa réhabilitation d'une blessure au cou en 2011, comme le rapporte la chaîne Al-Jazeera dans un reportage diffusé dimanche.

Le quart-arrière des Broncos de Denver, qui était à l'époque avec les Colts d'Indianapolis, se serait procuré les produits interdits avec l'aide de sa femme.

Manning a furieusement nié au réseau ESPN avoir utilisé des hormones de croissance lors de sa rééducation après une opération au cou en 2011, dimanche, quelques heures avant la diffusion prévue du reportage.

Il a dit n'avoir jamais utilisé d'hormones de croissance et a sévèrement critiqué le reportage qui rapporte que les substances en question étaient envoyées à sa femme Ashley.

«Je ne peux pas parler pour les autres athlètes. Je sais ce que j'ai fait, je sais à quel point j'ai travaillé fort durant ma carrière de 18 saisons dans la NFL, a-t-il déclaré. On ne peut pas tourner les coins ronds dans la NFL. J'ai pris le chemin le plus long et le plus dur. Le fait d'insinuer le contraire est une vraie farce, c'est de la diffamation et ça me dérange beaucoup.»

Les allégations seront mises en lumière dans une enquête de la chaîne Al-Jazeera sur le dopage dans le monde du sport qui a été partagée à l'avance avec le Huffington Post.

Le reportage soutient que Manning aurait reçu des hormones de croissance d'une clinique «anti-âge» en 2011 alors qu'il était toujours avec les Colts.

On y apprend que le médicament, qui était banni par la NFL dans la convention collective de 2011, lui aurait été fourni par sa femme Ashley pour faire en sorte que le nom du quart ne soit jamais associé à cette affaire.

Charles Sly, un ancien stagiaire au Guyer Institute, s'est rétracté après avoir affirmé que Manning avait utilisé des hormones de croissance. Sly a été enregistré à son insu par Liam Collins, un sauteur de haies britannique embauché par Al-Jazeera pour un reportage sur le dopage dans le monde du sport.

«Les enregistrements que s'apprête à diffuser Al-Jazeera sont complètement faux et incorrects, a écrit Sly dans un communiqué. Pour être bien clair, je rétracte ces déclarations qui ne sont pas vraies et qui seront diffusées sur Al-Jazeera. En aucun cas, l'un ces enregistrements, déclarations ou communications devraient être diffusées.»

La NFL et l'Association des joueurs ont ajouté les tests de dépistage d'hormones de croissance à la convention collective signée en 2011, mais les deux parties ne se sont pas entendus sur les termes du test avant 2014. Aucun joueur n'a été testé positif, ce qui entraînerait une suspension de quatre matchs.

D'autres athlètes sont visés dans le reportage pour les mêmes raisons. L'avocat du joueur de baseball des Phillies de Philadelphie, Ryan Howard, a annoncé que son client allait se battre contre les allégations soutenant qu'il aurait reçu des substances interdites.

William Burck de la firme Quinn Emanuel a qualifié les accusations faites à l'endroit de Howard et de Ryan Zimmerman, des Nationals de Washington, de «mensonges éhontés».

Manning, qui s'est joint aux Broncos en 2012, est tenu à l'écart du jeu depuis le 15 novembre en raison d'une blessure au pied gauche. Brock Osweiler en sera à son sixième départ consécutif, lundi, lorsque les Broncos (10-4) accueilleront les Bengals (11-3).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer