Le hockey québécois sous la loupe de l'UQTR

Le développement des joueurs québécois au sein du... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Le développement des joueurs québécois au sein du réseau du hockey mineur a été analysé par des étudiants de l'UQTR dans un documentaire.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Six étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières ont porté leur attention, et leur caméra, sur le phénomène de la décroissance du nombre de joueurs québécois dans la LNH. Un documentaire a d'ailleurs remporté le Festival des productions de l'institution.

Dans ce documentaire intitulé La fleur de lys en train de faner, l'équipe composée de Simon Laliberté, Alex L. Boucher, Olivier St-Germain, Christian St-Pierre, Michel Lamy et Louis-Philippe Carbonneau, s'est intéressée au portrait du hockey mineur afin de trouver des réponses pouvant expliquer la baisse du nombre de joueurs québécois dans la LNH. 

Pour regarder le documentaire >>>

Plusieurs sujets y passent, tel que les techniques d'entraînement, l'arrivée des joueurs et méthodes de l'Europe, la présence d'autres disciplines sportives au Québec, ainsi que les caractéristiques de la structure du hockey dans la Belle province.

Le tout avec un portrait très régional du sujet puisque les étudiants ont rencontré Daniel Paradis, directeur de la structure intégrée des Estacades, Frédéric Lavoie, entraîneur-chef des Estacades midget AAA, Denis Francoeur, responsable des Panthères du Collège Marie-de-l'Incarnation, ainsi que le journaliste Martin Leclerc, de Radio-Canada. Ce dernier occupe d'ailleurs une partie importante du documentaire, lui qui est un fervent critique de la structure actuelle du hockey québécois.

«Il a une certaine crédibilité. Il a été entraîneur, recruteur, son fils joue au hockey aux États-Unis, il a une certaine force d'analyse. Le débat part un peu de lui», explique Laliberté, qui est lui-même entraîneur et ancien joueur midget AAA.

Selon l'animateur, le documentaire apporte toutefois un bémol aux critiques envers Hockey Québec. À son avis, la structure actuelle doit être améliorée, mais pas jetée aux oubliette, loin de là. Le portrait dressé en Mauricie est similaire aux autres régions.

«On pourrait croire qu'on s'attaque à Hockey Québec pour le manque de développement, mais ce n'est pas le cas. Mais avec les années, le système fait en sorte qu'il y a moins de joueurs et qu'il faut se repenser. Ce sont des faits.»

«Je crois fermement que Hockey Québec contrôle la situation. Ils doivent simplement s'ajuster à de nouvelles réalités. C'est bien que plusieurs personnes veulent s'impliquer, mais ils ne le font pas de la bonne façon. Nous avons une excellente structure élite avec le AAA et le AA et nous devons lui faire confiance.»

Le documentaire a été réalisé dans le cadre d'un cours du baccalauréat en Communication sociale. Laliberté et ses comparses ont toutefois été surpris de constater qu'ils avaient décroché la palme du meilleur travail.

«On ne s'attendait pas à gagner, mais on savait que nous avions des intervenants solides, impliqués dans le milieu et connus. Je pense que c'est ce qui nous a permis de nous démarquer.»

Tous les documentaires des étudiants seront diffusés au Canal Savoir au cours de l'hiver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer