Ça se bouscule aux portes des séries

Après un début de saison difficile, les Seahawks... (Seattle Seahawks)

Agrandir

Après un début de saison difficile, les Seahawks de Seattle ont repris leur rythme de croisière avec cinq victoires en six matchs, ce qui est de très bon augure à l'approche des séries.

Seattle Seahawks

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

À un mois du début séries, il y a congestion au classement pour obtenir le privilège de jouer en janvier. Après 13 semaines d'activité, une seule équipe a été mathématiquement éliminée du portrait: les Browns de Cleveland. À l'opposé, les Panthers de la Caroline, toujours invaincus, et les Cardinals de l'Arizona sont les seuls à avoir confirmé leur place dans le tableau en route vers le 50e Super Bowl.

Aux bandes de Cam Newton et Carson Palmer, on peut déjà présumer que les Bengals de Cincinnati, les Broncos de Denver et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre seront de la fête.

C'est derrière ces équipes que ça se corse.

Dans la conférence Américaine, les Chiefs de Kansas City, les Jets de New York et les Steelers de Pittsburgh sont engagés dans une lutte à finir. Kansas City a remporté ses six derniers matchs et possède le calendrier le plus léger pour compléter la saison.

Quant aux Texans de Houston, leurs chances de se qualifier apparaissent meilleures avec le titre de la division Sud plutôt qu'une place de meilleur deuxième. À égalité avec les Colts d'Indianapolis, le duel entre ces deux équipes le 20 décembre s'annonce déterminant.

Gare aux Seahawks

Dans la Nationale, pendant que tous les regards sont rivés vers l'irrésistible saison des Panthers de la Caroline, les Seahawks de Seattle ont repris vie. Ça ne devrait pas être suffisant pour rattraper les Cardinals au sommet de la division Ouest, mais n'empêche que la bande à Pete Carroll pourrait sérieusement venir brouiller les cartes en séries.

Sinon, les Packers et les Vikings sont en contrôle de leur destinée pour une place dans le prestigieux tableau de janvier. Derrière, les surprenants Buccaneers de Tampa Bay peuvent toujours espérer, mais la route s'annonce sinueuse. Statistiquement toujours dans le radar éliminatoire, les Bears de Chicago et les Falcons d'Atlanta vont vraisemblablement manquer le bateau.

Triste division

Enfin, la cerise sur le sundae, la pauvre division Est de la Nationale, où la course à la «moins pire équipe» continue de battre son plein. Trois formations se partagent tristement le sommet avec un dossier de 5-7: les Redskins de Washington, les Eagles de Philadelphie et les Giants de New York. Aussi invraisemblable cela puisse paraître, les Cowboys de Dallas sont toujours dans le coup, à 4-8.

Il semble de plus en plus probable qu'une de ces équipes deviendra la troisième de l'histoire à participer aux séries malgré un dossier inférieur à ,500. Les Panthers de 2014 (7-8-1) et les Seahawks de 2010 (7-9) se partagent la palme jusqu'à maintenant.

Qui les accompagnera dans ce sombre chapitre des annales de la NFL? Malgré leur horrible saison, je crois que les Eagles seront de la danse.

Eli Manning et les Giants ont laissé filer... (AFP) - image 4.0

Agrandir

Eli Manning et les Giants ont laissé filer cinq avances cette saison alors qu'il restait moins de 75 secondes au tableau.

AFP

Incapables de terminer le boulot

Si les Giants de New York ratent les séries pour une quatrième saison consécutive, ils n'auront pas à chercher bien loin pour des trouver des explications. Les New-Yorkais sont tout simplement incapables de fermer les livres lorsque les dernières secondes s'égrainent au cadran.

Imaginez, la formation de l'entraîneur Tom Coughlin a laissé filer cinq matchs alors qu'il restait moins de 75 secondes au tableau. Pire encore, quatre de ces fois, ils ont bousillé des avances dans les 37 dernières secondes de jeu. C'est phénoménal!

Voilà donc pourquoi les Giants sont coincés en pleine course pour le titre de la division Est de la Nationale avec un dossier de 5-7, à égalité avec les Redskins de Washington et les Eagles de Philadelphie.

Sans ces écrasements de fin de match, ils pourraient trôner facilement avec une fiche de 10-2. C'est tout dire!

Si les Giants ne sont pas des séries, il serait bien étonnant que Tom Coughlin demeure en poste. Malgré deux titres du Super Bowl depuis son arrivée à la barre en 2004, il semble avoir fait son temps dans la Grosse pomme...

Les affrontements de la semaine

Gros enjeux à Cincinnati

Malgré les innombrables blessures subies à des joueurs-clés, les Steelers de Pittsburgh sont toujours dans le coup. Certes, les Bengals de Cincinnati ont une confortable avance au sommet de la division Nord de l'Américaine, mais tout n'est pas encore perdu pour la bande à Big Ben. Un des deux laissez-passer de meilleur deuxième est toujours à leur portée. De leur côté, les Bengals peuvent porter un dur coup à leurs éternels rivaux et même savourer le titre de division dès ce week-end. Sans faire de vagues, le quart Andy Dalton a d'ailleurs franchi la barre des 3000 verges pour une cinquième saison d'affilée depuis ses débuts dans la NFL. Seul Peyton Manning avait réussi cet exploit avant lui.

Steelers c. Bengals, Paul Brown Stadium de Cincinnati, 13 h.

Gare au chiffre 13!

La saison historique des Panthers de la Caroline sera encore une fois à l'enjeu alors que les Falcons d'Atlanta rendront visite à la seule formation toujours invaincue cette saison. Cam Newton et son groupe ont le vent dans les voiles tandis que les Falcons de Matt Ryan ont perdu leurs cinq derniers matchs. La semaine dernière, la défensive des Panthers a connu des ratés, forçant ainsi l'attaque à se surpasser contre les Saints. Il apparaît peu probable que des Falcons en perdition réussiront à faire plier les genoux à l'équipe Cendrillon de 2015. Avant eux, huit équipes ont réussi à remporter les 13 premiers matchs d'une saison.

Falcons c. Panthers, Bank of America Stadium de Charlotte, 13 h.

Une barque à redresser

Victimes de deux défaites en autant de semaines pour la première fois en 56 matchs, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre doivent freiner leur glissade s'ils espèrent conserver une position avantageuse en séries. La tâche ne sera pas de tout repos contre les Texans de Houston, une formation misant sur une excellente défensive et qui lutte pour sa survie. Il sera intéressant de voir comment Tom Brady ajustera son jeu, toujours privé de Julian Edelman et - possiblement - Rob Gronkowski, deux pièces maîtresses sur son échiquier habituel...

Patriots c. Texans, NRG Stadium de Houston, 20 h 30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer