Odeur de bonheur chez les Patriotes

En plus de ses canons offensifs, Marc-Étienne Hubert... (Stéphane Lessard)

Agrandir

En plus de ses canons offensifs, Marc-Étienne Hubert souligne l'apport de ses recrues, tels que Pierre-Maxime Poudrier, Mathieu Lemay et Olivier Caouette.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À l'approche du temps des Fêtes, mais surtout de la fin de session à l'UQTR, les Patriotes n'ont pas obtenu de cadeau au classement canadien. Les Trifluviens passeront Noël au cinquième rang, alors que les Redmen de McGill sont installés au deuxième échelon.

Pourtant, les deux formations ont la même fiche. Le pilote de l'UQTR, Marc-Étienne Hubert, préfère ne pas s'en faire. «Il y a d'autres bonnes équipes au Canada, apparemment. Il ne faut pas s'en faire, l'important, ce n'est pas d'être au sommet à la mi-saison, mais de l'être à la fin.»

Les Patriotes connaissent en effet une excellente campagne, en plus d'avoir la meilleure offensive au pays. À l'attaque, Tommy Giroux et Guillaume Asselin ont donné l'exemple alors que Martin Lefebvre et Charles-David Beaudoin représentent l'un des meilleurs duo de défenseurs d'un océan à l'autre. C'est toutefois la tenue du gardien Sébastien Auger qui a permis aux Patriotes d'aller chercher quelques victoires supplémentaires.

Le portier a disputé tous les matchs de son équipe, mis à part une période, et montre une moyenne de buts accordés de 2,54 et un pourcentage d'efficacité de 92,2 %. Dire qu'il avait bien failli échapper aux Patriotes en acceptant une invitation pour le camp d'entraînement du club-école des Blues de St.Louis l'automne dernier.

«Il s'est adapté rapidement pour faire face au défi. Il joue du hockey inspiré. La qualité d'un bon gardien, c'est de réussir les arrêts clés dans un match, et non pas seulement les statistiques. C'est comme ça que je l'évalue et les arrêts clés, il les a faits.»

Avec une pause d'un mois, les Patriotes auraient bien aimé disputer un ou deux matchs hors-concours durant ce congé. Personne n'a levé la main pour se présenter au Colisée, à la grande déception d'Hubert. Quant à un match sur la route, aux États-Unis ou dans les Maritimes par exemple, le pilote ne voyait pas l'intérêt de passer une quarantaine d'heures dans l'autobus avec seulement 10 parties à jouer avant les séries.

Un recrutement hivernal?

Même si son équipe roule à fond de train, Hubert ne dirait pas non à un peu de renfort durant la pause des Fêtes, surtout que Philippe Lefebvre n'a pas sauté sur la glace depuis le 23 octobre, blessé au dos. Marc-Olivier Roy, un choix de deuxième ronde des Oilers d'Edmonton en 2013, a été approché.

Roy évoluait jusqu'à tout récemment dans l'ECHL, mais vient d'être rappelé dans la Ligue américaine. «S'il veut venir, nous allons l'accueillir à bras ouverts», dit l'entraîneur, qui ne pourra plus engager de nouveau joueur après le 31 décembre.

Les foules en hausse

Autre point positif chez les Patriotes, après 10 matchs locaux, une hausse de 34 % du nombre de partisans par rencontre, en comparaison à la saison 2014-2015, et ce, même si l'UQTR a dû disputer des parties la même journée que le Blizzard de Trois-Rivières. Une hausse qui se voit particulièrement chez les étudiants, mais aussi les jeunes visages.

«C'est extrêmement positif ce qui se fait sur la glace, mais aussi dans le volet hors glace par l'équipe du développement des affaires. Nous voulons nous rapprocher de la communauté. Plusieurs matchs ont été des événements et c'était très important. C'est un grand pas pour nous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer