• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Rugby: Elissa Alarie espère reprendre l'action avec l'équipe nationale au printemps 

Rugby: Elissa Alarie espère reprendre l'action avec l'équipe nationale au printemps

À l'écart de la compétition depuis le mois... (Rugby Canada)

Agrandir

À l'écart de la compétition depuis le mois de mai, Elissa Alarie espère reprendre sa place au sein de l'équipe nationale d'ici le mois d'avril.

Rugby Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À l'écart du jeu depuis sept mois en raison d'une blessure au genou, Elissa Alarie voit, lentement mais sûrement, la lumière poindre au bout du tunnel.

La Trifluvienne de 29 ans a graduellement repris l'entraînement avec l'équipe nationale de rugby et espère renouer avec la compétition au mois d'avril. Juste à temps pour se faire valoir auprès dirigeants et décrocher une invitation pour les Jeux olympiques de Rio.

La semaine dernière, la demi de mêlée a cependant eu un certain pincement au coeur lorsque ses coéquipières ont sauté sur le terrain à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, lors du premier arrêt des Séries mondiales de rugby. Coincée à Victoria avec cinq autres blessées, au quartier général de Rugby Canada en Colombie-Britannique, elle n'a pu aider le Canada qui a finalement pris le sixième rang du tournoi avec un rendement de trois victoires et trois défaites.

«N'importe quelle personne qui se blesse trouve que ça ne guérit pas assez vite. C'était motivant de les revoir au jeu mais je commence à avoir hâte! Je travaille fort dans ma réhabilitation. J'ai recommencé à courir en ligne droite. Si tout va bien, j'espère recommencer à jouer lors du troisième tournoi de la saison, à Atlanta au printemps», espère celle qui avait été contrainte de rater les Jeux panaméricains, au cours desquels le Canada avait raflé l'or cet été.

Si tout se déroule comme prévu, Alarie pourra donc disputer les trois derniers tournois de l'équipe canadienne, ce qui lui laissera amplement de temps pour regagner la confiance de l'entraîneur John Tait. Avant de se déchirer un ligament antérieur croisé du genou, la Trifluvienne figurait avantageusement sur l'échiquier national, comme en témoigne sa participation à quatre tranches des Séries mondiales sur six l'an dernier. Les deux fois qu'elle avait été rayée de la formation, elle était incommodée par une blessure.

«Avant de me blesser, je faisais partie du top 8 ou 9 de l'équipe. Le noyau n'a pas vraiment changé depuis. De plus, j'ai quand même profité de ma blessure pour m'améliorer. J'ai pu m'entraîner davantage le haut du corps et gagner en force. Aussi, ça m'a permis d'analyser plus de séquences vidéos», note-t-elle.

Lorsque son genou sera complètement rétabli, Alarie aura les yeux rivés vers les Olympiques 2016. Un premier contingent de 30 filles sera sélectionné pour un camp d'entraînement, en juin. Puis, 14 d'entre elles seront retenues pour le camp final en juillet. C'est alors que les 12 Canadiennes qui représenteront le pays aux Jeux d'été seront déterminées. Toutes ces dates sont bien ancrées dans la tête de la joueuse de 29 ans. «C'est certain que les Olympiques, ça garde motivé pour la réhabilitation!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer