Alex Bellemare en pleine ascension

Alex Bellemare... (Agence France-Presse)

Agrandir

Alex Bellemare

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alex Bellemare amorcera sa saison de slopestyle vendredi lors du prestigieux Dew Tour à Breckenridge au Colorado. Avec une médaille de bronze des X Games dans sa poche, il sera en pleine confiance.

En effet, la dernière saison aurait difficilement pu mieux se dérouler pour le Shawiniganais, qui se remettait d'une reconstruction du ligament croisé antérieur gauche. Une troisième place aux X Games, une sixième au Dew Tour et surtout, la confirmation qu'il était revenu à son meilleur.

Bien évidemment, une troisième place aux X Games, les Olympiques des sports extrêmes, voilà qui fait jaser. Mais Bellemare promet de ne pas été avoir atteint par cette soudaine popularité.

«En effet, je donne un peu plus d'entrevues et plus la saison dernière avançait, plus le monde me parlait. Mais je suis resté pareil, Alex Bellemare, le p'tit bonhomme. Je ne me pense pas plus cool.»

Ces résultats lui auront tout de même permis de se faire connaître davantage sur la scène mondiale du slopestyle, d'obtenir son invitation pour les X Games 2016, mais aussi une plus grande visibilité afin d'obtenir d'intéressants contrats publicitaires, le nerf de la guerre dans les sports extrêmes.

«Je suis en train de signer avec The North Face. Ce n'est pas encore fait mais ça va se passer. Sinon, c'est le temps de renégocier mes contrats avec Rockstar. Être arrivé troisième (aux X Games), ça me donne plus de marge de manoeuvre. Le timing est bon.»

Un éternel renouveau

Avec sa saison qui approche à grands pas, Bellemare a mis la main à la pâte et répété quelques manoeuvres durant l'entre-saison à Whistler, en Nouvelle-Zélande et en Autriche.

«Pour ce qui est des rails, je ne travaille pas une manoeuvre spécifique, j'essaye des manoeuvres différentes parce que je ne sais jamais laquelle je vais skier selon le parcours. C'est dur à prévoir. C'est beaucoup plus les sauts que je pratique. J'ai peaufiné ceux de l'an passé, mais j'en ai de nouveaux et j'ai hâte de voir si ce sera payant.»

C'est d'ailleurs par la voie des airs que Bellemare avait causé une petite commotion l'an dernier aux X Games lors de sa troisième descente en finale. Il avait réalisé une manoeuvre rarement vue, un lazy double cork 720. Pour les néophytes, il s'agit d'une mouvement où le skieur se retrouve à l'horizontale après s'être couché au sol lors du décollage, avant de tourner deux fois sur l'axe et de retomber, dans le meilleur des mondes, sur les deux skis. «Je l'avais fait l'an dernier dans ma troisième descente aux X Games, mais j'étais tombé avant, donc je n'ai aucune idée du nombre de points que ça va me donner. Ça avait fait parler et j'ai hâte de voir ce que ça va donner. Je l'ai refait cette année, mais je ne l'ai pas mis sur les réseaux sociaux encore. Je ne pense pas que mes adversaires le copierait, mais je veux être sûr d'être le premier à le faire», souligne celui qui est suivi par près de 7000 abonnés sur Facebook et 7300 sur Instagram.

Puisqu'il est le seul à faire une telle manoeuvre au monde, le Shawiniganais avoue ne pas trop savoir à quoi s'en tenir quant à la manière dont celle-ci sera jugée.

«Ce qui me stress, c'est qu'en étant couché sur le saut, je ne peux pas sauter. Les juges donnent des points pour l'amplitude des mouvements. C'est donc un saut qui est moins impressionnant que quelqu'un qui saute de toutes ses forces. Sauf que c'est une manoeuvre très technique et je pense avoir des points de créativité.»

L'année dernière, Bellemare avait aussi été du Dew Tour, des X Games, en plus de participer à quelques épreuves de la Coupe du monde, un nombre qui tombera à une seule cette saison, puisque le calendrier s'avérait trop demandant à son goût.

«L'an passé j'en avais fait beaucoup et ce que j'avais remarqué, c'est qu'on n'avait pas le temps de pratiquer et on faisait toujours les mêmes sauts. Cette année, on va prendre plus de temps pour faire des camps d'entraînements et apprendre de nouvelles choses.»

Son seul départ aura lieu en Corée du Sud, à la mi-février. Une épreuve à ne pas prendre à la légère pour le membre de l'équipe canadienne, puisqu'elle servira de qualifications en vue des prochains Jeux olympiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer