Kean s'éclate au Métropolis

Simon Kean n'a pas fait durer les choses... (La Presse)

Agrandir

Simon Kean n'a pas fait durer les choses face à Alex Nicholson. Il y est allé d'un spectaculaire K.-O. dès le premier round pour remporter la deuxième victoire de sa carrière professionnelle.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Simon Kean a véritablement fait son entrée chez les professionnels, vendredi soir au Métropolis, et avec éclat! Face à l'Américain Alex Nicholson, le poids lourd trifluvien n'a pas perdu de temps avant de terrasser son adversaire qu'il a finalement envoyé au pays des rêves à la fin du premier round avec une retentissante gauche au visage.

Grâce à un des K.-O. les plus convaincants de la soirée, survenu à 2:38 du premier assaut, l'olympien de 2012 a ainsi signé une deuxième victoire en autant de sorties professionnelles.

Bien que peu expérimenté en boxe, son rival avait néanmoins une feuille de route bien garnie en sports de combat, dont une fiche de 6-1 en arts martiaux mixtes. Kean ne s'est toutefois jamais laissé impressionné et a laissé les 55 livres que son adversaire lui concédait causer les dommages.

D'abord ébranlé par une première salve de Kean - il avait mis un genou au sol à mi-chemin du premier round - Nicholson a ensuite perdu l'équilibre à la suite d'un crochet de la droite et s'est finalement jeté dans la gueule du loup en offrant un menton complètement découvert à son redoutable adversaire.

À sa sortie de l'arène, un large sourire de satisfaction ornait le visage du Trifluvien de 26 ans. «Je l'ai connecté solide. J'ai très bien senti le coup jusqu'à l'intérieur de mon gant. Je voulais faire ça spectaculaire!»

Même sans la présence de Jimmy Boisvert dans son coin pour ce combat, Kean n'a jamais dérogé du plan de match. L'occasion d'ouvrir la machine s'est toutefois présentée plus tôt qu'anticipé. «Il s'est essayé au début, mais je m'attendais à ce qu'il soit plus agressif que ça. Quand j'ai vu que je l'avais ébranlé une première fois, je voulais quand même prendre mon temps, pour ne pas faire d'erreur. J'ai bien utilisé mon gabarit en gardant le centre du ring et ça a rapporté», a-t-il indiqué, tout en réitérant sa confiance envers son entraîneur de longue date.

«Je n'ai pas lâché Jimmy. Je me suis entraîné avec lui au gym cette semaine. Il est encore mon entraîneur.»

Peu rassasié par sa première sortie professionnelle, le 6 novembre à la Bâtisse industrielle, Kean concédait avoir beaucoup plus apprécié cette deuxième expérience. «Ce soir, c'était mieux, même si j'en aurais bien pris un round ou deux de plus. Aussi, j'aurais aimé que ce combat-là soit à Trois-Rivières!», a indiqué Kean qui comptait sur une cinquantaine de partisans qui avaient fait le trajet dans la métropole.

Maintenant cette deuxième victoire empochée, Kean a déjà les yeux rivés sur une première ceinture, celle détenue par Dillon Carman, champion canadien. «Je veux le titre canadien, c'est le prochain objectif. Mais une chose en son temps. Présentement, je fais des quatre rounds et pour la ceinture, on parle d'un combat de 10 rounds.»

Au terme du gala, le président d'Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, souriait en repensant à la prestation de poulain. «On a très bien vu la force de Simon. Dans les poids lourds, ça peut se passer vite, avec un seul coup, et c'est ce qu'il a réussi.»

Butler domine

Parmi les sept autres combats au programme de cette soirée, Steven Butler (13-0-1) n'a eu aucune misère à se débarrasser du Finlandais Teemu Tuominen (10-2), qu'il a liquidé dès le premier round par TKO en finale du gala.

Un peu plus tôt, le Congolais Jesus Singwancha (21-9) a assurément causé la surprise de la soirée en arrachant une décision unanime contre un Michaël Gadbois(14-1-3) affaibli par une blessure au coude. Schiller Hyppolite (18-1) a pour sa part signé une belle victoire par TKO devant Cédric Bellais (18-7-3). Sinon, les autres favoris locaux Ayaz Hussain (8-0), Mathieu Germain (5-0), Louisbert Altidor (2-0) ont aussi signé des victoires devant une salle comble.

Un gala à Trois-Rivières d'ici l'été

Les amateurs de boxe professionnelle n'auront pas besoin de patienter six ans avant de pouvoir assister à un autre gala à Trois-Rivières. Le président d'Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, a confirmé vendredi soir qu'une date avait été arrêtée pour la prochaine soirée dans la cité de Laviolette. Sans vouloir dévoiler le moment exact de l'événement, il a tout de même assuré que la boxe professionnelle serait de retour à Trois-Rivières d'ici l'été. Le président d'EOTTM avait été ravi par son expérience, le 6 novembre dernier, alors que plus de 1200 spectateurs s'étaient entassés dans la Bâtisse industrielle lors d'un gala mettant en vedette les Trifluviens Simon Kean et François Pratte ainsi que le Shawiniganais Michaël Gargouri, entre autres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer