Le rêve de Rio s'évapore davantage

Alix Renaud-Roy... (Photo: Judo Canada)

Agrandir

Alix Renaud-Roy

Photo: Judo Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Si les chances d'Alix Renaud-Roy d'aller aux Jeux olympiques de Rio 2016 étaient déjà bien minces, elles se sont encore davantage dissipées au cours des dernières semaines.

Le 25 octobre dernier, lors d'une Coupe européenne en Suède, la judoka du club Seikidokan a subi une déchirure du labrum et la coiffe du rotateur. Cette mésaventure la contraindra donc à l'inactivité pour une période de quatre à six mois. «J'ai vraiment fait une mauvaise chute. Tout mon poids a été absorbé par mon épaule quand je suis tombée», explique celle qui passera sous le bistouri le 9 décembre pour réparer les dégâts.

En cette année olympique, il s'agit évidemment d'un très mauvais moment pour une telle mésaventure. En raison de la présence de Kelita Zupancic (5e au monde) dans sa catégorie de poids, ses espoirs de défendre les couleurs du Canada n'étaient déjà pas très élevés avant cette blessure. Cette période loin du tatami viendra à toutes fins pratiques repousser son rêve à 2020 puisqu'elle ratera des compétitions très payantes pour le classement international.

«C'est ma plus grave blessure en carrière et ça arrive à un très mauvais moment», admet l'athlète de 22 ans qui occupe le 31e rang mondial chez les -70 kg.

«Avant que je me blesse, il y avait beaucoup de ''si'' pour que je réussisse à atteindre les Jeux olympiques. Mais avec ma victoire en Coupe du monde au El Salvador et ma 9e position aux Championnats du monde, j'avais quand même espoir», soupire la judoka qui étudie en kinésiologie à l'Université de Montréal.

Pour la protégée de François Noël au club Seikidokan, il n'est toutefois pas question de penser tout de suite aux Jeux de Tokyo 2020. Elle espère pouvoir renouer avec la compétition lors des Championnats panaméricains, en avril.

«C'est une compétition qui vaut beaucoup de points à l'échelle mondiale, alors ça serait idéal de pouvoir revenir à la compétition à ce moment-là.»

Chose certaine, Alix Renaud-Roy ne compte pas laisser cette vilaine blessure détruire tout ce qu'elle a accompli au cours de la dernière année. «Ça ne va pas mettre fin à ma carrière. Je vais revenir en force, c'est certain. D'ici là, je vais en profiter pour prendre un peu d'avance avec mes cours à l'université!», souligne-t-elle, tâchant de déceler le positif dans tout ça.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer