Les Patriotes l'emportent en fusillade

Les Patriotes et les Redmen se sont livré... (Derek Drummond)

Agrandir

Les Patriotes et les Redmen se sont livré un duel offensif où les unités spéciales ont primé mercredi soir à Montréal.

Derek Drummond

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Les Patriotes de l'UQTR et les Redmen de McGill ont inscrit un nouveau chapitre de leur rivalité, mercredi soir à l'aréna McConnell. Un nouveau chapitre historique puisque les deux formations ont eu besoin de huit tireurs chacune en fusillade pour finalement en découdre, un record dans les deux cas. Un match endiablé que les Trifluviens ont remporté 5-4.

C'était la quatrième fois que les deux clubs s'affrontaient cette saison, incluant les matchs hors concours, et pour la troisième fois, la prolongation a été requise. Deux prolongations à vrai dire et ce ne fut pas suffisant lors de ce duel qui avait des allures de partie d'échecs.

C'est finalement Anthony Verret, le 15e tireur, qui a marqué le filet gagnant avec un tir frappé dans le haut de la cage qui a battu Jacob Gervais-Chouinard. Une manoeuvre que l'attaquant des Patriotes avait répété par le passé.

«Quand j'étais dans le midget AAA, j'avais compté mon premier but en fusillade de cette manière. Par après, j'en avais compté six autres de suite comme ça. Dans le junior, je n'ai pas souvent eu l'occasion d'aller en fusillade. Je me suis dit que j'allais retourner aux bases et c'était mon idée dès le début. En plus, la glace n'était pas terrible, alors c'était difficile de faire une feinte.»

Dans le camp adverse, l'entraîneur Kelly Nobes était de cet avis lui aussi. «Il aurait fallu prendre un tir avec une bonne distance, la glace n'était pas belle à ce moment du match. Je pense que (notre gardien) Jacob Gervais-Chouinard a été très bon ce soir.»

Bien qu'il ne s'agissait pas d'un duel des séries éliminatoires, on sentait l'émotion entre les Redmen et les Patriotes - classés premiers et sixièmes au Canada -, et le large sourire sur le visage de Marc-Étienne Hubert au terme de la rencontre en disait long.

«Je suis content! La victoire, c'est une chose, on part d'ici avec le point que nous avions perdu la dernière fois, mais, surtout, c'était tout un match de hockey. On peut construire sur ce match parce qu'il était riche en expériences. Le momentum a changé de côté, il y a eu des buts à cinq contre cinq et sur les unités spéciales. Il y a beaucoup de choses qu'on peut utiliser pour la deuxième moitié de la saison.»

Les unités spéciales font foi de tout

Les Patriotes l'ont peut-être emporté, mais ils auraient pu se brûler en tirant de l'arrière 2-0 en fin de première période. Après avoir connu un bon départ, les Trifluviens ont grandement ralenti la cadence, poussés par l'échec avant des Redmen.

«Quand ils ont marqué leur premier but, ça nous a ralentis, ça nous a mis sur les talons. Mais nous étions partis très fort. Nous sommes allés chercher un gros but de Charles-David Beaudoin en fin de première qui nous a fait du bien. Puis, à cinq contre trois, nous avons marqué pour prendre l'avance dans la partie», a mentionné Hubert.

Les deux équipes se sont effectivement échangé l'avance tout au fil du match. L'UQTR a inscrit trois buts consécutifs pour prendre l'avance 3-2, avant de voir les Redmen reprendre l'avance grâce à Mathieu Pompei et Dominic Talbot-Tassi. Pierre-Maxime Poudrier a finalement envoyé les deux formations en prolongation.

Les Redmen ont marqué trois buts lors de leurs quatre premières séquences en avantage numérique. Nobes aurait bien aimé voir sa troupe obtenir une occasion supplémentaire en prolongation alors qu'on a fait trébucher un de ses joueurs devant le filet des Patriotes, mais les officiels avaient rangé leur sifflet. Le pilote était bouillant après la partie.

«Je n'ai pas de commentaire, tout le monde l'a vu, a-t-il dit. Les deux équipes ont des unités à plus d'un homme d'une telle qualité que chaque avantage numérique, avec des pourcentages d'efficacité de 35 %, est critique. Les bonnes décisions doivent être prises.»

Carnet de notes

L'ancien pilote des Redmen et des Voltigeurs de Drummondville Martin Raymond était sur place afin d'assister à la rencontre, lui qui sera entraîneur adjoint avec Équipe Canada au Championnat du monde junior.

Il aura été témoin de deux excellentes performances de Martin Lefebvre et Samuel Labrecque, qui ont récolté trois points chacun. Les deux arrières représenteront d'ailleurs le hockey universitaire face à Équipe Canada junior lors de deux parties préparatoires les 12 et 13 décembre prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer