Les Patriotes domptent les Lions

Les Patriotes, inspirés par le trio Marc-Olivier Mimar,... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Les Patriotes, inspirés par le trio Marc-Olivier Mimar, Tommy Giroux et Pierre-Olivier Morin, ont signé une importante victoire de 5-2 contre l'Université York vendredi au Colisée.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Lions de York connaissent la meilleure saison de leur histoire récente et ils s'en promettaient face aux Patriotes, vendredi au Colisée. Le problème, c'est que les locaux avaient bien l'intention de dompter la bête. Menée par Marc-Olivier Mimar, Tommy Giroux et Pierre-Olivier Morin, l'UQTR a été en mesure de dompter la dite bête dans une victoire de 5-2.

Ce trio d'attaquants des Patriotes a été particulièrement efficace lors de ce match disputé devant 412 personnes, chacun des trois joueurs amassant deux points. Morin s'est fait partenaire du premier de la rencontre, celui de Guillaume Asselin, alors qu'il a battu le gardien Chris Perugini pour donner une avance de 2-1 aux siens après 20 minutes. Une première période qui a d'ailleurs été chaudement disputée, les Lions ne cédant absolument rien aux Trifluviens.

La troupe de Marc-Étienne Hubert, bien appuyée par le portier Sébastien Auger, a toutefois été en mesure de trouver une faille dans le jeu des Torontois en deuxième période, si bien que le vent a tourné à l'avantage des locaux. Mimar a alors donné une avance de 3-1 aux siens, avant que Carl-Antoine Delisle ne l'imite 48 secondes plus tard. Les Lions n'ont pu s'en remettre.

«Nous ne sommes pas l'équipe la plus grosse de la ligue, alors que York a de gros bonhommes et de la vitesse. Il fallait bien réagir. Mais je trouve qu'au niveau du plan de match, ils sont très similaires à nous. On pratique depuis le début de l'année contre cette structure défensive», a souligné Hubert au terme de la partie.

Les Lions sont revenus à la charge en troisième période, réduisant l'écart à 4-2, avant que Tommy Giroux ne complète la marque dans un filet désert, sur une aide de Mimar. Voilà qui aura complété une excellente soirée de travail pour ce trio.

«Mimar avait beaucoup d'énergie ce soir, il était partout et il a généré beaucoup de choses. D'ailleurs, cette ligne génère beaucoup de chances depuis quelques matchs. Ça ne donne pas toujours des buts, mais elle s'améliore constamment, surtout sans la rondelle. Les trois jouent comme des vétérans.»

Morin était d'ailleurs bien satisfait de se voir, ainsi que les deux membres de son trio, s'inscrire à la marque.

«On joue toujours bien même si ça ne parait pas sur la feuille de pointage. Mais tranquillement, ça se place, même si c'est fâchant parfois. (Vendredi) soir, c'était un super gros match et on a très bien joué. Une saison universitaire, c'est assez court, c'est le fun que ça fonctionne un peu plus.»

Dans le camp adverse, l'entraîneur Chris Dennis, qui était l'adjoint de Randy Carlyle avec les Maple Leafs de Toronto l'année dernière, estimait que les Patriotes en avaient fait un peu plus que sa bande.

«Je pense que nous nous sommes éloignés de notre plan de match alors que les Patriotes, eux, ne l'ont pas lâché. Dans des matchs de la sorte, il faut se battre pendant 60 minutes. Ils ont une bonne équipe et ils nous l'ont fait payer. Nous avons tenté d'en faire trop ce soir.»

Un merci aux Redmen

Il faut dire que les Patriotes avaient reçu un sévère avertissement quant aux capacités de leurs adversaires, puisque ceux-ci étaient venus à bout des Redmen de McGill la semaine dernière. Une défaite des Montréalais qui aura forcé les joueurs des Patriotes, ainsi que l'équipe d'entraîneurs, à peaufiner leur préparation.

«Ce soir, nous avons démontré notre cadence et nous les avons déstabilisés un peu. C'est bon pour nous qu'ils aient battu McGill, parce qu'on sait qu'ils ont joué de gros matchs contre de bonnes équipes et ça nous force à ne pas les prendre à la légère», analysait Morin.

Les Trifluviens seront de retour au boulot samedi après-midi alors que les Badgers de Brock seront sur l'avenue Gilles-Villeneuve.

Le Blizzard à domicile

Après avoir disputé une rencontre vendredi soir à Thetford Mines, le Blizzard sera de retour au boulot rapidement puisqu'il disputera un match au Colisée ce soir. Ce sont les Marquis de Jonquière, qui occupent le premier rang de la LNAH qui seront en ville.

Les Trifluviens ont plusieurs choses à se faire pardonner à domicile, eux qui avaient offert une performance bien terne lors de leur dernier match à domicile, vendredi dernier, qui avait lieu face à ces mêmes Marquis. Une défaite de 6-3 où les hommes d'Alain Côté avaient laissé leur intensité au vestiaire.

Beaucage rejoint Lygitsakos

Après avoir vu son collègue de toujours Eric Haley prendre les guides des Prédateurs de Laval, Dean Lygitsakos s'est tourné vers un autre visage mauricien afin de l'appuyer derrière le banc du Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce. Son ancien as marqueur Marc Beaucage devient son adjoint.

Beaucage a évolué pendant trois saisons sous les ordres de Lygitsakos avec le Caron et Guay de Trois-Rivières, ainsi qu'une avec les Marquis de Jonquière. Il s'agira de la première expérience de l'ancien des Citadelles de Québec derrière le banc d'une équipe de la LNAH.

«Marc est un ami personnel pour lequel j'ai beaucoup d'estime. Il a connu une brillante carrière au hockey professionnel. Je l'ai déjà dirigé et il a été mon capitaine à Trois-Rivières. Il a prêché par l'exemple et il a une vaste expérience. Il sait ce que ça prend pour gagner. Nous avons des affinités importantes et nous diffusons le même message», a mentionné Lygitsakos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer