Marie-Ève Nault rêve encore à Rio

Marie-Ève Nault et ses équipières du KIF Örebro... (Montse Sànchez)

Agrandir

Marie-Ève Nault et ses équipières du KIF Örebro ont vu leur parcours s'arrêter en huitièmes de finale de la Ligue des champions d'Europe.

Montse Sànchez

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Revigorée par sa saison avec le KIF Örebro en Suède, au cours de laquelle son équipe a participé pour une première fois à la Ligue des champions d'Europe, Marie-Ève Nault rêve maintenant aux chauds rayons de Rio de Janeiro.

Non, la Trifluvienne n'a pas l'intention de s'offrir des vacances dans la capitale brésilienne en 2016. Elle espère plutôt enfiler son maillot numéro 20 au couleurs de l'équipe canadienne lors des prochains Jeux olympiques d'été.

Incertaine de son statut au sein de l'équipe nationale après la Coupe du monde présentée au Canada l'été dernier - elle n'a joué que six minutes en cinq matchs - la défenseure de 33 ans a cependant été rassurée lorsque les dirigeants de Soccer Canada l'ont retenue pour participer à un tournoi préparatoire à Natal au Brésil, du 9 au 20 décembre.

«J'étais contente de savoir que j'étais toujours dans les plans. Avec les Jeux olympiques qui arrivent à grands pas, ça aurait été difficile de mettre un terme à ma carrière avec l'équipe nationale sans avoir ma chance», reconnaît celle qui totalise 68 présences avec l'équipe nationale senior.

En lutte pour une place sur l'échiquier du sélectionneur John Herdman, Nault sera aux premières loges pour voir les étoiles de demain du soccer canadien. Au tournoi préparatoire, plusieurs joueuses de moins de 18 ans ont été invitées, dont une à peine âgée de 14 ans!

«Si elles ont été invitées, c'est qu'elles ont une certaine maturité. Il y a toujours un besoin de relève et c'est intéressant de voir l'énergie qu'elles peuvent apporter à l'équipe. En les voyant aller, ça nous rappelle aussi toute l'excitation qu'on doit avoir de porter le chandail du Canada, souligne Nault. Pour ma part, je vais me concentrer sur ce que je peux contrôler. Mais une chose est sûre, c'est que je vais y aller à fond.»

Avec le KIF Örebro, avec qui elle a disputé une troisième saison, Nault a de nouveau apprécié son expérience. Tellement, qu'elle est même rentrée au bercail avec un contrat en poche pour l'an prochain!

Cinquièmes au classement général de la ligue suédoise, Nault et ses coéquipières se sont surtout distinguées à l'extérieur de leur réseau de compétition habituel. Pour la première fois de l'histoire, le KIF Örebro a participé à la prestigieuse Ligue des champions d'Europe.

Au premier tour éliminatoire, elles ont liquidé les championnes de la Grèce, le FC Paok, 8 à 0. La tâche s'est drôlement compliquée en huitièmes de finale lorsque le Paris Saint-Germain s'est présenté sur leur route. Malgré deux vaillants efforts, (1-1 et 0-0), les Suédoises ont baissé pavillon au total des buts marqués à l'étranger.

Ce deuxième match a d'ailleurs été disputé à Paris dans des circonstances bien particulières, à peine cinq jours après les attentats qui ont secoué la capitale française le 13 novembre. «C'était très spécial comme ambiance. Il y a eu une minute de silence avant le match, nous sommes rentrées sur le terrain avec des drapeaux de la France dans les mains. Les circonstances étaient très délicates», note-t-elle.

Qualification olympique

Maintenant l'épopée européenne complétée pour cette année, Nault concentrera ses efforts sur les sélections de l'équipe nationale. En janvier, Soccer Canada devrait annoncer l'identité des joueuses qui participeront au tournoi de qualification olympique de la CONCACAF prévu au Texas le mois suivant.

À première vue, le Canada semble avoir obtenu un tirage au sort favorable alors qu'on retrouvera dans son groupe Trinité-et-Tobago, le Guatemala et la Guyane. L'autre poule sera composée des États-Unis, du Mexique, du Costa Rica et Puerto Rico. Les deux premières nations obtiendront leur billet pour les Olympiques.

Intronisée au Temple de l'ARSM

Avec un agenda très chargé qui la trimballe aux quatre coins du monde, Marie-Ève Nault passe rarement de longs moments dans son patelin. Arrivée à Trois-Rivières lundi, elle s'envolera pour le Brésil le 4 décembre.

L'Association régionale de soccer de la Mauricie (ARSM) va profiter de ce court séjour dans la région pour honorer la Trifluvienne de 33 ans. À l'occasion de son gala annuel, qui se tiendra le 1er décembre, l'organisation va en effet introniser Nault à son Temple de la renommée.

La médaillée de bronze des Jeux olympiques de Londres rejoindra alors Jean Godon, Luce Mongrain, Diane Leclerc et Robert Soubrier.

«Ça fait toujours chaud au coeur de recevoir une telle reconnaissance. En plus, j'y serai aux côtés de Luce, mon idole. Aussi, c'est flatteur de voir que les gens suivent encore ce que je fais, même si je suis loin», mentionne Nault, tout en avouant qu'elle ne s'attendait pas à recevoir une telle distinction à son âge. «Ça donne un coup de vieux!», rigole-t-elle.

En plus de Marie-Ève Nault, l'ARSM va également introniser à titre posthume Nicolas Dubuc, cet officiel qui avait atteint la scène internationale avant de rendre l'âme à la suite d'une leucémie en 2010.

Gala de la Mi-Temps

L'année qui s'achève aura été prolifique pour le soccer mauricien sur le plan des événements sportifs. C'est donc sans surprise que l'ARSM a été retenue comme candidate pour le titre d'association régionale de l'année, en vue du Gala de la Mi-Temps, présenté samedi à Laval.

Le Week-end Marie-Ève-Nault, tournoi dédié aux équipes féminines exclusivement, est aussi en nomination pour l'événement provincial par excellence de 2015.

Le Gala de la Mi-Temps est organisé par la Fédération de soccer du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer