Une recrue aux airs de vétéran

Jean-Sébastien Bélisle natif de Trois-Rivières impressionne à sa... (James Hajjar Photographe)

Agrandir

Jean-Sébastien Bélisle natif de Trois-Rivières impressionne à sa première année dans les rangs universitaires. Doté de plusieurs qualités athlétiques, il a assez bien fait pour hériter d'un poste de partant en défensive, étant même désigné joueur de la semaine dans la conférence québécoise au début du mois de novembre.

James Hajjar Photographe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Quand les Carabins ont soulevé la coupe Vanier en novembre 2014, acclamés par plus de 25 000 spectateurs au stade Percival-Molson, Jean-Sébastien Bélisle, qui venait de terminer son stage au collégial, se trouvait à l'autre bout de l'autoroute 40.

Participant à un tournoi de hockey amical à Québec, il a tout raté des célébrations de cette équipe qui allait devenir la sienne, quelques mois plus tard. Bélisle sera de nouveau à Québec en fin de semaine... mais pas dans un aréna. Cette fois-ci, impossible de louper la finale canadienne puisqu'il endossera l'uniforme bleu et blanc!

Le jeune homme natif de Trois-Rivières impressionne à sa première année dans les rangs universitaires. Doté de plusieurs qualités athlétiques, il a assez bien fait pour hériter d'un poste de partant en défensive, étant même désigné joueur de la semaine dans la conférence québécoise au début du mois de novembre. Tout ça du haut de ses 20 ans et devant des gars pour la plupart plus âgés et expérimentés que lui.

Samedi après-midi, il défiera l'attaque des Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique dans le dernier match au programme cette année. Comme initiation, difficile d'égaler pareille intensité!

«J'ai saisi mes chances aux bons moments et on m'a donné un vote de confiance», témoignait le numéro 9, cette semaine, dans une entrevue téléphonique au Nouvelliste.

Non, le demi-défensif n'a pas raté l'occasion de laisser une bonne impression quand ses entraîneurs l'ont envoyé dans la mêlée. La tertiaire des Carabins compte trois recrues, mais ça ne paraît pas dans les résultats, entre autres grâce à la besogne accomplie par Bélisle.

«J'ai commencé sur les unités spéciales, mais j'ai vu mes tâches augmenter plus la campagne avançait. Le truc, c'est d'apprendre toutes les positions et d'afficher toujours la même intensité.»

Comme dans le temps du Vert et Or

L'équipe s'est classée deuxième au pays pour les points accordés (13,6 par match) et l'un de ses représentants, Jonathan Boissonneault-Glaou, a été nommé joueur défensif par excellence de la saison.

À l'instar de Bélisle, Boissonneault-Glaou est un ancien du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph. Les deux ont joué ensemble en 2010 et 2011, ratant de peu le championnat du Bol d'or la première année.

Mais ils ne sont pas seuls. Dans l'équipe des Carabins, pas moins de six joueurs proviennent de la région ou ont évolué en Mauricie. C'est sans compter la présence de l'entraîneur adjoint Jean-Alexandre Boucher. «C'est quand même spécial, sourit Bélisle. Surtout que nous sommes deux anciens Vert et Or partants en défensive, ça prouve qu'on avait vraiment une bonne équipe quand nous sommes allés au Bol d'or.»

Entre hockey et football

Justement, c'est au Séminaire Saint-Joseph que Bélisle a découvert le ballon ovale, lui qui passait du hockey au football au gré des saisons. Un jour, il a dû faire un choix entre les deux disciplines. Qu'à cela ne tienne, la pratique de deux sports de compétition s'est avérée un avantage pour lui durant son secondaire.

«J'ai probablement développé plus d'aptitudes physiques. Je ne regrette rien de mon parcours.»

Près de l'objectif

L'étudiant en arts et science a donc été un acteur privilégié d'une autre belle saison des Carabins. Il y a un an, les Montréalais ont eu la chance de gagner le championnat devant les leurs, même s'ils jouaient en réalité dans l'antre des Redmen de McGill.

Cette fois, ils visiteront un stade normalement hostile à leur cause. Quelle sera la réaction des partisans du Rouge et Or vis-à-vis les Carabins? «Je pense que nous sommes devenus l'équipe du Québec après notre victoire contre eux à la Coupe Dunsmore», suggère Bélisle, qui pourra au moins compter sur un bon bassin de fans dans la région de Trois-Rivières. Gagne ou perd.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer