Le bonheur retrouvé de Beaulieu-Richard

Jonathan Beaulieu-Richard... (La Presse)

Agrandir

Jonathan Beaulieu-Richard

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après deux années gâchées par les blessures, la chance sourit enfin à Jonathan Beaulieu-Richard. De joueur ne faisant plus partie des plans des Alouettes il y a de cela quelques semaines, il est devenu membre à part entière du Rouge et Noir d'Ottawa, qui tentera de remporter la Coupe Grey, dimanche à Winnipeg face aux Eskimos d'Edmonton.

Problèmes à la cheville et déchirures de ligaments à un genou ont contrecarré les plans du Trifluvien ces dernières années. C'est d'ailleurs à Ottawa, en octobre 2014, qu'il avait subi sa pire blessure en carrière.

Au repos forcé pendant des mois, l'ancien des Diablos et du Vert et Or a tenté un rapprochement avec les Alouettes à la fin de l'été: il se disait prêt à revenir au jeu, souhaitait contribuer aux efforts de l'équipe dans sa quête d'une place en séries. Les lignes de côté, il en avait soupé.

«Ils ont préféré me garder sur la liste des joueurs retirés sur laquelle je me trouvais depuis le camp d'entraînement. À l'époque, j'acceptais mon sort car je n'étais pas près d'un retour et je voulais rester à Montréal. Mais la situation a évolué et je me savais en mesure de donner un coup de main à une équipe.»

L'appui de Maciocia

Beaulieu-Richard a donc forcé les Alouettes à le libérer. Les contacts du secondeur allaient le guider dans sa quête d'un nouveau groupe.

«J'avais du temps libre, donc j'ai dirigé quelques séances d'entraînement au Séminaire Saint-Joseph avec les coachs du Vert et Or, tout en faisant du remplacement comme pharmacien. J'ai aussi visité ma gang des Carabins.»

C'est sur le campus de l'Université de Montréal, où il a connu tant de succès, que l'entraîneur-chef de la formation, Danny Maciocia, lui a parlé du Rouge et Noir. «Danny est très généreux avec les anciens Carabins. Il m'a aidé à prendre contact avec le directeur-gérant Marcel Desjardins. Finalement, je ne suis pas resté libre très longtemps et j'en étais bien heureux!»

Remiser le sarrau blanc

Jonathan Beaulieu-Richard a donc remisé son sarrau blanc de pharmacien pour renouer avec les terrains de football. Dans la capitale fédérale, on l'a projeté rapidement au coeur de l'action. Dès sa deuxième semaine avec le club, il enfilait l'uniforme.

Certains observateurs jugent que l'arrivée du numéro 48 a permis d'ajouter beaucoup de vitesse au sein des unités spéciales, jusque-là le maillon faible des Ottaviens. Lors du dernier match de la saison régulière, il a forcé Brandon Banks des Tiger-Cats à échapper le ballon, ce qui a conduit à un touché du Rouge et Noir.

Dimanche dernier, encore contre Hamilton, Beaulieu-Richard et ses coéquipiers ont célébré une importante victoire en finale de la division Est. Sur le terrain, devant 25 000 personnes en liesse, l'athlète de Trois-Rivières vivait ses moments les plus intenses en carrière.

«Je me sens privilégié. Je ne porte plus d'attelle à mon genou, j'ai retrouvé ma forme des beaux jours et je flotte sur un nuage. Je suis courbaturé, mais pour une présence à la Coupe Grey, c'est le prix à payer!»

Beaulieu-Richard a été accueilli à bras ouverts au sein d'un vestiaire déjà soudé par un bel esprit d'équipe. Dans cette chambre, il renoue avec certaines connaissances, comme le quart-arrière Henry Burris, qu'il a côtoyé lors de ses débuts dans la LCF à Hamilton. Ou encore Antoine Pruneau, un autre ancien Carabins qui a mérité sa place comme partant en défensive.

«J'ai la conviction que je peux aussi devenir partant dans cette ligue», assure le Mauricien, qui après avoir avalé sa pilule à la suite d'un divorce difficile avec les Alouettes, semble avoir trouvé le remède pour relancer sa carrière.

«Je n'en veux pas aux Alouettes, mais je ne changerais rien non plus. Durant une réadaptation, tu en apprends beaucoup sur toi. J'ai également reçu l'appui de ma famille et de nombreux amis.»

Des proches qui seront nombreux à l'entourer si jamais il parvient à soulever la coupe Grey, dimanche à Winnipeg.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer