Un calibre mondial à apprivoiser

Sara-Jade Berthiaume deviendra la deuxième athlète du club... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Sara-Jade Berthiaume deviendra la deuxième athlète du club Trampoline Intercité à participer à un Championnat du monde, après Joanie Pothier, en 2007 et 2009.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il y a deux ans, alors qu'elle gravissait les échelons de la trampoline provinciale, Sara-Jade Berthiaume s'était fixé un objectif aussi ambitieux que précis en tête: participer aux Championnats du monde 2015. Cette semaine, c'est donc avec un large sourire du devoir accompli qu'elle grimpera à bord d'un avion qui la mènera jusqu'au Danemark où elle se frottera à l'élite mondiale chez les 15-16 ans.

«C'est certain que j'ai très hâte à cette compétition d'aussi grande envergure. Il y a définitivement un grand stress avant de partir», lance l'athlète de 15 ans, entre deux séances d'entraînement au coeur de l'église Sainte-Cécile, nouveau quartier général du club Trampoline Intercité.

À ses premiers pas sur le trampoline, il y a de cela quelques années, une autre athlète défrayait les manchettes. Joanie Pothier était en effet devenue la première représentante du club trifluvien à accéder à ce niveau international, en 2007. Elle avait alors obtenu la 32e place chez les 13-14 ans. Deux ans plus tard, elle remettait ça avec une 42e position chez les 15-16 ans.

Pour la nouvelle tête d'affiche du groupe dirigé par France Bouffard, le parcours de Pothier s'est avéré très inspirant. «Au début, quand j'ai commencé, je ne m'identifiais pas trop à elle. Mais plus je commençais à atteindre des niveaux de compétition élevés, plus je la voyais comme un modèle. Je voulais emprunter ses traces. Cet été, elle m'a même coachée en prévision des championnats canadiens», note l'athlète-étudiante de l'Académie Les Estacades.

D'abord écartée du contingent qui représentera le Canada au Danemark - en raison d'une sixième place insuffisante aux Championnats canadiens - la Trifluvienne a profité d'un coup de pouce du destin pour obtenir son billet d'avion vers le Vieux Continent. À la suite d'une blessure subie par une compatriote rivale, les dirigeants de Gymnastique Canada l'ont invitée à participer à un camp d'entraînement avec l'équipe nationale à Montréal, le mois dernier. Une fois ses prouesses démontrées sur le trampoline, elle a reçu son invitation pour les Mondiaux.

L'expérience d'abord

À cet âge, il est toujours périlleux de fixer des attentes sur la scène mondiale en raison du faible nombre de compétitions regroupant l'élite internationale. Les comparatifs peuvent souvent s'avérer boiteux, rappelle son entraîneure. N'empêche, au sein d'une cohorte qui devrait totaliser environ 80 athlètes, France Bouffard la croit capable de terminer parmi les 40 premières. À sa première expérience internationale, en 2014 lors des Championnats panaméricains, Berthiaume avait terminé cinquième. «Si elle se place dans la première moitié du classement, ça serait excellent.»

«Côté résultats, je ne m'attends à rien pour cette première fois. Je veux surtout me concentrer à bien compléter mes routines et profiter de l'expérience», ajoute pour sa part la principale intéressée.

Afin de mettre toutes les chances de son côté, la porte-couleurs de Trampoline Intercité n'a pas intégré de nouvelles manoeuvres - plus risquées mais plus payantes - à sa routine, misant plutôt sur un plan plus conservateur qu'elle pourra réussir avec assurance. «Le but, c'est d'y aller avec quelque chose de safe dans une aussi grosse compétition. Les nouveaux mouvements, on les essaye d'abord dans des plus petits championnats», souligne celle qui s'est entraînée à quelques reprises à Terrebonne en prévision des Mondiaux, afin de se familiariser avec les mêmes équipements qui seront utilisés lors des Mondiaux.

À Odense, une ville de quelque 170 000 habitants située dans le sud du Danemark, Berthiaume et ses coéquipiers de l'équipe canadienne auront l'occasion de voir à l'oeuvre les vedettes des prochains Jeux olympiques puisqu'ils assisteront à la conclusion des Championnats du monde senior. Ce sera la première fois qu'elle pourra observer de près les meilleurs de la planète.

Une fois cette dose d'inspiration ingérée, Berthiaume pourra s'attaquer à son plus grand défi en carrière, prévu le 3 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer