Olivier Mantha ne dérougit pas

Après avoir été nommé gardien de la semaine... (Facebook, Seawolves de l'Université de l'Alaska à Anchorage)

Agrandir

Après avoir été nommé gardien de la semaine de sa conférence à la fin du mois de novembre, Olivier Mantha a réussi son premier blanchissage de la saison samedi dernier.

Facebook, Seawolves de l'Université de l'Alaska à Anchorage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Olivier Mantha continue de s'affirmer comme l'un des bons gardiens de sa division au hockey universitaire américain. Après six matchs de saison régulière, ajoutés aux rencontres de diverses classiques, l'ex-cerbère des Dragons du Collège Laflèche fait encore mieux que l'an dernier, alors qu'il était une verte recrue sur le circuit de la NCAA.

Aux côtés de ses coéquipiers des Seawolves de l'Université de l'Alaska à Anchorage, il vise dorénavant la prochaine étape, celle de guider son club vers les séries. En continuant d'accumuler les bonnes performances, il espère ainsi que des portes s'ouvriront devant lui pour la suite d'une carrière qu'il souhaite la plus longue possible.

La campagne 2014-15 aura été marquante pour plusieurs raisons. Étudiant en mathématiques, Mantha a été nommé joueur le plus utile à son équipe et figurait parmi les candidats pour le titre d'athlète de l'année à Anchorage, un campus accueillant tout près de 20 000 étudiants. 

Le Latuquois s'était également distingué dans la conférence des Seawolves, étant désigné recrue de la semaine à une reprise. Sa soirée de 49 arrêts contre Minnesota State, à l'époque le meilleur programme aux États-Unis, avait fait écarquiller les yeux de certains hommes de hockey. Bref, malgré les insuccès du club, Mantha pouvait entrevoir l'avenir avec une bonne dose de con-

fiance, au moment où il s'est pointé au camp d'entraînement, à la fin de l'été.

«Je devais m'assurer de conserver mon poste de gardien numéro un et depuis mon retour, ça va assez bien», sourit le principal intéressé.

Et comment! Au moment de l'entretien avec Le Nouvelliste, l'homme masqué de 22 ans venait de réussir son premier blanchissage de la saison devant les joueurs de Ferris State. Une première victoire des Seawolves face à ces rivaux de section, et ce, en trois ans.

«C'est assez surprenant quand on considère que nous avons perdu quatre vétérans et que 12 jeunes se sont ajoutés à l'alignement. Mais les gars jouent mieux devant moi et cela se reflète dans mes statistiques. On donne beaucoup moins de lancers dangereux.»

Mantha fait preuve d'humilité, certes, mais il affiche de bonnes statistiques. En consultant les chiffres des autres gardiens de la Western Collegiate Hockey Association (WCHA), on constate que le cerbère des Seawolves se situe avantageusement dans le premier tiers au chapitre du pourcentage d'efficacité (,914) et de la moyenne de buts alloués (2,41).

Qui plus est, Mantha a été le gardien d'office dans 90 % des matchs des siens jusqu'ici. Même si la température frise déjà les -25 degrés Celsius dans la métropole de l'Alaska où il réside, Mantha ne semble pas du tout refroidi lorsqu'il défend sa cage!

«On a un rythme de vie assez rapide. L'Université a investi des millions dans nos installations. Nous sommes traités comme des professionnels. C'est très stimulant comme environnement et quand tu gagnes, c'est encore mieux! On doit juste s'assurer de poursuivre sur cette lancée.»

Un camp d'essai dans la mire

Au terme de la campagne, il restera encore deux ans d'éligibilité à Mantha chez les Seawolves. Il admet avoir eu des discussions quant à ses chances d'obtenir une invitation pour un camp d'essai chez les pros.

«Mon objectif, c'est de recevoir une invitation à l'été 2016. Affronter des gros programmes nationaux comme Minnesota State et Michigan Tech, ça entraîne beaucoup de visibilité, mais je sais aussi qu'il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus dans la Ligue américaine et la LNH. Les seules choses que je contrôle, ce sont mes performances devant le filet.»

Difficile de percer, en effet. À Anchorage, les hockeyeurs peuvent néanmoins se motiver en surveillant la carrière de Matt Bailey, leur ancien capitaine qui s'aligne depuis trois ans dans la Ligue américaine. Mantha espère suivre ses traces. À la fin du mois d'octobre, il a été nommé joueur de la semaine dans la WCHA, son pourcentage d'efficacité de ,935 le plaçant au troisième rang à l'échelle nationale.

En plus de se faire remarquer au hockey, Mantha excelle sur les bancs d'école. Pour l'instant, sa cote parfaite pourrait lui valoir des bourses alléchantes. Comme quoi il aura toujours un bon plan B, peu importe où sa carrière de hockeyeur le mènera.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer