Blizzard: le Doc fait ses valises

Stéphane Boileau portait l'uniforme du club de Trois-Rivières... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Stéphane Boileau portait l'uniforme du club de Trois-Rivières dans la LNAH depuis 2012.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) En échangeant son capitaine contre l'un des ailiers les plus costauds de la Ligue nord-américaine de hockey, le Blizzard a procédé mardi à sa première transaction majeure de la saison 2015-16.

Stéphane Boileau, populaire autant dans le vestiaire qu'auprès des partisans, poursuivra sa carrière avec l'Assurancia de Thetford Mines alors que Keven Veilleux, un ancien espoir de la LNH, s'amène en renfort au Colisée de Trois-Rivières.

Le défenseur Steve Pelletier rejoindra aussi les membres du Blizzard, tandis que le directeur général Sylvain Robert a dû se débarrasser d'un choix de troisième ronde pour compléter l'échange.

Boileau évoluait pour le club de Trois-Rivières depuis 2012. Marqueur naturel, il a connu ses meilleurs moments dans la cité de Laviolette pas plus tard que l'an dernier, avec une récolte de 69 points, dont 35 buts, en 38 joutes. Appelé à commenter cette décision, Robert a vanté le travail accompli par son capitaine, en admettant que sa production lors des dernières séries l'avait déçu.

«Un but en 14 matchs [NDLR: Boileau avait aussi amassé 10 passes], c'était un peu décevant. On s'est questionné à savoir si Stéphane pouvait être ce joueur qui allait nous amener à un niveau supérieur. J'ai eu de bonnes discussions avec mes adjoints Mike Vincent et Denis Dumont. Nous savions également que Keven Veilleux était disponible à Thetford.»

Or, ça fait longtemps que le Blizzard tente de se grossir. À 6 pieds 5 pouces et 215 livres, Veilleux, un choix de deuxième ronde des Penguins de Pittsburgh en 2007, répond aux attentes, estime Robert, même si certaines personnes demeurent sceptiques.

«Ses statistiques s'équivalent quand on les compare à celles de Boileau. Il est souvent pénalisé, mais ce ne sont pas juste des pénalités d'accrochage ou de bâton élevé. On parle d'un gars très physique. Les fans nous en parlaient: dans le club, plusieurs joueurs se ressemblent. Keven, il trouvera son utilité devant le filet pour créer un peu de trafic. En tout cas, il a plus de mains que Thomas Bellemare!»

Le vis-à-vis de Sylvain Robert, Bobby Baril, tenait des propos tout aussi élogieux à l'endroit du Doc Boileau. C'est d'ailleurs lui qui s'était porté au secours de Veilleux en février dernier au Colisée de Trois-Rivières, à la suite d'une sérieuse lacération au poignet droit subie par le joueur de l'Assurancia. Sa convalescence avait duré plusieurs mois, mais il avait évité le pire grâce à l'intervention de Boileau.

«On reluquait Stéphane depuis longtemps, a confirmé Baril. Il connaît bien les frères [Sébastien et Simon] Courcelles pour avoir grandi avec eux dans le hockey mineur. C'est un droitier naturel, une denrée rare et il a toujours le gaz au fond.»

Boileau était considéré comme l'âme du Blizzard depuis le départ à la retraite de Marc Beaucage. Pas pour rien qu'on l'avait désigné capitaine. Encore cette saison, il se classait parmi les bons marqueurs de l'équipe, avec 14 points en 11 parties. Reste maintenant à savoir qui le remplacera... et si ce sera en 2015-16.

«C'est à l'entraîneur et aux joueurs de décider», convient Robert, qui assure que les négociations serrées avec Boileau durant le camp d'entraînement n'ont rien à voir avec la transaction.

«Un nouveau départ»

Joint par Le Nouvelliste quelques heures après la confirmation de l'échange, Keven Veilleux se disait heureux d'enfiler le chandail du Blizzard. À Trois-Rivières, il retrouvera un partenaire d'entraînement en la personne d'Hubert Poulin.

«Je vois ça comme un nouveau départ, j'ai hâte de jouer avec le Blizzard. Ils ont une bonne équipe et je pense que je peux contribuer.»

Choix de première ronde en 2013, Veilleux s'était officiellement joint au groupe de Thetford Mines en septembre 2014, après des années passées en Europe, dans la East Coast League et la Ligue américaine.

Veilleux revendique 10 points en autant de matchs cette saison, mais il a raté les trois derniers duels de son équipe. Sa dernière présence sur la glace remonte au 31 octobre et il a été blanchi à ses trois dernières sorties. Sylvain Robert assure toutefois qu'il sera en uniforme, vendredi, lors de la visite des Marquis de Jonquière.

«Je ne m'y attendais pas»

Stéphane Boileau quitte le Blizzard avec un goût amer. Contacté par le directeur général adjoint Denis Dumont lundi, l'ex-capitaine des Trifluviens n'arrivait pas à croire ce qui se passait. Il cherche encore certaines réponses.

«Je ne m'attendais pas à ça. La donne a changé en très peu de temps, car moi, je pensais terminer ma carrière à Trois-Rivières. Je voulais finir ça en beauté en allant gagner un championnat. Ce que je trouve étrange, c'est que j'ai reçu l'appel de Denis, et non de Sylvain Robert. Je n'ai jamais été informé d'une possible transaction me concernant.»

Conscient qu'il quitte la Mauricie pour rejoindre un vestiaire habitué de sabrer le champagne (deux championnats en quatre ans), le Doc participait d'ailleurs à sa première pratique avec des joueurs de l'Assurancia, mardi, quand Le Nouvelliste l'a contacté.

«Je vais être en mesure de jouer presque tous leurs matchs. Reste que j'avais planifié mon horaire de travail jusqu'aux séries en fonction de Trois-Rivières», explique le médecin, heureux d'avoir reçu autant de messages de ses coéquipiers du Blizzard.

«Je remercie tout le monde. J'avais une bonne relation avec l'organisation et les fans. On avait une gang qui se tenait.»

À savoir qui peut le remplacer, Boileau a sa petite idée. «Des gars comme Marc-André Huot, Yann Joseph et Pierre-Olivier Beaulieu doivent être considérés.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer