Football universitaire: Boucher savoure le moment

À sa première année à titre d'entraîneurs chez... (Courtoisie)

Agrandir

À sa première année à titre d'entraîneurs chez les Carabins, Jean-Alexandre Boucher a savouré une spectaculaire victoire face au Rouge et Or de l'Université Laval en finale de la Coupe Dunsmore.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Posté sur les lignes de côté du stade Telus, Jean-Alexandre Boucher est passé par toute la gamme des émotions samedi. Pour une première finale de la Coupe Dunsmore dans le rôle d'entraîneur, le Trifluvien aurait difficilement pu demander un dénouement plus spectaculaire!

Débarqué dans le vestiaire des Carabins de l'Université de Montréal au début de la saison, Boucher savoure chaque moment depuis cette promotion. Mais rien n'égale jusqu'à maintenant le sentiment de fierté qui se dégageait du groupe au terme d'une dramatique victoire de 18-16 face aux éternels rivaux du Rouge et Or.

Un moment vécu intensément, certes, mais qui fut aussi éphémère. Pour les bonnes raisons. «Dimanche matin, on concentrait déjà toutes nos énergies sur l'équipe de Guelph, nos prochains adversaires avant la Coupe Vanier dans deux semaines», témoignait l'homme de football, bien connu en Mauricie pour avoir été impliqué dans les programmes du Vert et Or, des Estacades et des Diablos.

À L'UdeM, Boucher travaille surtout avec les joueurs des unités spéciales aux côtés de l'ancien des Alouettes Danny Desriveeaux. Qui plus est, les Bleus sont dirigés par Danny Maciocia, un gagnant de la Coupe Grey.

Bref, il y a beaucoup d'expérience autour de la table des entraîneurs. Une expertise saluée par Boucher, qui a dû s'adapter à la réalité du football à trois essais et d'autres détails techniques. «J'ai bien apprivoisé les subtilités. Ça peut paraître simple, mais affronter la même formation deux ou trois fois durant la même année, ça change la perspective et la préparation.»

Justement, c'était le troisième affrontement Carabins-Rouge et Or samedi. Les deux clubs avaient divisé les honneurs de la série en remportant leur match à domicile en saison, mais les Montréalais auront eu le dernier mot en finale québécoise, grâce à un botté bloqué qui rappelait un autre doux souvenir, celui de la finale de la Coupe Vanier en novembre 2014.

«Quand Danny racontait que nous pratiquions les bottés bloqués, il avait raison! Nous avons plusieurs formations de retour de placement et même avant que Junior Luke ne réussisse le jeu, on y croyait. Il y avait un réel sentiment de fraternité sur le banc en dépit des nombreux points qu'on a gaspillés.»

«Nous avons aussi un excellent groupe d'entraîneurs. Sans rien enlever à mes anciennes équipes, c'est le groupe le plus qualifié que j'ai pu côtoyer. Je pense que d'avoir battu Laval une deuxième fois chez eux prouve que ce n'était pas une erreur de parcours l'an passé. Maintenant, on regarde en avant.»

Et les Patriotes?

Le projet d'un retour du football à l'UQTR fait couler beaucoup d'encre et provoque autant de réactions chez les principaux intervenants de la discipline.

Boucher, en ses qualités d'entraîneur sur la scène universitaire, pourrait bien faire partie du projet. Du moins, plusieurs le voient comme un coordonnateur potentiel.

«Je suis ça comme tout le monde, mais je me sens bien à Montréal. Toute ma tête est avec les Carabins, surtout en ce moment!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer