Patriotes: le substitut venu de nulle part

Par un concours de circonstances, Charles-Étienne Martin, ici... (Olivier Croteau)

Agrandir

Par un concours de circonstances, Charles-Étienne Martin, ici en discussion avec l'entraîneur Dany Dallaire, est devenu le gardien substitut chez les Patriotes cette saison.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Lorsque Charles-Étienne Martin s'est inscrit à l'UQTR, il ne s'attendait certainement pas à enfiler le chandail des Patriotes quelques jours plus tard. Pourtant, il occupe la chaise d'adjoint à Sébastien Auger depuis le début de la saison.

Martin, qui a défendu la cage de quatre équipes dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec, dont les Loups de La Tuque, s'est inscrit à l'UQTR afin de compléter un certificat en administration. Il a aussi informé Marc-Étienne Hubert qu'il était sur le campus, en cas de besoin extrême.

Ce besoin est venu plus rapidement que prévu lorsque Francis Desrosiers a vu une vieille blessure à la hanche venir le hanter et mettre un terme à sa saison avant même qu'elle ne s'amorce. Hubert avait besoin d'une solution d'urgence, puisqu'au niveau universitaire, impossible de mettre un joueur sous contrat sans qu'il ne soit étudiant.

«Nous avons tenu une séance d'essai ouverte à tous les étudiants, mais c'était surtout pour trouver un gardien de but», explique Hubert.

Même s'il n'avait pas disputé un seul match compétitif depuis plus d'un an, Martin a été en mesure de se hisser au-dessus de la mêlée.

«Je n'avais aucune idée que j'allais me retrouver dans cette position. J'ai toujours voulu jouer au hockey au plus haut niveau possible. Je suis choyé d'être ici alors que je ne m'y serais jamais attendu.»

Toutefois, depuis ce temps, Martin n'a pas disputé qu'un seul match, incluant celui face au Blizzard lorsque Sébastien Auger avait quitté les Patriotes afin de participer au camp des Wolves de Chicago de la Ligue américaine de hockey. L'UQTR avait en effet préféré faire signe à un ancien, Guillaume Nadeau. Un dur coup pour le jeune gardien, qui jure toutefois ne pas avoir été affecté.

«Je suis arrivé par la porte arrière. Je suis un no name qui n'a même pas participé à un camp junior majeur. Je me retrouve maintenant avec tous les top guns de la LHJMQ et même des gars qui arrivent de la Ligue américaine. C'est une grande opportunité», affirme celui qui s'est rendu à Hamilton pour s'entraîner avec l'ancien gardien de la LNH Vincent Riendeau, de l'organisation du Canadien.

Il reste maintenant à savoir quand Martin obtiendra sa chance de défendre les couleurs vertes et orange. Vendredi soir, ce sont les Paladins du Collège militaire royal (RMC) et leur dossier de 1-7-3 qui seront au Colisée, une occasion idéale. Mais Martin devra passer son tour de nouveau. De toute évidence, l'année passée loin de la patinoire fait douter Hubert, qui préfère se montrer patient.

«Nous n'avons rien à lui reprocher. Il a gagné deux fois dans le junior AAA, alors qu'avec RMC, il y a des joueurs qui ne pourraient même pas jouer junior AAA. Il est de calibre pour jouer contre eux, mais le contexte n'est pas bon. Sauf qu'il s'améliore, on le voit progresser dans les pratiques. Mais il part de loin.»

Hubert affirme toutefois que Martin est avec l'équipe pour rester et qu'il ne tentera pas de trouver un nouveau gardien durant la période des Fêtes. Quant au principal intéressé, il semble prêt à patienter avant d'obtenir sa première chance.

«Chaque match je me prépare comme si j'allais jouer et je dois être prêt à remplacer Sébastien à tout moment. Chaque personne a un rôle dans une équipe et je le prends. Je ne peux qu'apprendre de Sébastien, m'améliorer et mieux performer. C'est le fun!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer