Ce titre dont personne ne veut

Eli Manning, des Giants de New York.... (AFP)

Agrandir

Eli Manning, des Giants de New York.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Y'a-t-il quelqu'un qui veut du titre de division dans l'est de la Nationale? Après huit semaines d'activités, la réponse à cette question demeure entière alors que Giants (4-4), Redskins (3-4), Eagles (3-4) et Cowboys (2-5) semblent se refiler le premier rang, telle une patate chaude, en nivelant vers le bas.

Sam Bradford, des Eagles de Philadelphie.... (AFP) - image 1.0

Agrandir

Sam Bradford, des Eagles de Philadelphie.

AFP

Matt Cassel, des Cowboys de Dallas ... (AP) - image 1.1

Agrandir

Matt Cassel, des Cowboys de Dallas

AP

En début de saison, les Cowboys semblaient en voie de tout rafler, une main dans le dos. C'était avant que leur meilleur receveur, Dez Bryant, et le coeur de la franchise, Tony Romo, tombent au combat lors des deux premiers matchs du calendrier.

Depuis, les chouchous de l'Amérique ont l'air de tout sauf une équipe aspirant au trophée Vince-Lombardi. Malgré cinq revers consécutifs, ils ne demeurent pas trop loin du sommet. Ils devront limiter les dégâts jusqu'au retour de leur quart-vedette, ce qui est loin d'être une formalité. Les Cowboys représentent l'exemple parfait que les succès d'une équipe ne tiennent parfois qu'à un fil...

À Philadelphie, après une refonte majeure pendant l'entre-saison, le gâteau a toutes les difficultés du monde à lever. Sam Bradford est atroce, DeMarco Murray peine à faire progresser le ballon et l'entraîneur Chip Kelly - grand responsable du chambardement de l'alignement - est sur la sellette. Malgré de belles victoires contre les Jets et les Saints, plusieurs points d'interrogation demeurent. Un gros choc est prévu dimanche entre les Eagles et les Cowboys, deux ennemis jurés, à Dallas.

Plus au nord, les Giants de New York font leur petit bonhomme de chemin, sans trop d'éclat. Cet été, ils étaient plutôt pris à la légère en raison des attentes élevées à Dallas et Philadelphie. Décevants une semaine, ils peuvent se transformer en invincible rouleau compresseur le match suivant.

Kirk Cousins, des Redskins de Washington.... (AP) - image 2.0

Agrandir

Kirk Cousins, des Redskins de Washington.

AP

Dans une véritable orgie offensive face aux Saints la semaine passée (défaite de 52-49), le tandem Eli Manning et Odell Beckham Jr avait l'air trop fort pour la ligue pendant que leur défensive ressemblait malheureusement à un grand boulevard sans contact. Pas toujours faciles à évaluer, les Bleus. En tête après huit semaines, les New-Yorkais semblent néanmoins en meilleure posture que leurs rivaux pour coiffer la division.

Pendant ce temps, les Redskins demeurent au plus fort de la lutte, sans faire la moindre vague. Privés de Robert Griffin de III et devant se contenter du mal-aimé Kirk Cousins, ils offrent du jeu moyen, possèdent une fiche moyenne, ce qui est suffisant pour demeurer dans le coup dans une division... moyenne!

Dimanche, Jay Gruden et sa bande risquent de se faire tabasser rondement à Foxborough, contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Malgré tout, ils pourront continuer de croire en leurs chances de jouer en éliminatoires. Ils ont encore quatre rencontres intra-division à disputer, ce qui pourrait influencer grandement le portrait.

Avant le premier botté d'envoi, personne n'osait parier sur les Redskins en séries, mais ce scénario n'est plus aussi loufoque, à mi-chemin du calendrier 2015. Ne pariez pas pour autant votre chemise sur les représentants de la capitale américaine. Faites simplement y jeter un coup d'oeil, de temps à autre, au cas où...

Consultez le classement de la NFL après 8 semaines d'activités

Davis, le remède pour Manning

Comme c'est souvent la coutume, la date limite des transactions s'est avérée plutôt tranquille dans la NFL cette semaine. Pour ne pas dire somnifère.

Cependant, les Broncos de Denver pourraient bien avoir frappé un coup de circuit alors qu'ils ont sorti le demi inséré Vernon Davis des 49ers de San Francisco, où il ne fait pas vraiment bon jouer par les temps qui courent.

En l'accueillant dans ses rangs, l'entraîneur Gary Kubiak pourrait bien faire une pierre deux coups. La carrière de Davis sombrait à vive allure depuis l'an dernier dans le nord de la Californie. L'entourage de Peyton Manning n'a jamais représenté un cimetière à receveurs de passes et l'association entre les deux pourrait très bien offrir le mordant qu'il manque aux Broncos depuis le début de la saison. Visiblement malheureux chez les 49ers, où il avait pourtant connu une saison extraordinaire et participé au Super Bowl en 2013, un changement d'air s'imposait pour Davis.

D'autre part, Manning devrait lui aussi bénéficier de Davis, une cible de choix dans les zones plus turbulentes du terrain. Après une première moitié de saison en demi-teinte, le numéro 18 pourrait retrouver ses élans de jeunesse avec cette option supplémentaire à sa disposition.

Par ailleurs, s'il parvient à vaincre son ancienne formation, les Colts d'Indianapolis, dimanche, Manning deviendra le recordman pour le plus grand nombre de victoires pour un quart-arrière dans la NFL. Il se retrouve présentement à égalité au sommet en compagnie de Brett Favre, avec 186 triomphes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer