Une victoire peu satisfaisante

Le gardien des Patriotes, Sébastien Auger, a été... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le gardien des Patriotes, Sébastien Auger, a été bien protégé par ses coéquipiers dans une victoire sans appel devant les Warriors de Waterloo.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) On pourrait croire que les joueurs des Patriotes de l'UQTR afficheraient un large sourire après avoir conclu leur match par un pointage de 6-1. Et pourtant, ce n'est pas ce qui s'est passé vendredi soir au Colisée.

Même s'ils l'ont emporté aisément face aux Warriors de Waterloo, personne ne semblait satisfait dans le vestiaire trifluvien.

Habituellement prolifique en offensive, la bande de Marc-Étienne Hubert semblait chercher ses repères hier lors des deux premières périodes du match. Plusieurs sorties de zones difficiles, quand elles n'avortaient pas, ont empêché les Patriotes de trouver leur rythme.

«Ce soir c'était un match piège parce que les joueurs avaient vu que Waterloo avait perdu contre Carleton 9-2. Ils voulaient donc faire des points, des points, des points. La nature humaine est ainsi faite. On avait de bonnes intentions mais on voulait trop se porter à l'attaque», a souligné le pilote du vert et orange.

Malgré tout, les Trifluviens ont trouvé le moyen de battre le gardien Chris Hurry à trois reprises dans les deux premiers engagements. Le défenseur recrue Charles-David Beaudoin, qui joue avec de plus en plus de confiance, a marqué deux fois alors que Guillaume Asselin en a ajouté pour permettre à l'UQTR de détenir une avance de 3-0 après 40 minutes.

«Oui j'ai deux buts, mais je suis insatisfait de mon début de match, j'échappais beaucoup la rondelle, a souligné Beaudoin. Ce n'est pas seulement l'entraîneur qui n'est pas satisfait. Entre nous, les joueurs, nous savons que nous n'avons pas bien joué, surtout en défensive. En unité de cinq, on peut faire mieux. Lors de nos sorties de zone, on s'est cassé la tête.»

Si les Patriotes ont passé beaucoup de temps dans leur territoire, ils ont tout de même été en mesure de garder la troupe de Brian Bourque plutôt éloignée de Sébastien Auger. À vrai dire, le seul but permis par Auger l'aura été d'un angle impossible, alors que Mitch Elliot a marqué tôt au dernier tiers temps, profitant du fait que le gardien des Patriotes avait laissé une mince ouverture entre lui et le poteau.

«À ce moment, les Patriotes n'avaient que peu de tirs en troisième, ils n'avaient pas obtenu de chances de marquer. On contrôlait le jeu. On avait de la misère à marquer et nous avions besoin d'un coup de chance. On était sur la bonne voie, mais quand ils ont marqué, le match est rapidement devenu hors de portée», a analysé Bourque.

«Ne pas avoir joué soixante minutes a été ce qui a causé notre perte ce soir. À des moments, nous avons bien joué, nous avions beaucoup de temps de possession de rondelle et on obtenait des chances de marquer, alors qu'à d'autres moments, c'était le contraire. Ils en ont profité pour marquer rapidement. L'UQTR est explosif et a profité de nos faiblesses», a-t-il ajouté.

Alexandre Leclerc, Guillaume Asselin, avec son deuxième, et Jérémy Beaudry ont conclu le sommaire en marquant trois fois en moins de sept minutes lors du dernier vingt.

«On a bien fini le match. J'ai aimé comment nous nous sommes comportés dans le dernier 10 minutes. On a encore du travail à faire au niveau de notre exécution sans la rondelle et dans notre zone. Nous avons été très moyens en sorties de zone ou au niveau de notre positionnement défensif», a indiqué Hubert.

Les Patriotes seront de retour au boulot samedi après-midi, cette fois, ce sont les Golden Hawks de l'Université Laurier, avant-derniers dans l'Ouest, qui visiteront le Colisée. Un autre match piège pour les étudiants trifluviens.

Un cadeau pour Javier Herrera

Il s'agissait de la première fois que Javier Herrera assistait à un match de hockey, et il n'a pas été déçu. Non seulement a-t-il été témoin d'une victoire des Patriotes, mais il a surtout reçu un chèque de 500 $ de la part des partisans qui se sont pointés au Colisée.

Le voltigeur de droite des Aigles, qui tente d'obtenir le statut de réfugié au Canada, a même déposé la rondelle avant le match en compagnie du directeur général de l'équipe, René Martin, du lanceur Matthew Rusch et de l'adjoint du d.g., Richard Lahaie. Herrera portait un foulard... ce qui laisse croire que son premier hiver au Canada ne sera pas des plus faciles.

«Il a beaucoup aimé ça! Sa copine était impressionnée. Même si elle ne parle pas anglais ou français, elle voyait les joueurs patiner et elle a aimé ça», a mentionné Martin.

«Je veux remercier Daniel Payette et les Patriotes pour l'accueil que nous avons reçu. Il y a du monde qui m'ont fait des chèques avec des sommes assez astronomiques que j'ai remis à Javier. C'était très généreux de l'organisation des Pats, c'est très apprécié.»

Dans le camp des hockeyeurs, Marc-Étienne Hubert était bien heureux de voir le soutien des amateurs de hockey envers le Vénézuélien.

«On cherche à s'entraider. Il y avait une bonne occasion avec Herrera. L'équipe du développement des affaires a su prendre la balle au rebond. Entre les équipes de la région, c'est important de se donner la main. Le contexte économique est difficile et le dollar-loisir est beaucoup partagé. C'est pourquoi on se donne la main et j'espère que ça va continuer comme ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer