Un Hongrois au menu de Simon Kean

Pour ce premier test professionnel, Simon Kean s'est... (François Gervais)

Agrandir

Pour ce premier test professionnel, Simon Kean s'est assuré de mettre les bouchées doubles.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À moins de deux semaines de ses débuts chez les professionnels, Simon Kean est affamé à l'idée de grimper dans l'arène, dans son patelin. Depuis mardi, son appétit s'est intensifé alors qu'il a appris qu'il aura droit à un Hongrois de 22 ans au menu de son baptême de feu.

«J'avais hâte de savoir, mais je faisais confiance à mon équipe. En bout de ligne, peu importe contre qui, j'ai juste hâte de monter dans le ring et de détruire mon adversaire!», a confié le nouveau protégé de l'écurie Eye of the Tiger Management, en entrevue avec Le Nouvelliste.

Ainsi, l'olympien de 26 ans croisera le fer avec Balazs Bodo (1-0, 1 K.-O.), le 6 novembre à la Bâtisse industrielle dans le cadre du premier gala professionnel à être organisé en sol trifluvien depuis 2009. À l'instar de Kean, le Hongrois en est à ses premiers pas dans la boxe professionnelle. Bodo à livré son premier duel pas plus tard que le 13 octobre, signant une victoire par K.-O. au deuxième round.

Pour l'entraîneur de Simon Kean au club Performance, l'Européen de 6pi 2po et 210 lbs représente un rival de taille afin de lancer une carrière. «Il possède un bon background amateur et il commence sa carrière pro aussi. Il est porté sur l'attaque et a signé sa victoire par K.-O.», note Jimmy Boisvert.

Ce dernier insiste d'ailleurs pour souligner le caractère bagarreur du boxeur hongrois qui s'amènera dans la cité de Laviolette. Pour Boisvert et Eye of the Tiger Management, il n'était pas question de se frotter à un faire-valoir. «Le Hongrois, il a l'air d'un dur, d'un gars qui veut aller à la guerre. Il s'en vient ici pour donner un spectacle! Ce n'est pas tout le monde qui veut pogner un olympien qui sera en finale de son premier gala professionnel. Je voulais aussi un gars durable, par respect pour les gens qui viendront assister au gala. On a trouvé un bon match up», souligne Boisvert qui a travaillé de concert avec Mike Moffa, d'EOTTM, pour sélectionner le rival de Kean.

Pour ce premier test professionnel, Kean s'est assuré de mettre les bouchées doubles. Déjà à l'entraînement intensif depuis plusieurs semaines - puisqu'il prévoyait participer aux Championnats du monde de boxe amateur avant de plutôt faire le saut chez les pros - le redoutable cogneur a mis les gants très souvent lors de son camp d'entraînement, notamment avec le Québécois Éric Martel-Baoheli. «Il est très en forme et il commence à être très fébrile. Ça se sent, car il pose beaucoup de questions à propos du gala», soutient son entraîneur.

«Je vais boxer chez moi, presque dans mon gym, je suis tellement content de ça. Je n'ai pas encore des fourmis dans les jambes, mais c'est certain que je vais en avoir le soir du combat», ajoute Kean.

Maintenant que l'adversaire de la tête d'affiche du gala trifluvien est connu, Jimmy Boisvert est d'avis que la vente de billets en sortira revigorée. Jusqu'à maintenant quelque 350 billets ont trouvé preneur, dont la quasi-totalité des tables disponibles aux abords du ring. Au total, la Bâtisse industrielle pourra accueillir jusqu'à 1100 personnes. «Plusieurs personnes posaient souvent des questions à propos de l'adversaire de Simon. Maintenant qu'on sait de qui il s'agit, je suis certain que la vente de billets va s'accélérer.»

Kean ne sera pas le seul produit local à s'exécuter entre les câbles. Le Trifluvien François Pratte, également du club Performance, amorcera lui aussi sa carrière professionnelle alors qu'il se mesurera au Shawiniganais Michael Gargouri (0-6-1).

Cinq autres combats sont également à l'affiche de cette soirée entièrement professionnelle et mettront en vedette Schiller Hyppolite (16-1, 10 K.-O.), Mick Gadbois (13-0-3, 4 K.-O.), Mian Hussain (12-0, 6 K.-O.), Ayaz Hussain (6-0, 4 K.-O.) et Mathieu Germain (3-0, 2 K.-O.).

UN CALENDRIER CHARGÉ

Avant même la tenue de son premier combat professionnel, Simon Kean peut déjà encercler la date de sa deuxième sortie entre les câbles. Le champion canadien des super lourds amateurs n'aura pas à patienter bien longtemps puisqu'il sera à l'affiche, le 4 décembre, en sous-carte d'un gala qui mettra en vedette Steven Butler (12-0-1, 10 K.-O.), une vedette montante d'EOTTM chez les super mi-moyens. «C'était l'objectif, de le garder actif. Simon doit bâtir sa confiance, sa fiche... et aussi son fan club!», lance son entraîneur au club Performance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer