Baseball: fini le rural, place au régional

En modifiant le terme rural pour régional, le... (Archives, Stéphane Lessard)

Agrandir

En modifiant le terme rural pour régional, le président Alexandre Dubois et ses acolytes ouvrent la porte aux marchés urbains en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Archives, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ligue de baseball rural de la Mauricie tire officiellement un trait sur 76 ans d'histoire. La LBRM deviendra l'an prochain la Ligue de baseball régional de la Mauricie.

Le changement de nom peut paraître futile pour certains, mais il n'en est rien. Ces importantes modifications permettront d'attirer un nouveau bassin de joueurs et feront du circuit, espèrent ses dirigeants, la principale alternative pour le senior BB.

En modifiant le terme rural pour régional, le président Alexandre Dubois et ses acolytes ouvrent la porte aux marchés urbains en Mauricie et au Centre-du-Québec. Fini le temps où les équipes devaient composer avec un certain nombre de représentants locaux pour évoluer dans la LBRM. Les formations pourront désormais aller piger n'importe où afin de compléter leur alignement.

«La structure précédente était un peu lourde. Maintenant, nous pourrons rivaliser avec les ligues de la région de Québec et de Montréal qui affichent un calibre similaire au nôtre. Le circuit senior BB Rive-Nord accueillera les Tigres de Maskinongé la saison prochaine, mais nous sommes ouverts à un retour des Tigres en 2017. Dans le fond, on devient un peu la LBRM 2.0!»

Les clubs de Nicolet, Sainte-Ursule et Saint-Maurice ont déjà confirmé leur retour pour 2016. En fait, ils ont activement participé au virage à 180 degrés entrepris par la LBRM et souhaitent désormais que de nouveaux marchés se manifestent. Dans un monde idéal, le circuit Dubois miserait sur quatre à six clubs l'an prochain.

«Il y a un intérêt palpable à Trois-Rivières, Cap-de-la-Madeleine, Pointe-du-Lac et Louiseville», mentionne le président, qui voit l'opportunité de créer un tremplin entre la Ligue de baseball senior A de la Mauricie (LBSAM) et la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ).

«Entre les deux, il y a des dizaines de joueurs sortant du junior A ou du junior AA qui veulent continuer à jouer de façon compétitive. En gros, le senior A est trop faible, le senior AA souvent trop fort. La solution, c'est donc le senior BB, lire la Ligue de baseball régional de la Mauricie», soutient Luc Damphousse, qui s'implique depuis longtemps dans la cause du baseball rural.

«La vérité, c'est qu'il y a de moins en moins de joueurs ruraux. Il fallait qu'on élargisse nos horizons. Si on ne faisait rien, on laissait en plan au moins de 25 à 40 bons joueurs de la région, qui auraient dû s'exiler pour jouer senior BB.»

En parallèle des activités de la nouvelle LBRM, la LBSAM continuera ses activités. Plusieurs anciens clubs de la LBRM sont passés à ce circuit au cours des derniers mois pendant la crise du baseball rural. On pense entre autres à Saint-Étienne, Saint-Georges et Sainte-Anne-de-la-Pérade.

«On aimerait que les meilleurs clubs de la LBSAM se joignent à nous. Nous pourrions créer un système de relégation et de promotion. Mais les gens de la LBSAM ne semblent pas partager notre avis. On essaie de leur parler, mais c'est difficile!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer