Mikaël Zewski n'a pas le droit à l'erreur

Le Trifluvien Mikaël Zewski livrera un premier combat... (Top Rank)

Agrandir

Le Trifluvien Mikaël Zewski livrera un premier combat en près de six mois, samedi soir à Omaha, contre Ayi Bruce.

Top Rank

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un Mikaël Zewski (26-1, 20 K.-O.) en quête de réponses qui sautera dans le ring du CenturyLink Center d'Omaha au Nebraska, samedi soir. Et il espère qu'aucun doute ne subsistera au terme de son affrontement face à Ayi Bruce (23-11, 15 K.-O.).

La dernière sortie du boxeur trifluvien en a déçu plusieurs, dont lui-même. Face à un des plus prometteurs pugilistes de sa division, Konstantin Ponomarev, il n'avait pas été en mesure de livrer la marchandise, subissant une première défaite en carrière. Depuis, près de six mois se sont écoulés, et Zewski a hâte de passer à autre chose.

«J'ai hâte de remettre les pendules à l'heure. Le vrai combat, il est contre moi-même. Il ne faut pas que je gagne, il faut que je sois impressionnant. Il faut que les gens voient que (contre Ponomarev), c'était une erreur. Mais je dois aussi avoir du fun, parce que lorsque j'en ai, tout va bien», mentionne celui qui a réussi à atteindre le poids limite de 149 lbs par la peau des dents, vendredi après-midi.

À 26 ans, Zewski était en pleine montée avant d'être arrêté par Ponomarev. Depuis, il analyse le film du combat dans sa tête afin de tenter de savoir ce qui s'est passé. 

«Est-ce que j'ai trouvé toutes les réponses? Je pense que je vais les avoir samedi soir. Dans tous les sports, il y a des journées où ça va moins bien, sauf qu'à la boxe, ce n'est pas permis. Est-ce que c'était juste une mauvaise soirée? C'est ce que nous allons voir samedi.»

Zewski tente tout de même de rester positif. Après tout, une défaite ne représente pas la fin d'une carrière, presque tous les boxeurs passeront par là. Il ne se sent pas différent du boxeur qu'il était lors de sa séquence de 26 victoires consécutives.

«Ce qui m'encourage, c'est que Ponomarev est un excellent boxeur qui est maintenant au sommet des classements mondiaux grâce à sa victoire contre moi. Par contre, je considère que j'ai donné moins de 50 % de ce que je suis capable de faire, et malgré tout c'était un combat compétitif. Je veux revenir, montrer que je suis encore efficace, et ensuite obtenir ma chance pour un gros combat.»

Zewski en sera à une deuxième visite au Nebraska. C'est à cet endroit qu'il avait remporté son titre de la NABF chez les mi-moyens face à Prince Doku fils, un combat qui s'était terminé au quatrième assaut sur un K.-O. sans équivoque. Le Québécois rêve d'une sortie de la sorte face à Bruce, qui est Ghanéen lui aussi.

«C'est un gars qui, parfois ne donne rien, parfois donne tout. Il est très imprévisible. Il sait boxer. Non, ce n'est pas un champion du monde, à vrai dire, il ne le sera jamais. Ce n'est plus un prospect, parce qu'il a eu beaucoup de défaites, mais il peut être plus compliqué qu'il en a l'air.»

Penser au futur

Le Trifluvien, qui se battra en demi-finale de l'événement, s'est entraîné en compagnie de Dierry Jean, qui fera les frais de la finale du gala face à Terrence Crawford pour le titre mondial WBO des supers légers. Un partenaire de qualité afin de se préparer pour ce duel.

«Je parle au monde, ils me disent que mon dernier combat, je l'ai perdu. J'ai juste hâte de dire que mon dernier combat, ç'a bien été! C'est lourd dans ma tête. J'ai hâte de passer à une autre étape et que les gens me parlent de mon futur et non pas de la défaite. C'est correct, je vis avec, je ne me berce pas en pleurant chaque soir chez moi, mais j'ai hâte qu'on parle du futur.»

Il faut dire que la vie de Zewski a bien changé depuis son affrontement avec Ponomarev. Il est maintenant père d'un petit garçon. Nul doute que cette arrivée dans sa vie lui a permis de remettre les choses en perspective, et surtout, de ne pas trop penser à Ponomarev durant les six derniers mois.

«C'est cliché mais je dois maintenant mettre de la bouffe sur la table pour mon petit. Avant, ma priorité, c'était de gagner et de faire de l'argent, mais maintenant, je ne me bats plus juste pour moi-même», conclut-il.

Blanchet en mission

Yves-François Blanchet sera en mission à Omaha. L'ex-ministre devenu homme de médias souhaite organiser un des combats futurs de Mikaël Zewski en Mauricie et tentera de placer ses pions en ce sens ce week-end.

Des rencontres sont en effet au menu entre le promoteur et le gérant de Zewski, Cameron Dunkin, ainsi que l'écurie de son poulain, la puissante Top Rank.

«Ça me permet de savoir comment ils travaillent et ce à quoi ils s'attendent de la part d'un promoteur local», dit Blanchet.

Bien qu'il ne s'attend pas à ce qu'une entente soit signée lors de la fin de semaine afin de permettre au Trifluvien de se battre chez lui, Blanchet se montre optimiste.

«Ce qu'ils nous demandent, c'est d'avoir un local où on peut mettre du monde dedans. Eux, ils s'occupent du reste. C'est intéressant pour Top Rank que Zewski se batte chez lui, parce qu'ils veulent développer le marché québécois.»

Les principaux développements en ce sens dépendront du résultat du combat de samedi. Le clan Zewski aimerait bien se battre sur la carte du 30 janvier à Montréal - la revanche entre Sergey Kovalev et Jean Pascal - et la porte pourrait s'ouvrir pour un combat en Mauricie par la suite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer