Jocelyne Bourassa reçoit l'ultime honneur

Jocelyne Bourassa a été intronisée au Panthéon mercredi,... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Jocelyne Bourassa a été intronisée au Panthéon mercredi, lors d'une cérémonie tenue à Toronto.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Elle s'est établie comme une des meilleures golfeuses et bâtisseuses de sa discipline au pays. L'honneur de voir les portes du Temple de la renommée des sports du Canada s'ouvrir à elle représentait donc l'ultime accomplissement pour Jocelyne Bourassa, qui a vécu une cérémonie émouvante mercredi soir à Toronto.

«Ç'a été une belle, mais longue journée», sourit la Shawiniganaise, à propos de cette intronisation aux côtés de 11 autres athlètes provenant de divers milieux. «La plupart étaient des olympiens, j'ai appris beaucoup en écoutant les discours.»

De son côté, elle a livré un message parsemé d'humour, rappelant à l'auditoire les gens qui l'ont inspiré tout au long de sa carrière de joueuse et de bâtisseuse. «Le Panthéon des sports canadien, il n'y a rien de plus haut comme reconnaissance. Notre journée a commencé à 6 h et s'est poursuivie jusqu'à 23 h! Mais ça valait la peine. Même si l'alarme générale de l'hôtel a sonné au beau milieu de la nuit lors de notre première soirée!»

Au cours de la même cérémonie, on a aussi intronisé Paul Coffey (hockey masculin), Danielle Goyette (hockey féminin), Nicolas Gill (judo), Jennifer Heil (ski acrobatique), Craig Forrest (soccer), Susan Auch (patinage de vitesse longue piste), Michael Edgson (natation paralympique), les jumelles Sharon et Shirley Firth (ski de fond), Lori-Ann Muenzer (cyclisme) et Marina van der Merwe (bâtisseure, hockey sur gazon).

Brillante carrière

Au cours de sa carrière, Jocelyne Bourassa a remporté trois titres juniors du Québec au milieu des années 60, ainsi que quatre championnats amateurs, toujours à l'échelle provinciale. Sur cette feuille de route bien garnie, elle ajoutera deux Omniums du Canada.

Son principal fait d'armes - les gens lui en parlent encore aujourd'hui - demeure cette victoire au tournoi La Canadienne, au club Ville-de-Montréal en 1973. Elle devenait du coup la seule golfeuse du pays à remporter un événement de la LPGA devant son public. Six ans plus tard, elle était cependant forcée à mettre un terme à sa carrière compétitive, blessures obligent.

Au niveau international, Jocelyne Bourassa a connu passablement de succès, comme en font foi ses victoires au tournoi féminin écossais de 1967 ainsi qu'au championnat amateur de Nouvelle-Zélande en 1971. Elle a aussi pris part aux Championnats mondiaux et aux Jeux du Commonwealth.

Celle que l'on considère l'ambassadrice canadienne du golf a également permis de démocratiser le sport pour les femmes. Elle a entre autres fondé la série du Maurier dans les années 80. À l'époque, une vingtaine de golfeuses évoluaient chez les professionnelles. Elles sont plus de 150 de nos jours.

L'Association royale du golf du Canada remet, chaque année, un trophée à la joueuse de l'année au pays. Cette distinction, c'est le trophée Jocelyne-Bourassa. Un nom qui restera associé non seulement à l'histoire du golf, mais aussi aux grands athlètes canadiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer