Solberg vers un deuxième titre en rallycross

Petter Solberg mise maintenant sur une avance de... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Petter Solberg mise maintenant sur une avance de 26 points sur son plus proche poursuivant dans la lutte au Championnat du monde de rallycross.

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'abandon de Timmy Hansen en Italie en fin de semaine semble tracer la voie à Petter Solberg, qui tentera le mois prochain de remporter un deuxième titre consécutif du Championnat mondial de rallycross.

Puisqu'il est impossible pour un pilote d'accumuler plus... (Photo: Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Puisqu'il est impossible pour un pilote d'accumuler plus de 30 points au cours d'un même week-end, ça prendrait une catastrophe pour priver Solberg d'une autre conquête.

Photo: Olivier Croteau

Le Norvégien Solberg, 40 ans, a terminé en troisième position sur le Circuit Franciacorta. Du coup, il a pris une avance de 26 points sur le jeune Hansen au classement des pilotes. Il ne reste qu'une seule étape au championnat 2015, soit celle du 27 au 29 novembre en Argentine.

Puisqu'il est impossible pour un pilote d'accumuler plus de 30 points au cours d'un même week-end, ça prendrait une catastrophe pour priver Solberg d'une autre conquête, lui qui avait également remporté la mise lors du tout premier championnat mondial de rallycross il y a un an.

Pour revenir à l'étape italienne, c'est Andreas Bakkerud qui a signé la victoire, sa première du calendrier. Bakkerud devient le sixième pilote à monter sur la plus haute marche du podium cette année, et ce lors de la 12e épreuve.

Cette victoire n'a toutefois pas empêché Peugeot-Hansen de confirmer son statut de meilleur constructeur de 2015. L'équipe misant sur Timmy Hansen et le Français Davy Jeanney, vainqueur en Mauricie, a déjà accumulé 442 points, rendant impossible la remontée de Ford Olsbergs MSE (379), dont fait partie Bakkerud.

Jean Todt vante la discipline

Spectateur attentif en Italie, le président de la Fédération internationale de l'automobile, Jean Todt, a rencontré plusieurs pilotes et membres d'équipes en fin de semaine. Il s'est bien sûr entretenu avec les dirigeants de la firme IMG à propos de la popularité toujours grandissante du rallycross.

Pour le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère, ce vote de confiance s'avère encourageant pour la suite des choses, bien qu'il connaissait déjà l'intérêt du président de la FIA pour le rallycross. «Il nous avait même écrit une lettre de référence pour appuyer notre candidature afin qu'on reçoive une étape canadienne du championnat», rappelle Fugère.

«Le championnat se développe bien. J'en discutais avec le président du circuit de Lohéac en France, Patrick Germain, le niveau de compétition n'a jamais été aussi bon.»

Fugère espère maintenant que ce vent de dos aura un impact sur les décisions futures des gouvernements en ce qui a trait au financement du GP3R. «Nous ne sommes pas un organisme de seconde zone», réitère le directeur général, qui suivait attentivement hier la soirée électorale.

«Ce n'est pas normal que le fédéral donne 25 000 $ de moins (200 000 $) qu'à ma première année au Grand Prix, en 2012 (225 000 $). Autant Québec qu'Ottawa doivent faire leur juste part.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer