Dergachev loin de Shawinigan

Le directeur général des Cataractes Martin Mondou espère... (Photo: Ligue de l'Ontario)

Agrandir

Le directeur général des Cataractes Martin Mondou espère que l'agent d'Alexander Dergachev (photo) réussira à l'attirer à Shawinigan, ce qui a toujours représenté le premier choix du gros Russe de 19 ans.

Photo: Ligue de l'Ontario

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Ça peut changer en un coup de fil mais pour l'instant, Alexander Dergachev semble bien loin de Shawinigan.

Le gros Russe de 19 ans, choix de première ronde des Cataractes au dernier encan européen, s'aligne présentement dans la KHL, où le SKA de Saint-Pétersbourg l'utilise très peu. Dergachev montre une fiche de deux buts en 18 matchs, et vous avez assez de doigts dans une main pour comptabiliser le nombre de minutes qu'il passe en moyenne sur la surface de jeu. Mardi, il a fait trois présences!

Voilà des arguments susceptibles d'aider son agent Sergei Bogdan à le sortir de Russie. Mais voilà, Bogdan s'en lave les mains, même si le voeu de Dergachev est de se rapporter en Mauricie où il pourrait rejoindre son ami Dennis Yan.

«Moi aussi, je veux le voir jouer dans la Ligue canadienne de hockey. Pour l'aider à apprendre l'anglais, pour apprivoiser la glace nord-américaine. C'est le plan depuis le début, tout comme nous sommes déçus de son utilisation. Mais légalement, nous ne pouvons rien faire, il est sous contrat et c'est son club qui a le dernier mot», fait valoir Bogdan, un agent russe basé à Boston, dans une entrevue téléphonique.

Lorsqu'un joueur européen est sous contrat, il est possible d'acheter sa libération. Or la KHL a instauré une nouvelle règle cette année, en permettant à ses équipes de prendre jusqu'à huit mois pour libérer un joueur dont le contrat a été racheté.

Les Cataractes et les Kings de Los Angeles, qui détiennent ses droits dans la LNH, ont donc préféré laisser Bogdan manoeuvrer, lui qui a promis de tout mettre en oeuvre pour que son poulain traverse l'Atlantique si le SKA ne lui offrait pas du temps de glace de qualité. Une promesse qu'il n'est pas pressé de remplir, semble-t-il.

«J'espère qu'il sera à Shawinigan d'ici quelques semaines. Mais la vérité, c'est que je n'ai pas le pouvoir d'intervenir. Un contrat, c'est un contrat. On verra bien comment le dossier va évoluer. Mais Martin Mondou était au courant des risques, que ce n'était pas garanti à 100 % que Dergachev allait pouvoir venir ici...»

Faux, répond Mondou. «La veille du repêchage, Sergei m'a dit que c'était sûr à 100 %, si on trouvait une façon de payer la libération. C'était compliqué, il fallait travailler avec les Kings, avec le commissaire de notre ligue aussi, mais nous y sommes arrivés. La vérité, c'est que Sergei ne connaissait pas la nouvelle règle sur les libérations dans la KHL...»

«On avait d'autres options de qualité pour le repêchage européen, mais nous avons une bonne relation avec Sergei, alors on a respecté notre parole. On espère maintenant que ça va finir par aboutir. Sergei peut changer le cours des choses, mais il semble ne pas vouloir brouiller ses relations avec l'équipe de la KHL. Pour un agent, sortir un gars de la KHL, ça se fait, sauf qu'il faut aller au bâton. Ça n'a pas l'air d'y tenter, à Sergei», lance Mondou, encore prêt à patienter un peu avant de se magasiner un autre Européen.

«En attendant, ça donne la chance à d'autres joueurs de se faire valoir. Nous sommes en train d'évaluer notre personnel, en vue des décisions qui nous attendent.»

Pour sa part, Martin Bernard ne veut pas trop parler du dossier. On le comprend, il a vécu une situation semblable dans sa première vie dans la LHJMQ avec Tomas Kubalik à Victoriaville. De semaine en semaine, son patron lui faisait miroiter la possibilité qu'il débarque. Il a eu le temps d'être congédié avant que Kubalik ne finisse par se pointer dans les Bois-Francs!

Face aux Voltigeurs

Le pilote des Cataractes est plus enclin à parler de ses rivaux de ce vendredi soir, les Voltigeurs de Drummondville. Qui aurait parié que la tête du classement général serait à l'enjeu à Shawinigan? Les Voltigeurs forment l'équipe la plus surprenante de ce début de saison...

«Aucune boule de cristal n'avait prévu ça. Ceci dit, je connais Martin Raymond depuis longtemps, et je ne suis pas surpris car c'est tout un entraîneur. Son équipe est sur la coche, elle travaille extrêmement fort. Et elle est bien servie par une brigade défensive mature, et un gardien en feu par les temps qui courent. C'est un beau défi qui nous attend.»

Blizzard: une chimie à installer

Le Blizzard a du mal à sortir des blocs de départ. Une victoire contre trois revers, voilà une fiche qui surprend le pilote Alain Côté. Dans le mauvais sens du terme.

«J'aime mon équipe. On a du talent, de la robustesse, de la hargne. Ce n'est certainement pas le début de saison anticipé chez nous. On a du travail à faire, particulièrement sur le volet défensif de notre match. Ce qui est quand même normal, puisque nous misons sur beaucoup de nouveaux joueurs», analyse Côté, qui garde son enthousiasme habituel, même s'il sait qu'une chimie dans la Ligue nord-américaine de hockey, c'est un peu plus long à bâtir. Mercredi, quatre joueurs des trois premiers trios ont raté la séance d'entraînement. Et de semaine en semaine, ce genre de scénario se répète.

«Ce n'est pas l'idéal quand tu cherches les bonnes combinaisons. Mais tout le monde est dans le même bateau. Il faut d'abord s'assurer que tous nos gars achètent le système défensif, puis se donner le temps de procéder aux bons ajustements, autant concernant nos combinaisons que notre plan de match. L'important, c'est de progresser.»

Côté veut donc voir une amélioration générale dans la tenue de son club ce week-end. Vendredi, les Trifluviens ont rendez-vous avec les Prédateurs à Laval. Ils accueilleront ensuite Rivière-du-Loup samedi soir.

«Laval n'a plus la même identité que par le passé. C'est une équipe moins robuste, plus talentueuse. Il faut que nos joueurs comprennent ça! On a plusieurs jeunes qui ont beaucoup entendu parler du Colisée de Laval, on dirait que les fantômes sont encore là. On n'a pourtant aucune raison d'arriver là intimidé. C'est une bonne opposition qui nous attend, au niveau hockey. C'est là-dessus qu'il faut se concentrer.»

Estacades midget AAA: gérer ses forces... et ses faiblesses

Les Estacades midget AAA ont un parcours en montagnes russes. Début de saison ardu, suivi d'une période magique, stoppée par deux revers le week-end dernier.

Si Frédéric Lavoie digérait sans problème la première défaite face à Châteauguay, la deuxième contre Esther-Blondin a été pénible à encaisser.

«On a bien joué contre Châteauguay, qui dispose d'une bonne équipe. En collant des performances du genre, on va gagner notre part de matchs. Mais l'autre défaite, ce fut une méchante claque au visage. Ce match aurait pu se terminer par un écart de 7-8 buts. On a vu qu'il y a des clubs qui sont plus rapides que nous, et qu'il faut donc travailler au sein d'une meilleure structure en défensive si on veut s'ajuster à ça.»

En prévision de leurs deux sorties de la fin de semaine face au Séminaire Saint-François et Châteauguay, Lavoie a évidemment mis l'accent sur cette facette du jeu à l'entraînement cette semaine. Il a également insisté sur l'importance de garder la rondelle.

«Quand on se met à courir après la rondelle, on peut courir longtemps! Quand nous avons eu du succès cette année, c'était parce que nous avions fait de belles choses en possession de rondelle. C'est le genre d'équipe que nous avons. Nous devons limiter au minimum le nombre de revirements au cours d'un match »

Dragons du Laflèche: des matchs faciles?

Impliqués dans une lutte à cinq pour la tête du classement général, les Dragons du Collège Laflèche ne peuvent se permettre de relâchement en fin de semaine face à deux formations qui peinent en ce début de campagne dans le circuit collégial. 

Les Filons de Thetford Mines s'arrêtent ce vendredi dans la cité de Laviolette, alors que les Dragons compléteront leurs activités du week-end par une visite aux Blues à Dawson le lendemain. Concernant le duel face aux Filons, toujours à la recherche d'un premier gain cette saison, vous pouvez compter sur le pilote Kevin Desrochers pour rappeler à ses équipiers que cette équipe leur avait mené la vie dure à leur dernier affrontement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer