La deuxième chance inespérée de Sara-Jade Berthiaume

Sara-Jade Berthiaume devant les nouvelles installations du club...

Agrandir

Sara-Jade Berthiaume devant les nouvelles installations du club Trampoline Intercité, au coeur de l'église Sainte-Cécile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Dans un monde aussi impitoyable que celui du sport, où la moindre petite erreur peut abruptement effacer des mois d'entraînement, lorsqu'une deuxième chance se présente, c'est un véritable cadeau du ciel. La trampoliniste trifluvienne Sara-Jade Berthiaume en est le plus récent exemple.

Écartée du processus de sélection en vue des Championnats du monde au cours de l'été, en raison de sa sixième position obtenue aux Championnats canadiens, l'athlète de 15 ans bénéficiera d'une deuxième occasion d'obtenir un billet pour le rendez-vous mondial par groupe d'âge, prévu au Danemark en décembre, grâce à un coup du destin.

En raison d'une blessure subie par l'une des quatre athlètes préalablement retenues pour représenter le Canada chez les 15-16 ans, la représentante du club Trampoline Intercité a été invitée à participer au camp d'entraînement de l'équipe nationale, le week-end prochain à l'Institut national du sport (INS), à Montréal. Berthiaume aura alors l'occasion de démontrer son savoir-faire à l'état-major de Gymnastique Canada, dans l'espoir d'être sélectionnée pour le quatrième poste désormais disponible.

«C'est une belle chance qui s'offre à elle pour impressionner les décideurs. Tout va dépendre de sa façon de gérer son stress. Mais tout est possible pour Sara-Jade», souligne son entraîneure, France Bouffard.

Lors des Championnats canadiens de trampoline, Berthiaume était passée bien près de se faufiler dans le top-4, mais une déduction de trois points à la conclusion d'un saut l'avait fait glisser hors du groupe choisi pour représenter le pays.

Pour la Trifluvienne, il s'agit d'un important revirement de situation dans sa préparation. Jusqu'à la semaine dernière, son entraînement consistait à préparer, à un rythme modéré, de nouvelles routines en vue de sa prochaine compétition, en janvier. Son invitation a donc complètement chamboulé le plan de match. «J'étais en mode plutôt relax. Au cours des derniers jours, j'ai dû mettre les bouchées doubles. Pour bien performer, je vais y aller avec des valeurs sûres, note Berthiaume. Je dois dire que je suis pas mal nerveuse depuis que j'ai reçu l'invitation. Ça faisait longtemps que je voulais participer à ce camp!»

Nouveaux locaux

Par ailleurs, les athlètes du club Trampoline Intercité jouissent d'un nouveau domicile depuis le 1er septembre. Contraints de quitter leurs locaux du pavillon De-La-Salle du centre de formation Bel-Avenir, les trampolinistes ont passé l'été à l'aréna Jérôme-Cotnoir, à la recherche d'un nouveau toît. C'est alors qu'est arrivée l'idée de s'installer au coeur de l'église Sainte-Cécile.

Pour les athlètes, ce nouveau milieu leur offre davantage d'espace pour pratiquer leurs manoeuvres, le plafond étant passé de 24 pieds à leurs anciens locaux, à 40 pieds à l'intérieur de l'église. «Ça fait une très grande différence dans l'entraînement. Maintenant, la hauteur n'est plus une contrainte», reconnaît France Bouffard.

Même si l'enceinte n'offre pas un rectangle parfait, la superficie est plus grande, ce qui permet au club d'offrir neuf trampolines pouvant accueillir jusqu'à six athlètes en même temps, en temps de fort achalandage.

«Tout cela est arrivé très subitement. On n'a pas eu deux ans pour préparer notre déménagement. Il y avait plusieurs points d'interrogation au départ, mais ça s'avère un changement positif», sourit l'entraîneure dont le club célèbre cette année ses 20 ans d'existence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer