Une crédibilité à regagner

Matt Ryan et Julio Jones s'amusent à découper... (Photo: Associated Press)

Agrandir

Matt Ryan et Julio Jones s'amusent à découper les défensives adverses depuis le début de la saison.

Photo: Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Considérée comme le maillon faible de la NFL l'an dernier, la division Sud de la Nationale semble vouloir reprendre des plumes en 2015, gracieuseté des Falcons d'Atlanta et les Panthers de la Caroline.

La saison passée, les Panthers de Cam Newton étaient devenus seulement la deuxième équipe de l'histoire à se qualifier pour les séries éliminatoires malgré un dossier inférieur à ,500 (7-8-1), après les Seahawks de Seattle de 2010.  Pour remporter un titre de division avec pareille fiche, ça ne prend évidemment pas une division au sommet de sa gloire.

Or, depuis le début du calendrier, deux des six équipes toujours invaincues dans la NFL sont issues de cette division. Si les Panthers se démarquent par la qualité de leur jeu en défensive, les Falcons sont complètement à l'opposé du tableau de jeux, tout en attaque.

Matt Ryan n'a rien perdu de son affinité avec un Julio Jones impossible à freiner. Les deux comparses représentent possiblement le meilleur duo de la NFL à l'heure actuelle. Le premier se situe deuxième dans la ligue avec 1202 verges et six touchés tandis que le second occupe le haut du pavé, à égalité avec Antonio Brown des Steelers de Pittsburgh, avec 478 verges. Il a aussi saisi le ballon quatre fois dans la zone des buts. En ajoutant à cela les sept touchés au sol de Devonta Freeman, ça commence à faire un groupe difficile à contenir.

Le trio devra trouver une façon de maintenir la cadence puisque l'unité défensive, bonne dernière l'an dernier, occupe présentement le 28e rang du circuit Goodell.

Avec un duel prévu face aux Redskins de Washington dans le confort de leur Georgia Dome, tout indique que les Falcons demeureront parfaits pour une cinquième semaine d'affilée.

Après avoir déçu si souvent après d'extraordinaires saisons régulières - ce qui a coûté au passage le poste de l'entraîneur Mike Smith - l'enthousiasme est de retour à Atlanta. Cependant, tant que la défensive ne sera pas améliorée, il demeurera bien difficile de rêver au trophée Vince-Lombardi.

LA DÉFENSIVE DES PANTHERS RUGIT

Pendant ce temps, les Panthers continuent à accomplir des petits bijoux malgré une attaque timide. En seulement quatre matchs, les hommes de Ron Rivera ont réussi huit interceptions. À lui seul, Josh Norman en totalise quatre en plus d'avoir marqué deux touchés. Un de ses larcins a d'ailleurs scellé la victoire aux dépens des Saints de La Nouvelle-Orléans en toute fin de rencontre.

À vrai dire, la recette n'est pas différente des dernières saisons en Caroline. Cam Newton doit s'assurer de ne pas trop gaffer avec le ballon et se servir de ses jambes pour faire progresser le ballon, épaulé par le demi offensif Jonathan Stewart. Évidemment, l'absence de Kelvin Benjamin se fait grandement sentir pour les prouesses aériennes.

Cependant, le portrait pourrait se gâter rapidement chez les Panthers. Après une pause cette semaine, ils affronteront successivement les Seahawks, les Eagles de Philadelphie, les Colts d'Indianapolis et les Packers de Green Bay. 

S'ils parviennent à survivre à cette séquence, les Panthers encercleront sur leur calendrier les semaines 14 et 16 pour leurs duels avec leurs rivaux et sérieux prétendants au titre de division, les Falcons.

À 32 ans, Larry Fitzgerald domine la NFL... - image 2.0

Agrandir

À 32 ans, Larry Fitzgerald domine la NFL avec 10 jeux de 20 verges et plus.

Le vieil homme ne ralentit pas

Après quelques saisons en-deçà des standards auxquels il avait habitué ses partisans, des questions ont commencé à circuler à savoir si le temps n'était pas venu pour Larry Fitzgerald, d'accrocher ses crampons, à 32 ans.

Il faut croire que ces quolibets se sont rendus jusqu'aux oreilles du meilleur receveur de passes de l'histoire des Cardinals de l'Arizona qui ne semble avoir guère apprécié et est en train de faire taire ses plus grands détracteurs.

Fitzgerald pointe en effet au troisième rang des receveurs de la NFL (432 verges) et domine la ligue au chapitre des attrapés de plus de 20 verges. Il en a déjà 10!

S'il n'a pas atteint le cap des 1000 verges au cours des trois dernières saison, l'explosif numéro 11 franchira cette barre avec une main dans le dos, à ce rythme.

Surnommé amicalement le Vieil homme (Old Man) par ses coéquipiers dans le vestiaire, Fitzgerald se déplace pourtant à la vitesse d'une recrue sur le terrain. Pour expliquer ses succès, le spectaculaire receveur préfère encenser son entourage. «Je profite du meilleur homme pour appeler les jeux en Bruce Arians. En plus, je peux compter sur le meilleur quart (Carson Palmer) qui joue à son plus haut niveau. Je suis privilégié d'être entouré de la sorte», a-t-il bien humblement glissé aux médias.

Par ailleurs, les vétérans ont la cote en Arizona. En plus de Fitzgerald, Palmer (35 ans) et le demi offensif Chris Johnson

(30 ans) font rouler la machine offensive qui trône au sommet de la division Ouest de la Nationale.

Les Lions de Detroit sont la seule équipe... (Photo: Agence France-Presse) - image 3.0

Agrandir

Les Lions de Detroit sont la seule équipe à ne pas avoir savouré la victoire cette année dans la NFL.

Photo: Agence France-Presse

Duels à surveiller

Il se fait tard à Detroit

Incapables d'acheter une victoire à leurs quatre premiers matchs, le temps commence à presser pour les Lions de Detroit. Lundi dernier, Jim Caldwell croyait bien que son équipe avait réussi à surprendre les Seahawks de Seattle, mais son meilleur joueur, Calvin Johnson, a échappé le ballon au moment d'entrer dans la zone des buts avec le touché vainqueur. Un cafouillage des arbitres a ensuite confirmé la poursuite de leur calvaire. Cette semaine, la tâche est loin de s'alléger pour les Lions qui reçoivent les Cardinals de l'Arizona, meneurs de la division Ouest de la Nationale. Si les revers continuent de s'accumuler, les partisans feront rapidement des cauchemars en revisitant la terrible saison sans victoire de 2008.

Cardinals c. Lions, Ford Field de Detroit, 16 h 05

Gros test pour Dalton

À la recherche d'une certaine notoriété, les Bengals de Cincinnati pourraient gagner de précieux points à ce chapitre dimanche lors de la visite des Seahawks de Seattle. Toujours invaincus, Andy Dalton et son groupe ont l'occasion de consolider leur emprise sur la division Nord de l'Américaine. Brillante depuis le début de la saison, l'attaque des Bengals pourra passer un message au reste du circuit Goodell face à la redoutable défensive de Pete Carroll. Si Dalton et

A. J. Green parviennent à causer des dégâts, le reste de l'année s'annoncera alléchant. Les finalistes du Super Bowl, eux, se sont replacés après un début chancelant. Comme par hasard, cela coïncide avec le retour au jeu de Kam Chancellor. Leur parcours est toutefois loin d'être convaincant, malgré deux victoires au compteur.

Seahawks c. Bengals, Paul Brown Stadium de Cincinnati, 13 h

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer