Le rêve olympique d'Hugo Houle

En plus de ses bons résultats, Hugo Houle... (Photo: ag2r la mondiale/Yves Perret)

Agrandir

En plus de ses bons résultats, Hugo Houle est heureux de constater qu'il se rapproche des meilleurs cyclistes de son groupe d'âge sur la scène internationale.

Photo: ag2r la mondiale/Yves Perret

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux médailles d'or, une participation à un grand tour et, pour boucler la boucle, un contrat de deux ans renouvelé avec l'équipe qui lui permet de vivre son rêve de cycliste professionnel. L'année qui s'achève aura été tout sauf décevante pour Hugo Houle, dont le prochain grand objectif consistera à obtenir sa qualification pour les Jeux olympiques de 2016.

Champion canadien du contre-la-montre, l'athlète de Sainte-Perpétue a aussi réussi à s'imposer aux Jeux panaméricains, devant son public à Toronto. En mai, après trois semaines à souffrir et malgré son jeune âge, Houle a complété le Tour d'Italie, l'une des épreuves parmi les plus éreintantes au monde.

Classé 25e au cumulatif des jeunes cyclistes du prestigieux Giro, le voilà qui reluque le plus important rendez-vous planétaire des sportifs. «Je suis rendu là dans mon cheminement. J'ai obtenu assez de bons résultats dans cette année préolympique pour espérer gagner ma place. Je voulais faire bonne impression auprès de Cyclisme Canada, je pense que c'est réussi!»

La lutte s'annonce féroce pour le laissez-passer vers Rio. Svein Tuft, un vétéran de 38 ans sacré champion canadien du contre-la-montre à neuf reprises, pourrait de nouveau se faufiler dans l'équipe canadienne. «Je me rapproche de lui un peu plus chaque année. J'ai bien placé mes pions cette saison, mais tout va dépendre du nombre de places qui seront attribuées au cyclisme sur route.»

Selon Houle, il se retrouve au sein d'un groupe de six prétendants. La sélection n'aura pas lieu avant l'an prochain sauf que déjà en décembre, les athlètes pourraient recevoir certaines réponses à leurs questions.

Au moins, le climat malsain qui régnait en début d'année entre Houle et Cyclisme Canada s'est dissipé. À l'époque, l'athlète avait dénoncé la décision de l'organisme de retirer les subventions annuelles de 11 000 $ qu'il recevait, à l'instar d'Antoine Duchesne. «Étant pros, nous n'avons toujours pas accès au financement, mais plusieurs spécialistes travaillent avec nous et on se sent épaulés pour le futur. On a pris le temps de jaser entre nous et la tension a disparu. C'est beaucoup plus encourageant.»

Le futur, il est plus près qu'on pense. Car Hugo Houle ne vise pas que les Olympiques en 2016. Il aimerait prendre part à un deuxième grand tour en autant d'années. Peut-être pas le Tour de France, du moins pas aussi tôt dans sa carrière. Ce n'est peut-être pas dans les plans d'AG2R La Mondiale non plus. Mais le Tour d'Espagne pourrait s'avérer une option intéressante.

«Le Giro représente un gros défi, c'est difficile d'enchaîner les autres compétitions par la suite. Mais la Vuelta, disputée plus tard dans l'année, adonnerait mieux dans l'horaire. Je serais prêt ensuite pour un premier Tour de France en 2017. En tout cas, c'est ce que je vise!»

Hugo Houle s'était fixé trois mandats clairs en 2015: connaître du succès aux Jeux panaméricains et au championnat canadien, en plus de terminer le Tour d'Italie. Il a réalisé les trois avec succès, même s'il était attendu de pied ferme lors des deux premiers événements (il était considéré comme un des favoris).

Plus important encore, le jeune homme de 25 ans rétrécit l'écart avec les meilleurs cyclistes de son groupe d'âge sur la scène mondiale. Il en a eu la preuve lors des plus récents championnats du monde, à Richmond en Virginie. «J'étais super heureux de ma 25e place au contre-la-montre, mais encore plus de constater que je me rapprochais des jeunes champions. C'est eux que je souhaite aller chercher un jour pour gagner des courses, pour devenir un meilleur cycliste encore.»

D'ici là, Houle profite de quelques jours de répit dans sa région natale. Il agira d'ailleurs à titre de président d'honneur du Demi-marathon des couleurs Promutuel de Bécancour, demain dans le parc écologique Godefroy. Puis, il reprendra l'entraînement en vue d'une année qu'il souhaite encore plus mémorable que celle qu'il vient de clore.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer