Le Diablos devenu Électrik

Capitaine de l'équipe de basketball des Diablos l'an... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Capitaine de l'équipe de basketball des Diablos l'an dernier, Marc-Antoine Labrèche s'est découvert une passion pour le football, cette année, du côté du Collège Shawinigan.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHAWINIGAN) Marc-Antoine Labrèche était un des meilleurs joueurs de basketball du Cégep de Trois-Rivières l'an dernier, autant sur le terrain qu'à l'extérieur. Pas pour rien qu'on l'avait désigné capitaine des Diablos. Cet automne par contre, le jeune homme originaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a choisi de changer d'institution... et d'apprivoiser un nouveau sport!

Depuis le début de la saison, Labrèche fait sa marque comme receveur de passe avec les Électriks du Collège Shawinigan. Il a 20 ans, ne mise pas sur une grande expérience dans le monde du football, mais ses entraîneurs estiment néanmoins qu'il a du potentiel pour atteindre les rangs universitaires.

Dans le ciel un peu gris des Électriks en ce début de saison, Labrèche s'avère une belle surprise pour Guy Bergeron et ses adjoints. «C'est une bonne entrée en matière», sourit le principal intéressé, lui-même étonné par ce bon départ bien que les résultats collectifs tardent à venir.

«Je découvre une autre passion, un peu sur le tard c'est vrai, mais j'ai toujours voulu jouer au football.»

À Shawinigan, il a la chance de recevoir les conseils de Patrick Thibault, un ancien professionnel de la Ligue canadienne de football. Les détails techniques assimilés, il est en mesure de réussir plusieurs jeux. Labrèche a également travaillé sur sa vitesse pendant la période estivale et les résultats sont payants. Des recruteurs de certaines équipes universitaires commencent à l'observer.

«J'ai vraiment décidé d'axer mes énergies sur le football. Pour continuer dans le basket, il aurait fallu que je m'aligne avec un club AAA cette année. Mais j'aimerais mieux rester dans la région et jouer au foot.»

Ça ne veut pas dire qu'il abandonne le basketball. En fait, il joindra les rangs des Électriks dans cette discipline aussi. «Ça va être spécial de jouer contre les Diablos cette année, sourit l'ancien du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph et des Montagnards de Val-Mauricie. Je crois qu'on peut viser les séries cette année au basket. Pour ce qui est de l'équipe de football, nous sommes conscients de nos faiblesses et on essaie de jouer avec nos forces. Chose certaine, les gars sont travaillants.»

Guy Bergeron peut en témoigner. Sur ses 37 joueurs, 17 sont incommodés par des blessures. Sept d'entre eux devront passer leur tour, ce soir, alors que Shawinigan recevra les Cavaliers du Collège Champlain St-Lambert. En dépit de cette infirmerie qui déborde, il n'est pas question de jeter la serviette.

«Les gars sont heureux, on le voit ce soir (hier) à la pratique, mentionnait avec raison Bergeron. Ils vont se battre jusqu'à la fin du match. Mais personnellement, 17 blessés, je n'ai jamais vu ça. Même pas dans une formation à 50 joueurs!»

Le match débutera à 19 h 30 au Complexe sportif de Shawinigan. Même si la victoire paraît utopique, les Électriks continueront à batailler. Entre autres grâce à la présence de joueurs comme Labrèche.

«C'est un leader naturel, estime Guy Bergeron. Par son attitude, il me fait penser à Jean-Christophe Beaulieu des Alouettes, un gars de Trois-Rivières que j'ai eu la chance de diriger il y a quelques années.»

louis-simon.gauthier@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer