Auger de retour au bon moment

Après avoir obtenu un essai avec le club-école... (Olivier Croteau)

Agrandir

Après avoir obtenu un essai avec le club-école des Blues de Saint-Louis, Sébastien Auger est de retour devant le filet des Patriotes.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'entraîneur des Patriotes Marc-Étienne Hubert a reçu le message qu'il espérait cette semaine, à quelques jours du début de la saison régulière. Le gardien Sébastien Auger lui a signifié qu'il allait être avec l'équipe ce week-end à Toronto.

Après avoir disputé une grande partie du camp d'entraînement des Trifluviens, Auger s'est envolé pour Chicago la semaine dernière afin de prendre part au camp d'entraînement des Wolves de Chicago de la Ligue américaine de hockey, une invitation qu'il a reçue cet été et qu'il ne pouvait pas refuser. Après avoir passé une semaine dans la ville des vents, où il a été en uniforme lors d'un match à titre de gardien substitut, il a été libéré par l'organisation.

«Il m'a envoyé un message pour me dire qu'il était libéré et qu'il allait être à la pratique de mercredi, explique Hubert. Il m'a dit qu'il a bien fait dans les pratiques et dans les matchs intra-équipe. Il a vu la coche entre les deux niveaux. Ça lui a donné confiance et il sait maintenant ce que ça prend pour être de ce calibre.» Le retour du gardien était plus qu'espéré, puisque Francis Desrosiers, blessé à la hanche, ne sera pas de retour avant un bon moment. Auger obtient ainsi le poste de numéro un de l'équipe.

À l'aube de cette nouvelle saison, personne ne sera étonné de constater que les Patriotes seront encore une fois une des puissances du hockey universitaire canadien, particulièrement en offensive. Une puissance plus petite que lors des dernières années, avec les départs d'Olivier Hotte, Anthony Quévillon et Tommy Tremblay, qui pouvaient jouer dans le trafic, ce qui n'est pas la caractéristique principale des recrues qui se sont jointes à l'équipe. Les rencontres face aux Ravens de Carleton et autres équipes robustes de ce monde demanderont donc une dose supplémentaire de courage. «Il faudra faire face à la musique en équipe. Les gars vont le faire, nous n'avons pas de chicken. Je pense que nous avons un club de gars bien entraînés et en forme. Il faudra être très travaillant, et quand l'adversaire va abuser, il faudra marquer des buts», souligne le pilote.

C'est pourquoi en défensive, la recrue Alexandre Leclerc, du haut de ses 6 pi 4 po et 225 lbs, devrait jouer un rôle plus important que prévu, puisque la robustesse de l'équipe devra venir de la ligne bleue. Le nouveau venu Pierre-Maxime Poudrier a bien fait durant le camp d'entraînement en remplacement d'Anthony Verret, blessé. Ce dernier effectuera toutefois un retour au jeu ce soir dans la Ville Reine. Hubert estime qu'avec la profondeur de son équipe, il serait même en mesure d'utiliser sa quatrième ligne d'attaque en avantage numérique.

«Au niveau des habiletés, c'est sûr qu'on a une belle profondeur et une belle qualité de joueur, sans rien enlever à ceux qui sont partis. L'an dernier, nous avons eu un des meilleurs avantages numériques du Canada. Il faudra exécuter.»

Patience avec Lefebvre

Bien évidemment, du côté des Patriotes, on espère que Philippe Lefebvre sera en mesure de livrer la marchandise, lui qui compte 168 matchs chez les professionnels. Jusqu'à présent, on sent toutefois le Trifluvien rouillé après avoir passé une année sans disputer de rencontre. Hubert promet d'être patient dans son cas.

«Avec plus d'un an sans jouer, la coordination ne revient pas en claquant des doigts. C'est ce qu'avait vécu Cédric Lalonde-McNicoll, alors il faut relativiser. Il avait fallu attendre jusqu'au mois de janvier avant qu'il soit dedans, et pourtant, on parle d'un joueur qui a fini premier marqueur de la LHJMQ. Philippe progresse de plus en plus.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer