Le Canadien analysé par nos journalistes

Si Price perd un peu de son côté... (La Presse Canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Si Price perd un peu de son côté divin, vous verrez que le Canadien est une bonne petite équipe, sans plus.

La Presse Canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canadien: plus puissant, moins performant!

(Steve Turcotte) - Ça ne fait aucun doute, le Canadien dispose d'un meilleur alignement qu'à pareille date l'an dernier. L'acquisition de Jeff Petry et la progression de Nathan Beaulieu a solidifié la ligne bleue. Alexander Semin a plus d'outils que Pierre-Alexandre Parenteau pour alimenter l'offensive. Et Alex Galchenyuk montre enfin des signes qu'il peut se développer comme la vedette attendue depuis trois ans. 

Voilà pour les bonnes nouvelles. La mauvaise, c'est que ça ne garantit rien! Car le Canadien a joué au-dessus de sa tête l'hiver dernier. Carey Price a probablement connu la meilleure saison de sa carrière. Il est bon, l'Élu, mais il faut être un partisan fini des Glorieux pour croire que ses chiffres de l'an dernier sont maintenant des standards qu'il peut atteindre à chaque campagne.

Si Price perd un peu de son côté divin, vous verrez que le Canadien est une bonne petite équipe, sans plus.

De plus, le Canadien a été épargné par les blessures l'an dernier, un fait qui a aidé Michel Therrien à faire performer son club au maximum. Encore là, on ne peut pas logiquement espérer que l'infirmerie soit vide durant une deuxième campagne de suite. 

Ce qui sauve l'équipe, c'est la faiblesse de sa division. Les Maple Leafs sont en reconstruction, tout comme les Sabres. Les Bruins de Boston semblent pour leur part s'aligner vers un deuxième printemps sans hockey. 

Le Canadien sera des séries. Mais sa récolte de points sera inférieure à celle de l'an dernier.

Marc Bergevin a beau avoir signé Alexander Semin... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Marc Bergevin a beau avoir signé Alexander Semin et Tomas Fleischmann à rabais, ça ne devrait pas suffire à propulser le Canadien vers les sommets offensifs du circuit Bettman. 

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Des chapelets pour Carey

(Vincent Gauthier) - Si le Canadien parvient à batailler pour le premier rang de sa division, ce ne sera pas nécessairement en raison des améliorations apportées à son alignement cet été. Il devra plutôt une fière chandelle à ses rivaux en déclin, dont les Bruins de Boston et les Maple Leafs de Toronto.

En ajoutant à cela les Sénateurs d'Ottawa, les Panthers de la Floride et les Sabres de Buffalo, qui ne sont pas encore prêts à s'infiltrer parmi l'élite, vous avez une division à la portée du Tricolore et... du Lightning de Tampa Bay, bien sûr.

Évidemment, tout cela tombera rapidement à l'eau si sa Sainteté Carey devait connaître une saison en demi-teinte. Phénoménal l'an dernier - son armoire à trophées peut facilement en témoigner - le meilleur gardien de la Ligue nationale de hockey devra répéter ses exploits. S'il devait perdre de son lustre, ça mettrait en lumière le manque criant de mordant offensif du Tricolore.

Marc Bergevin a beau avoir signé Alexander Semin et Tomas Fleischmann à rabais, ça ne devrait pas suffire à propulser le Canadien vers les sommets offensifs du circuit Bettman. Le Russe possède d'ailleurs le profil typique de joueur que déteste Michel Therrien. Beaucoup de talent offensif, mais un coeur à l'ouvrage souvent absent. Ça ne devrait donc pas être trop long avant de voir Semin goûter au popcorn sur la passerelle du Centre Bell.

Max Pacioretty et Tomas Plekanec doivent donc espérer qu'Alex Galchenyuk et Lars Eller connaissent une éclosion. À première vue, tous les espoirs semblent permis pour le Canadien. Pour que ça se concrétise, ça prendra toutefois quelques chapelets sur la corde à linge, question de garder Carey bien loin de l'infirmerie.

À l'image de Price, P.K. Subban a connu... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

À l'image de Price, P.K. Subban a connu sa meilleure saison en carrière l'an dernier. Difficile de faire mieux.

Photothèque Le Soleil

Les points d'interrogation du Canadien

(Nicolas Ducharme) - Lors des deux dernières années, j'ai essuyé les rires de certains quand j'estimais que le Canadien formait l'une des meilleures équipes de la Ligue nationale. À la lumière des classements généraux, j'avais raison. 

Mais cette saison, trop de points d'interrogation subsistent pour que je place l'équipe au sommet dans l'Est.

Carey Price peut-il réellement reproduire ses exploits de 2014-2015? Deux saisons exceptionnelles, il s'agit d'une lourde commande, même s'il est, à mon avis, le meilleur gardien de la LNH.

Alex Galchenyuk peut-il devenir le joueur tant espéré, surtout au centre? Nul doute que le troisième choix au repêchage de 2012 a poursuivi sa progression l'an dernier, mais peut-il devenir un marqueur de 80 points? J'ai des doutes.

À l'image de Price, P.K. Subban a connu sa meilleure saison en carrière l'an dernier. Difficile de faire mieux.

Jeff Petry a connu une saison au-delà des attentes en 2014-2015. Simple coup de chance ou le début d'une belle carrière?

Alexander Semin peut-il redevenir le joueur d'antan, où prendra-t-il la route de Dorval avec un vol aller seulement vers la KHL?

Zack Kassian peut-il devenir un joueur sérieux qui... oubliez celle-ci, nous avons obtenu notre réponse ce week-end.

Bref, afin de connaître une campagne aussi prolifique que l'année dernière, les astres devront être alignés pour le Canadien. Si c'est le cas, la Coupe est possible. Mais je trouve qu'après les Max Pacioretty, Tomas Plekanec, Andrei Markov et Brendan Gallagher, la profondeur de l'équipe fait défaut. J'ai lancé l'éponge dans le cas de Lars Eller.

Depuis le départ de Pat Burns, aucun entraîneur du Canadien n'a été en mesure de terminer sa quatrième saison complète derrière le banc de l'équipe, pour ceux qui se sont rendus à cette fameuse étape. Il s'agit d'un point névralgique pour les entraîneurs. Ça passe ou ça casse. Therrien sera-t-il encore avec le CH en juin?

Le Canadien mise désormais sur des meneurs qui... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 4.0

Agrandir

Le Canadien mise désormais sur des meneurs qui ont tous atteint leur pleine maturité: je pense au nouveau capitaine Max Pacioretty, au flamboyant P.K. et, à tout seigneur tout honneur, à Jesus Price. Ces trois hommes, s'ils demeurent en santé, conduiront le Tricolore aussi loin qu'ils le voudront. Surtout le p'tit dernier.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

De l'espoir avec une équipe à maturité

(Louis-Simon Gauthier)- Je dois me rendre à l'évidence: cette édition 2015-16 du Canadien, sur papier du moins, n'est pas moins bonne que celle de l'an dernier, éliminée au deuxième tour des séries. Est-elle meilleure? Je suis porté à croire que oui.

Le Canadien mise désormais sur des meneurs qui ont tous atteint leur pleine maturité: je pense au nouveau capitaine Max Pacioretty, au flamboyant P.K. et, à tout seigneur tout honneur, à Jesus Price. Ces trois hommes, s'ils demeurent en santé, conduiront le Tricolore aussi loin qu'ils le voudront. Surtout le p'tit dernier.

Dans la division, Montréal devra de nouveau en découdre avec Tampa Bay et Ottawa, ses deux principaux rivaux pour la présente campagne. Mais aucun de ces clubs ne saura tirer profit d'un gardien de la trempe de Price devant le filet.

Le Canadien réussira de nouveau à s'imposer par un but dans des matchs serrés à bas pointage, des matchs qu'il ne méritera pas toujours de gagner.

À l'arrière, j'ai hâte de voir Nathan Beaulieu et Jeff Petry. Le premier a les atouts pour participer à la relance d'un jeu de puissance ayant cruellement manqué de créativité. 

Petry aussi a de belles aptitudes offensives. Rapide en relance, il détient toutes les qualités pour s'imposer dans le nouveau format des prolongations.

Le Canadien devrait d'ailleurs connaître sa part de succès à 3 contre 3. Attendez de voir Subban s'amuser...

Il est encore tôt pour s'avancer quant aux chances d'un long parcours éliminatoire, mais je ne serais pas surpris que Montréal atteigne le carré d'as, voire la finale de la Coupe Stanley. 

Une addition majeure en attaque à l'aube du début des séries pourrait propulser cette équipe très loin, surtout si Alexander Semin redevient le buteur d'antan, lui qui retrouve un compatriote (Andrei Markov) très respecté dans le vestiaire du Canadien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer