Patinage: Rheault entre dans la cour des grands

Roxanne Rheault vivra une première année au sein... (Photo: Patinage Canada/Stephan Potopnyk)

Agrandir

Roxanne Rheault vivra une première année au sein de l'équipe nationale de Patinage Canada.

Photo: Patinage Canada/Stephan Potopnyk

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Dix-sept ans après avoir posé les pieds sur une patinoire pour la toute première fois, Roxanne Rheault débarque dans la cour des grands. À l'âge de 20 ans, la patineuse artistique de Sainte-Anne-du-Sault entame sa première année au sein de l'équipe nationale senior.

En vertu de sa quatrième position décrochée au Championnat canadien au printemps dernier, Rheault sera supervisée par l'élite de Patinage Canada, avec Annie Barabé en tête, en plus de bénéficier du soutien financier accordé aux meilleurs de sa discipline.

Rêvant depuis longtemps d'enfiler le manteau officiel de l'équipe nationale, la Centricoise a pu savourer cette réalité cet été lors d'un camp d'entraînement tenu en Ontario. «Ça faisait pas mal longtemps que je pensais à ce manteau-là», rigole celle qui s'entraîne à Varennes.

Sa présence sur l'équipe nationale lui permettra également de vivre une première compétition internationale, du 12 au 15 octobre à Barrie en Ontario, à l'occasion des Internationaux Classiques d'automne.

Pour Rheault, ce premier contact avec la scène mondiale lui servira notamment à se forger une identité dans ce monde où la réputation revêt une certaine importance.

«Je vais devoir me faire un nom, montrer ce que je suis capable de faire. Ça va me permettre de voir comment je peux performer en situation de stress. Je veux faire de mon mieux, c'est une étape de plus dans mon cheminement.»

Depuis le début de la saison, la patineuse du Centre-du-Québec connaît du succès. Elle a notamment terminé au premier rang de la compétition Georges-Éthier. Forte d'une incursion dans letop-5 national chez les seniors au printemps 2015, Rheault espère réussir à se maintenir parmil'élite.

Si jamais elle se démarque à son premier rendez-vous international, elle pourrait obtenir des invitations pour d'autres compétitions prestigieuses. «J'ai encore beaucoup de chemin à faire. Je veux profiter de cette année avec l'équipe nationale pour améliorer mon bagage d'expérience. Au pays, Gabrielle Daleman est la meilleure et me sert de point de référence.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer