Camille Estephan mijote de grands projets pour Simon Kean

Le grand patron d'Eye of the Tiger Management,... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le grand patron d'Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, est venu dévoiler la programmation du gala de boxe qu'il présentera le 6 novembre à Trois-Rivières, en collaboration avec Jimmy Boisvert du club Performance. On les aperçoit en compagnie de deux Trifluviens qui entameront alors leur carrière professionnelle, François Pratte et Simon Kean.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est parce qu'il a le sentiment de mettre la main sur une future grande vedette que Camille Estephan, président de la firme Eye of the tiger, a recruté Simon Kean dans son écurie. Le poids lourd trifluvien a officialisé hier son départ des rangs amateurs pour se lancer chez les professionnels, et il sera la tête d'affiche d'un gala à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières le 6 novembre mis sur pied conjointement par le promoteur montréalais et le club Performance.

«On le voit champion du monde un jour», a lancé Estephan hier à propos du monarque canadien chez les super lourds, qu'il a mis sous contrat à long terme sans toutefois vouloir préciser la durée exacte du contrat. «On espère que ce sera à vie! C'est un gars de caractère. À qui je promets de donner tous les outils pour qu'il puisse aller au bout de son potentiel.»

Estephan a fait ses devoirs. Il sait que Kean arrive avec un bon bagage amateur, de la puissance à revendre... et un passé judiciaire garni. «Ce n'est pas un problème pour moi. J'aime m'entourer de gens qui veulent une chance, et qui sont prêts à travailler pour la saisir. On a eu de bonnes discussions ensemble, c'est ma façon de travailler. Simon sait qu'un champion de boxe, ce n'est pas juste dans le ring qu'il doit briller, mais aussi dans sa vie en générale. Il est sur le bon chemin et nous allons l'accompagner là-dedans.»

Kean, pour sa part, a tenu à rectifier certaines informations qui circulent à l'effet qu'il passe pro en ce moment parce qu'il ne croit pas en ses chances de succès s'il participait aux Mondiaux de boxe amateur. «Je n'ai jamais dit ça. Je n'ai peur de personne. La preuve, je m'en vais chez les pros», a martelé le Trifluvien, qui pointe le manque de soutien financier de Boxe Canada et sa volonté de lui imposer certains entraîneurs comme des déclencheurs qui l'ont orienté vers cette importante décision.

«À partir de maintenant, je choisis mes entraîneurs. Je pourrai toujours compter sur Denis Hince et Jimmy Boisvert, avec qui jetravaille à tous les jours au gymnase. Juste ça, c'est une grosse différence.»

Cette journée était attendue depuis longtemps par Boisvert, qui conseillait à son poulain de passer chez les pros depuis quelques années. «Depuis 2012 que je lui en parle! Il voulait aller chercher un peu plus d'expérience sur la scène internationale avant, je respecte ça. Mais là, le timing était bon, et il tombe entre de bonnes mains avec Mike Moffa, Camille Estephan et Eye of the tiger. Cette firme a le vent dans les voiles», plaide l'entraîneur, qui n'a pas été approché par d'autres promoteurs québécois.

«Ils croyaient peut-être que Simon irait aux Mondiaux. De mon côté, je n'ai pas cherché à faire grimper les enchères en magasinant. J'ai un bon lien avec Mike Moffa, et on s'associe à des gens qui croient en Simon. C'est ce qui était important à nos yeux», ajoute Boisvert, en disant espérer que Kean puisse faire huit combats à sa première année chez les pros. «On veut qu'il soit le plus actif possible.»

En plus de Kean, un autre Trifluvien, François Pratte (voir autre texte), fera ses débuts chez les pros le 6 novembre. La carte sera complétée par Schiller Hyppolite (16-1), Mick Gadbois (13-0-3) et Mathieu Germain (3-0). Les adversaires de ces boxeurs seront connus d'ici deux semaines. «Ce sera une carte des ligues majeures. Pour la simple et bonne raison qu'on veut revenir ici souvent! Trois-Rivières est une belle ville. J'espère qu'un jour, Simon (Kean) aura sa statue ici!», a clamé Estephan pour donner un petit côté théâtral à son allocution.

Pratte mode séduction

C'est Simon Kean qui était la vedette du point de presse d'hier, reléguant François Pratte à un rôle de valet.

Kean fera les frais de la finale le 6 novembre et son statut d'olympien lui a permis de décrocher un contrat à long terme avec Eye of the Tiger. Pratte, de son côté, est condamné à impressionner le grand patron Camille Estephan le 6 novembre s'il veut obtenir le même privilège. Mais ne comptez pas sur lui pour se plaindre de son sort. «C'est un rêve de petit garçon que je réalise en passant chez les pros. Je sais ce qui est à l'enjeu pour moi le 6 novembre, et c'est bien correct comme ça. Quand on est petit, il faut toujours travailler plus fort pour obtenir ce que l'on veut!», sourit Pratte. «J'ai juste à boxer comme j'en suis capable et le reste va s'enchaîner.»

Pour cette première sortie chez les pros, Pratte doit affronter le Shawiniganais Michael Gargouri, qui n'a pas encore gagné un combat après sept affrontements. «On ne se connaît pas. Je l'ai vu à l'oeuvre dans certains galas, je sais qu'il est plus grand que moi. Ce combat, ce n'est rien de personnel mais il est sur mon chemin et j'ai un travail à faire...»

Partager

À lire aussi

  • Simon Kean passe chez les pros

    Sports

    Simon Kean passe chez les pros

    Quelques jours après avoir fait une croix sur les Championnats du monde de boxe, faute de financement, le super-lourd Simon Kean tire définitivement... »

  • Pratte en mode séduction

    Sports

    Pratte en mode séduction

    C'est Simon Kean qui était la vedette du point de presse d'hier, reléguant François Pratte à un rôle de valet. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer