Boxe: adieu Rio, place aux pros!

Après avoir livré 69 combats chez les amateurs,... (Karla Calderon)

Agrandir

Après avoir livré 69 combats chez les amateurs, dont son dernier face au Vénézuélien Edgar Ramon Munoz Mata lors du Championnat continental où il a décroché la médaille de bronze, Simon Kean a choisi de faire le saut chez les professionnels.

Karla Calderon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Quelques jours après avoir fait une croix sur les Championnats du monde de boxe, faute de financement, le super-lourd Simon Kean tire définitivement un trait sur les Jeux olympiques de Rio 2016 et sa carrière chez les amateurs. À 26 ans, le Trifluvien fera plutôt le saut chez les professionnels et disputera son premier combat au sein de l'écurie Eye of the Tiger Management, alors qu'il sera la tête d'affiche d'un gala présenté le 6 novembre à la Bâtisse industrielle.

«Je suis vraiment content. Tout au long de ma carrière, on me demandait quand j'allais devenir pro. Et bien, le moment est enfin arrivé!», a lancé le redoutable boxeur, en entrevue exclusive avec Le Nouvelliste, hier. «En plus, ça va se faire à Trois-Rivières, c'est big. Ça va être écoeurant!»

Pour le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance, ça faisait plusieurs mois déjà qu'il songeait à joindre les rangs professionnels. Quelques promoteurs l'épiaient attentivement, mais le super-lourd s'accrochait à son rêver de retourner aux Jeux olympiques.

Cependant, depuis que Boxe Canada a choisi de ne pas lui accorder de brevet - le privant ainsi d'un précieux financement - le puissant cogneur semblait avoir les yeux davantage rivés vers les pros plutôt que Rio 2016. «C'est certain que le fait de ne pas me donner de brevet a entré en ligne de compte dans ma décision. Dès que j'ai su qu'ils n'allaient pas me payer, j'ai voulu tourner pro tout de suite. Mais en même temps, je voulais essayer de retourner aux Jeux.»

Résistant à la tentation, il s'est donc accroché, en se qualifiant notamment de justesse pour les Jeux panaméricains. À Toronto, il a été vaincu d'entrée de jeu. Puis, lors du plus récent championnat continental, il a ramené à la maison une médaille de bronze. Elle s'avérera son dernier fait saillant chez les amateurs, le financement ne lui permettant pas de se rendre au Qatar pour participer aux Mondiaux.

«C'est certain que c'était un rêve de retourner aux Olympiques. Mon oncle me voyait sur le podium. Je me voyais là aussi», laisse-t-il tomber.

En tirant sa révérence chez les amateurs, Kean coupera aussi les ponts avec Boxe Canada. À en croire le super lourd trifluvien, il sera soulagé de voir l'union prendre fin. «Je ne vais pas trop m'ennuyer d'eux», lance-t-il, en rappelant que le fardeau financier devenait de plus en plus lourd à supporter.

«J'ai payé pour aller au championnat continental et réussi à avoir ma place aux Championnats du monde. J'étais très désappointé quand j'ai vu que je devais encore payer moi-même pour aller aux Mondiaux. Il n'y avait absolument aucune logique là-dedans.»

Pour Eye of the Tiger Management, l'arrivée de Kean, cinquième aux Jeux olympiques de Londres en 2012, représente une prise de qualité. L'écurie a d'ailleurs de grandes ambitions pour le produit du club Performance.

«Simon est un boxeur talentueux envers qui on s'engage de bien l'encadrer, avec un but en tête qui est d'aller chercher le championnat du monde des poids lourds», a commenté, par voie de communiqué, Camille Estephan, président d'Eye of the Tiger Management.

À ce sujet, Kean est tout aussi enthousiaste que ses patrons. La ceinture mondiale est sur son radar. «Je ne veux pas être un faire-valoir. Je vise le top! Je m'entraînais fort en vue des Mondiaux, mais là je m'entraîne encore plus fort et je vais pouvoir travailler avec mes entraîneurs dans mon coin», s'exclame celui qui a bouclé son parcours amateur avec un dossier de 54-15.

«Les gens d'Eye of the Tiger Management étaient intéressés à moi et moi, c'est avec eux que je voulais travailler absolument. Je regarde d'où ils sont partis et où ils s'en vont. Ils ont la bonne recette», ajoute Kean, qui met les gants de temps à autres avec Éric Martel et Oscar Rivas, en préparation de son baptême professionnel.

Comptant déjà dans ses rangs les David Lemieux, Dierry Jean et Bermane Stiverne, entre autres, l'entreprise de Camille Estephan orchestrera donc le premier gala professionnel en sol trifluvien depuis 2009, comme le révélait

Le Nouvelliste hier matin. Au cours de cette soirée, dont les détails doivent être dévoilés aujourd'hui, le Trifluvien et quintuple champion canadien François Pratte fera également ses débuts professionnels.

Faits saillants de Kean chez les amateurs

10 décembre 2010: premier titre de champion canadien chez les super-lourds contre l'Ontarien Dawson Gibson.

18 janvier 2011: sur l'équipe nationale senior à 22 ans.

2 août 2012: Kean fait ses débuts olympiques en défaisant le Français Tony Yoka aux Jeux de Londres.

6 août 2012: Au deuxième tour des Jeux de Londres, Kean s'incline devant le Kazakh Yvan Dychko et termine au cinquième rang du tournoi olympique.

MAI 2013: Boxe Canada l'exclut de l'équipe nationale, alors aux prises avec des démêlés judiciaires.

11 mai 2014: Après avoir passé 8 mois derrière les barreaux, Kean renoue avec la compétition en remportant la Coupe Adidas.

1er novembre 2014: Victoire devant Aaron Huggins pour remporter le Championnat canadien des super-lourds.

MARS 2015: Boxe Canada ne lui octroie pas de breve, le privant ainsi de revenus importants dans sa préparation olympique.

19 JUILLET 2015: aux Jeux panaméricains, défaite au premier tour devant l'Américain Cam Awesome.

20 août 2015: dernier combat amateur, défaite en demi-finale du Championnat continental face au Vénézuélien Edgar Ramon Munoz Mata.

30 septembre 2015: À 26 ans, il met un terme à sa carrière chez les amateurs et s'entend avec Eye of the Tiger Management pour amorcer sa carrière professionnelle.

Tête d'affiche chez Eye of the Tiger Management 

David Lemieux (34-2, 31 KO) poids moyens champion IBF

Dierry Jean (29-1, 20 KO) poids super-légers ancien champion NABF

Bermane Stiverne (24-2-1, 21 KO) poids lourds ancien champion WBC

Antonin Décarie (31-2, 10 KO) poids mi-moyens ancien champion NABF

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer