Match ultime ce soir pour les Aigles Plante Sports

Malgré une bonne soirée de trois coups sûrs... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Malgré une bonne soirée de trois coups sûrs et deux points marqués, Simon Loranger (19) devra, à l'instar de ses coéquipiers des Aigles Plante Sports, disputer un septième et dernier match en séries, ce lundi soir à Trois-Rivières contre Québec.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) On aura de nouveau droit à un septième match entre les Aigles Plante Sports et les Diamants de Québec. Avec une victoire de 5-4 samedi, les Québécois ont forcé la tenue d'une rencontre ultime qui aura lieu ce lundi soir au stade Fernand-Bédard.

Les amateurs de baseball ont eu droit à un réel classique, en fin de semaine, à l'autre bout de l'autoroute 40. Les deux équipes se sont échangé l'avance en début de match et ce jusqu'à la troisième manche, quand les Trifluviens ont marqué trois points, réalisés par Martin Gagnon et Kevin Bergeron, sur un simple de Jean-Simon Gagné, et par Simon Loranger, sur un ballon sacrifice de Chandi Brazeau. 

«Avec deux coureurs sur les sentiers, Joey Toupin a frappé une balle qui a terminé à deux pieds du circuit. Il y avait deux gars sur les sentiers, ça aurait fait 7-2. Il n'a pas été chanceux, mais c'est ça le baseball», a indiqué le gérant Rémi Doucet.

Nul doute que les Aigles auraient bien aimé pouvoir compter sur cette avance supplémentaire de trois points, puisqu'ils n'ont plus été en mesure de générer de l'offensive face aux locaux, qui eux, se sont mis en marche. En cinquième manche, face à Jean-François Dionne, ils ont inscrit deux points pour ramener les deux équipes à la case départ. 

Puis en sixième, Dionne a laissé sa place à Kevin Bergeron, qui lui non plus n'a pas été en mesure d'arrêter la remontée des Diamants. Il a donné trois coups sûrs et permis un point aux visiteurs, qui ont terminé le boulot en septième manche pour rester en vie.

«Jean-François a été bon, il a donné tout ce qu'il pouvait donner. Il revenait d'un repos de seulement trois jours, et c'est pourquoi nous l'avons retiré du match en sixième.»

Reprise de 2011

La dernière fois que les Diamants (alors appelés Capitales) et les Aigles en ont décousu en finale, c'était en 2011. La série, comme en 2015, s'était terminée au stade Fernand-Bédard, à l'avantage des Québécois. 

Les Aigles tenteront de s'assurer que ce scénario ne se répète pas en envoyant Kevin Bergeron au monticule. L'artilleur a connu une campagne incroyable avec une fiche de 5-0 et une moyenne de points mérités de 0,55. Il reste maintenant à voir quel sera l'état de son bras, puisque le vétéran a été utilisé en relève lors des matchs cinq et six pour un total de quatre manches. À l'origine, Bergeron devait lancer samedi, mais Doucet voulait s'assurer de pouvoir compter sur lui ce soir.

«Avec ce qu'on a vécu cette saison, des matchs sept, on en a joué quelques uns et nous avons toujours bien réagi quand notre vie en dépendait. Je suis confiant qu'on puisse faire le travail», souligne Doucet, qui estime qu'il n'y a pas de panique dans son vestiaire.

«Nous n'avons pas de raison de paniquer, je pense qu'on est confiant de ce qu'on a à offrir à la maison, c'est excitant de pouvoir jouer une finale en sept. Oui, on aurait aimé en finir avant, mais personne ne pensait que ça allait être facile.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer