Baseball junior: les Aigles muselés par un releveur

Félix-Alexandre Trudel s'est amusé comme un petit fou... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Félix-Alexandre Trudel s'est amusé comme un petit fou face aux Aigles.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Aigles et Diamants ne se céderont pas un pouce dans cette finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec. Mardi au stade Fernand-Bédard, c'est un releveur qui a eu le dessus sur l'as partant des Aigles Plante Sports, Jean-François Dionne, dans un vrai duel de lanceurs.

Félix-Alexandre Trudel a livré un match complet d'un seul coup sûr sur le monticule, et les représentants de la Capitale nationale ont blanchi les Oiseaux 2-0. Ces derniers mènent toujours la série 2-1 et tenteront de prendre l'ascendant par deux matchs, dès ce soir au Stade municipal de Québec.

TRUDEL HYPNOTISE LES AIGLES

À son deuxième départ de la saison seulement, Trudel, un vétéran de 22 ans, s'est amusé comme un petit fou face aux champions canadiens et de la saison régulière.

Seul Simon Loranger, en début de deuxième manche, a été en mesure de claquer la balle en jeu contre lui. Un simple. Un tout petit simple.

Sinon, que des miettes: neuf retraits sur des prises et à peine deux buts sur balles. Les Aigles, pourtant si opportunistes depuis le mois de mai, n'ont jamais atteint le deuxième coussin. C'est tout dire!

«Trudel a été le meilleur lanceur auquel on a dû faire face cette année», tranchait après la partie l'entraîneur-chef des locaux Rémi Doucet.

«Il n'a à peu près rien lancé au milieu du marbre. De mémoire, je n'ai pas vu des tonnes de prestations de la sorte depuis le début de ma carrière. Aucun homme au deuxième but dans un match? Non, je n'ai pas de souvenirs de ça...»

Difficile, après une telle sortie, de pointer les joueurs du doigt. Il y a bien eu cette séquence en fin de septième manche impliquant Martin Gagnon, mais sinon, le match appartenait à Trudel.

Bénéficiant d'une erreur du joueur d'arrêt-court, Gagnon avait réussi à atteindre le premier but avec aucun retrait, mais a tenté sur le même jeu de gagner le deuxième coussin. Il a plutôt été retiré.

«Ce n'était peut-être pas la bonne décision à prendre, mais Martin désirait provoquer quelque chose et avec si peu de chances en attaque, on ne pouvait pas lui en vouloir.»

La performance de Trudel a éclipsé une autre belle soirée au boulot de Jean-François Dionne, qui a espacé quatre coups sûrs en sept manches. Les deux points des Diamants à ses dépens étaient mérités.

SORTIR UN LAPIN DE SON CHAPEAU

Dans l'autre vestiaire, Dominik Walsh félicitait ses ouailles pour la besogne accomplie dans l'antre des Aigles juniors. Deux jours auparavant, ce sont les Trifluviens qui avaient eu le meilleur au Stade municipal, encore par blanchissage (1-0).

«On a sorti un lapin de notre chapeau», souriait le pilote, en parlant de la présence de Trudel.

«Nous sommes heureux, ça nous prenait une victoire ce soir et d'y parvenir avec un jeu blanc, contre une équipe misant sur une si belle profondeur comme Trois-Rivières, c'est gros.»

Avec son changement de vitesse, sa courbe et sa rapide, toujours efficace même en fin de rencontre, Trudel a su éviter la fameuse grosse manche que plusieurs artilleurs ont concédé aux Aigles durant la campagne.

«C'est vraiment avec nos lanceurs que nous avons une chance de les battre, car offensivement, ils ont un léger avantage sur nous.»

Les deux équipes remettront ça à compter de 19 h 30, ce soir à Québec pour le quatrième choc de la finale. Les joueurs profiteront ensuite d'une journée de congé avant de renouer avec l'action, vendredi à Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer