Aigles: les partants ont été fumants

L'heure était aux célébrations lundi comme le démontre... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'heure était aux célébrations lundi comme le démontre Craig Hertler avec ses coéquipiers.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour gagner en séries, ça prend de bons lanceurs. On dit souvent que la défensive gagne des championnats et les Aigles en incarnent un exemple probant. Malgré la difficulté à dénicher des spécialistes de la huitième et de la neuvième manche, l'équipe a, somme toute, très bien fait au monticule. Voici une brève analyse du gérant Pierre-Luc Laforest de ses principaux acteurs sur la butte, ceux qui ont terminé l'année avec le club.

MATTHEW RUSCH, PARTANT

La Ligue Can-Am permet aux formations d'aligner quatre vétérans. Javier Herrera, Steve Brown, Pedro Lopez, Luis Munoz et Rusch partageront tous ce statut l'an prochain. Y a-t-il encore de la place pour l'instructeur des lanceurs? «C'est certain que oui. À moins qu'il soit blessé, Matt va être avec nous. Pour moi, il est encore le leader au monticule. Aucun doute possible!»

LUIS MUNOZ, PARTANT

«Il n'a peur de rien! En excluant son premier départ de la saison, il a effectué tout un boulot pour nous cet été. Il est devenu le deuxième meilleur lanceur de notre rotation et c'est ce qu'on attendait de lui.»

RYAN BOLLINGER, PARTANT

Le géant gaucher a connu un excellent début de campagne, dominant plusieurs catégories comme la moyenne de points mérités et le nombre de retraits sur des prises, mais il a aussi vécu sa part de difficultés.

«Au moins, il a pu faire les ajustements nécessaires et j'ai apprécié sa fin de campagne. Ryan est un gars très compétitif», soulignait l'entraîneur à propos de celui qui a accordé sept doubles en sept manches et un tiers de séries.

CHARLES GILLIES, PARTANT

Voilà une recrue très prometteuse que plusieurs équipes du baseball affilié auront à l'oeil cet hiver. «Il a un potentiel incroyable! Son changement de vitesse et sa cassante devraient l'amener loin. Sa balle bouge beaucoup et sa rapide atteint 91 à 94 miles à l'heure. Il doit faire attention aux buts sur balles, mais je crois qu'on doit le pousser pour le retourner dans les rangs affiliés.»

MIKE BRADSTREET, PARTANT ET RELEVEUR

Il revendique rien de moins que la dernière victoire des Aigles de la saison, la plus importante d'ailleurs.

«C'est un gamer! Ses tirs ne dépassent pas 86 miles à l'heure, mais quand il lance en bas des genoux, il devient difficile à affronter. Pour une recrue, c'était difficile de demander mieux. Il a fait le travail autant en relève que comme partant en séries.»

EDILSON ALVAREZ, RELEVEUR

Transformé en lanceur de relève, Alvarez s'est avéré une belle surprise dans l'enclos, malgré des difficultés lors de la finale.

«C'est le lanceur de l'année pour une raison: il a été actif plus de 70 manches, mais avec seulement trois départs. Ça veut dire qu'il jouait à presque tous les jours. Ç'a été notre meilleur dépanneur!»

DAVID LEBLANC, RELEVEUR

Leblanc est le seul lanceur des Aigles ayant joué dans les trois premières années du club. «Lui, il a élevé son jeu d'un cran. Il est l'un des leaders dans la chambre, malgré son jeune âge. Il peut lancer deux ou trois manches et en début de saison, il avait été catégorique: c'était le championnat ou rien!»

SCOTT KUZMINSKY, RELEVEUR

Débarqué de Wichita le 30 août, peu de gens auraient parié sur son rôle important en finale. Il a été presque parfait en cinq manches, accordant deux coups sûrs et aucun point. «Il a lancé beaucoup de prises. Avec sa glissante, sa courbe et sa rapide à 94 miles à l'heure, il devient un joueur très difficile à affronter. Je lui souhaite à lui aussi de se trouver du boulot dans l'affilié, mais sinon, je le reprendrais volontiers!»

PHILIPPE-ALEXANDRE VALIQUETTE, RELEVEUR

«Il n'avais presque pas vu d'action depuis quatre ans. Après un départ ardu, il avait retrouvé sa rapide à 93-94 miles à l'heure. Mais sa blessure à l'avant-bras a changé les plans, il a dû s'absenter pour un mois. C'est dommage car ça change toute la dynamique. On va voir dans les semaines à venir comment il se sent.»

ALEX SZYMANSKI, RELEVEUR

Le gaucher ne sera pas de retour l'an prochain, à moins que les blessures s'accumulent comme ce fut le cas cette année en saison. «Il pourra nous donner un coup de main, il a prouvé qu'il pouvait le faire pendant la campagne, même si on ne l'a pas utilisé en séries.»

KAOHI DOWNING, RELEVEUR

«Ça va être un autre dossier à suivre. Tout dépendra de la guérison de ses blessures. Chose certaine, il a été notre releveur numéro un pendant plusieurs semaines alors du talent, il en possède.»

louis-simon.gauthier@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

  • Les Aigles accueillis en héros

    Sports

    Les Aigles accueillis en héros

    Vingt-quatre heures après leur conquête d'un premier championnat de la Ligue Can-Am, les joueurs des Aigles ont enfin pu fêter dans leur ville... »

  • Kaohi Downing jouait blessé

    Sports

    Kaohi Downing jouait blessé

    Releveur numéro un durant la campagne, Kaohi Downing a vu son étoile pâlir en séries alors que plusieurs lui ont reproché d'avoir flanché dans les... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer