La série Aigles-Jackals à la limite

Steve Brown et Javier Herrera ne se découragent... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Steve Brown et Javier Herrera ne se découragent pas de leur défaite (7-5) de samedi face aux Jackals, et se reprendront dimancheau au stade Yogi-Berra de Little Falls.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LITTLE FALLS, NEW JERSEY) Les Aigles étaient à six retraits de réaliser l'exploit de remporter un premier championnat de la Ligue Can-Am. Un appel controversé de l'arbitre au troisième coussin Kurt Branin a toutefois permis aux Jackals de soutirer un deuxième gain dans cette finale de la Ligue Can-Am.

Grâce à cette victoire de 7-5 arrachée à la fin d'une autre bataille épique, les représentants du New Jersey ont provoqué la présentation d'un cinquième et ultime match, qui aura lieu dimanche après-midi, à 14h05, au stade Yogi-Berra de Little Falls.Les Aigles avaient pourtant pris l'ascendant après sept manches. En retard 0-3 à un certain moment dans la rencontre, les visiteurs sont sortis de leur léthargie face à John Walter et ils ont inscrit cinq points lors des tours cinq, six et sept.

Joel Carranza (un point, un point produit), Jose Cuevas (un point, un point produit) Eric Grabe (un point produit) et Steve Brown, avec le simple qui donnait l'avance 5-4, ont notamment été en mesure de secouer les Jackals. À l'instar de plusieurs parties disputées au cours du dernier mois, les Aigles réussissaient à s'ajuster au travail des lanceurs devant eux. Dans leur camp au monticule, Luis Munoz, malgré un départ houleux, a retrouvé ses repères en fin de rencontre, même qu'il était toujours d'office en huitième avec son club en avance par un maigre point. Il a toutefois accordé un triple d'entrée de jeu à Dvontrey Richardson, puis un mauvais lancer a permis à ce dernier de marquer pour égaler le pointage à 5-5.

Edilson Alvarez a pris la relève et il se tirait bien d'affaire avec deux retraits, mais A.J. Kirby-Jones a claqué un simple de deux points sur la ligne du troisième. Un simple de deux points contestable puisque sur la séquence, l'officiel Branin avait d'abord appelé la balle à l'extérieur, avant de se raviser sur le champ.

Le troisième-but Eric Grabe n'a pas vu les gestes de Branin, mais il n'a pas attaqué la balle de la bonne façon, ce qui aurait sans doute conduit aux deux points, peu importe la décision de Branin.

Qu'à cela ne tienne, le gérant Pierre-Luc Laforest se réféait au livre des réglements du baseball pour critiquer la décision de Branin.

«Il a d'abord déclaré la balle hors-ligne. Sa première décision doit être la bonne, point final, même si elle était en jeu. Eric a paniqué sur la séquence, mais Tim aurait dû être conséquent avec son verdict initial.»

Point d'assurance loupé

En dépit de cet appel, les Aigles n'ont qu'eux à blâmer pour cette défaite, une deuxième subie de manière crève-coeur dans cette excitante finale.

En début de huitième, un double de Daniel Mateo avec aucun retrait plaçait les Trifluviens en position avantageuse. Mais voilà, ni Kyle Lafrenz, ni Joel Carranza n'ont pu pousser le Dominicain à la plaque. Une avance de deux points aurait pourtant constitué un atout majeur aux visiteurs avant d'attaquer la dernière portion du match.

«On ne l'a jamais facile, mais nous sommes habitués. Il reste une partie, on veut la gagner. Mais oui, le point d'assurance aurait été énorme.»

Quant à la décision de renvoyer Luis Munoz en huitième, elle était justifiée par la confiance démontrée par le vétéran lors des tours six et sept.

«C'était la bonne chose à faire. Il avait effectué 100 lancers, mais nous savons tous qu'il peut se rendre à 120 ou 130. C'est dommage pour lui, sauf que ça fait partie du baseball.»

Bradstreet ou Rusch?

Selon toute vraisemblance, les Jackals feront appel dimanche à leur instructeur des lanceurs Anthony Claggett. L'ancien des Yankees de New York et des Pirates de Pittsburgh, qui a fait une petite saucette dans les ligues majeures en 2009, a pris part à son dernier match le 5 septembre, contre les Saints de Saint-Paul. Il avait récolté la victoire après avoir oeuvré pendant huit manches.

Tout porte à croire qu'il sera opposé à Mike Bradstreet des Aigles. Ce dernier a été utilisé en longue relève pendant les séries, à une reprise du côté de Rockland. Il avait bien fait en cinq manches et deux tiers, espaçant sept coups sûrs.

Il se peut aussi que Laforest fasse confiance à Matthew Rusch, si celui-ci se sent à l'aise pour commencer la rencontre. On aurait alors droit à une confrontation entre les deux entraîneurs des lanceurs.  Une signature qui serait à la hauteur de cette finale haute en couleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer