Les Aigles à une victoire du championnat!

Les bonnes équipes trouvent toujours le moyen de capitaliser sur les erreurs de... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Little Falls) Les bonnes équipes trouvent toujours le moyen de capitaliser sur les erreurs de l'adversaire. Les Aigles font partie du lot et ils se réveillent samedi matin un peu plus près de leur objectif, forts d'une victoire de 7-3, vendredi au stade Yogi-Berra, face aux Jackals du New Jersey.

Finalistes des quatre dernières années dans la Ligue Can-Am, les Jackals ont accordé à leurs visiteurs trois erreurs dès les deux premières manches. Les Oiseaux ont répliqué avec une récolte de six points. Rien de moins!

La suite de la rencontre a été plus serrée, mais en bout de ligne, les Aigles, la formation la plus efficace de tout le circuit depuis un mois, s'est encore imposée.

Samedi soir, elle pourrait offrir aux amateurs de baseball de la Mauricie leur premier championnat de la Ligue Can-Am. Et ce, au terme de la troisième campagne de la franchise seulement.

Même s'ils retrouvaient leur domicile après une exode de plus d'une semaine, les Jackals semblaient perdus au lancement des hostilités. Craig Hertler a d'abord gagné les sentiers sur une erreur du voltigeur de droite Leandro Castro, puis une chandelle de routine claquée par Steve Brown s'est transformée en double, après que Castro ait perdu de vue la balle dans les projecteurs.

Daniel Mateo et Jose Cuevas ont enchaîné avec un simple et un double pour faire 3-0.

Les Aigles affectionnent les bons débuts de matchs, particulièrement sur la route. À Rockland, ils avaient aussi marqué en premier dans deux des trois joutes.

Au deuxième tour, une balle inoffensive frappée par Kyle Lafrenz a passé entre les jambes du troisième-but Jared Schlehuber, puis le partant des Jackals Shawn Sanford n'a pu effectuer un relais de routine.

Ces deux erreurs supplémentaires ont conduit à trois autres points, produits par Hertler, Pedro Lopez et Javier Herrera. Après deux manches, tous les joueurs des visiteurs avaient visité les coussins au moins une fois.

«J'aurais aimé qu'on marque encore plus, mais on a su bénéficier des erreurs», commentait avec satisfaction le gérant des vainqueurs Pierre-Luc Laforest.

«Ça fait plus mal perdre une partie comme ça, si je compare à notre situation de jeudi», poursuivait-il, sourire en coin. «Des ballons, ce n'est pas toujours facile à négocier, surtout avec les lumières.»

Kuzminsky finit le boulot

Sur la butte, Charles Gillies des Aigles n'aura permis que trois points mérités - dont un circuit bon pour deux à A.J. Kirby-Jones - en six manches et un tiers.

Si les Aigles ont dominé la première partie de cette soirée, on sentait que le New Jersey reprenait du poil du chacal plus la rencontre progressait. Appelé en relève, David Leblanc a rempli les coussins, mais il s'en est tiré avec un ballon.

Scott Kuzminsky a par la suite éliminé six des sept derniers frappeurs des Jackals. Il n'a jamais permis aux locaux de remonter la pente. Il était bon de voir un releveur des Aigles en plein contrôle de la situation, tard dans un match serré.

«J'avais confiance en ma rapide. Mon changement de vitesse était à point aussi, je suis très heureux d'avoir contribué à ma façon», soulignait le numéro 44, dans un vestiaire animé mais célébrant avec une certaine sobriété.

Fait particulier du stade Yogi-Berra, les deux vestiaires sont situés très près l'un de l'autre. Le gérant Joe Calfapietra, qui tente de ramener un premier titre au New Jersey en 11 ans, a quitté son bureau presque sur le champ.

L'entraîneur au premier but a donc agi à titre de porte-parole pour les favoris de la foule, qui n'ont pas reçu l'appui escompté hier alors que l'on ne dénombrait que quelques dizaines d'amateurs dans les estrades.

«Il faut garder une attitude positive comme on l'a fait toute l'année. Donner quatre erreurs dans le match, c'est inacceptable, mais je sais que nous allons revenir en force demain», concluait Ani Ramos, enterré par la musique émanant de l'autre vestiaire.

Sasha Lagarde, lui, célébrait son premier point produit en séries chez les pros. Entré dans l'action en huitième, il a claqué un simple opportun pour ajouter à l'avance des siens (7-3). «En plus, je l'ai réussi contre un gaucher (Brandon Sisk). Il est le deuxième meilleur releveur des Jackals, j'étais content! Les gars étaient aussi heureux, on a un bon vestiaire. Mais il nous manque un gain pour être pleinement satisfaits.»

Les deux équipes se retrouvent ce soir, à 18 h 35. Luis Munoz devrait faire face à Anthony Claggett, l'actuel entraîneur des lanceurs chez les Jackals et ancien des Yankees de New York et des Pirates de Pittsburgh, dans un prometteur duel de lanceurs.

Carnet de notes

Le stade Yogi-Berra est situé sur le campus de l'Université d'État de Montclair, dans le complexe sportif. En route vers l'endroit, on a aperçu deux chevreuils, tout près du stationnement... Un dépisteur des Orioles épiait le travail de certains joueurs des Aigles vendredi... Yogi Berra a sa propre loge dans le stade qui porte son nom. On dit que l'ancienne gloire des Yankees de New York assiste parfois à certains matchs, même qu'il a sa propre loge. Il affectionne particulièrement les soirées où les hot-dogs sont vendus pour le prix modique de 50 sous!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer