Les Aigles déchaînés (vidéo)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Aigles ont eu le numéro des Jackals pendant toute la saison. Qu'à cela ne tienne, on ne s'attendait pas à une leçon de baseball pour le premier match de la finale de la Ligue Can-Am entre les deux clubs.

Les Aigles ont humilié les Jackals 12-0.... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Les Aigles ont humilié les Jackals 12-0.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Appuyés par un Matthew Rusch en contrôle sur le monticule, les Oiseaux ont claqué quatre circuits pour disposer des rivaux du New Jersey 12-0, devant 3856 bruyants amateurs de plus en plus confiants de voir les leurs soulever le trophée des séries éliminatoires.

On se demandait s'il restait encore de la magie pour s'imposer face aux Jackals, finalistes des quatre dernières campagnes dans le circuit Wolff. On vantait notamment leur personnel de lanceurs et la profondeur affichée en offensive, le gérant Joe Calfapietra étant un maître dans l'art du recrutement.

Recette gagnante

Comme ils l'ont si bien fait contre les Boulders de Rockland en demi-finale, les Aigles ont frappé fort et tôt. Dès la manche initiale, Steve Brown a réussi un double au champ droit pour pousser Craig Hertler au marbre.

Brown, qui frappe la balle en lieu sûr une fois sur deux en séries, a joué de chance puisque le voltigeur Leandro Castro a perdu la balle de vue pendant un court instant, ce qui fut néanmoins suffisant pour inscrire le premier point.

Daniel Mateo a par la suite enchaîné avec un retentissant circuit, encore dans la droite. Et le party ne faisait que commencer...

«Ce circuit était énorme. Daniel nous a permis de respirer et ç'a donné un bon coussin à Matthew. Et des coussins, Matt sait quoi faire avec ça», analysait plus tard le gérant Pierre-Luc Laforest, pas peu fier de l'opportunisme démontré par les siens dans les sept derniers jours.

Effectivement, Rusch ne s'est jamais mis dans l'embarras, malgré dix coups sûrs donnés en sept manches. Il a notamment effectué très peu de lancers et jamais les Jackals n'ont pu réussir de claques de plus d'un but.

C'était la première fois qu'ils se faisaient blanchir depuis le 26 juillet.

«On a lancé un message avec notre bon départ, saluait Rusch. Par contre, rien n'est encore joué, leurs lanceurs excellent, il faudra se méfier pour la suite.»

Herrera le magicien

Pendant que Rusch endormait les frappeurs visiteurs, les cogneurs trifluviens s'assuraient de garder la foule bien allumée.

En septième, confrontés au releveur Donnie Joseph (un ancien des ligues majeures), les Oiseaux ont mis le match hors de portée des Jackals avec trois circuits, ceux de Jose Cuevas (2 pts) Kyle Lafrenz

(1 pt) et Javier Herrera, ce dernier sur un grand chelem au champ centre-gauche, sur les filets devant le tableau indicateur!

Il s'agissait sans surprise de l'une des claques les plus puissantes des dernières années au stade Fernand-Bédard.

«Je ne pense pas à ça, je suis juste heureux de la victoire. Je voulais trop en faire depuis quelques matchs et ça me jouait dans la tête», soumettait le numéro 13 dans l'après-match.

Son circuit a entraîné une hausse du niveau de décibels dans le stade. Ce niveau n'a probablement pas été atteint souvent ces dernières années encore une fois. Vraiment, il y avait toute une ambiance dans les estrades.

«C'est une des bonnes claques qu'on a vues au stade, concluait Laforest, à propos du circuit de Herrera. Pendant les pratiques, il va souvent par-dessus le filet!»

Dans l'autre vestiaire, Joe Calfapitera s'expliquait mal cette mauvaise sortie des siens, en

particulier du partant Brian Ernst, actif pendant seulement trois manches.

«On s'est mis dans le trouble rapidement. Je n'ai pas encore parlé aux gars, mais la victoire émotive contre Québec mardi a été spéciale. On a fait preuve de résilience toute l'année, j'ose croire qu'on va rebondir.»

Carnet de notes

Avec l'entrée de Sasha Lagarde et Simon Gravel en fin de match, les quatre Québécois des Aigles ont été utilisés mercredi soir, en ajoutant le travail des releveurs David Leblanc (huitième) et Philippe-Alexandre Valiquette (neuvième)...

Le gaucher Ryan Bollinger tentera de rebondir jeudi soir après son mauvais départ contre les Boulders en demi-finale. Il fera face à Gabriel Perez, troisième dans la rotation de Calfapietra, pour les Jackals.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer