Formula Drift: sur le podium avec ses idoles

Tomy Boisvert-Bellemare a pris le deuxième rang d'une... (Photo: Marc-Antoine Lacourse/Course Québec)

Agrandir

Tomy Boisvert-Bellemare a pris le deuxième rang d'une manche du Championnat mondial de Formula Drift.

Photo: Marc-Antoine Lacourse/Course Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Tomy Boisvert-Bellemare a réalisé l'une des plus belles performances de sa carrière en fin de semaine dernière. Et il a choisi l'événement idéal pour faire écarquiller les yeux, c'est-à-dire une manche du Championnat mondial de Formula Drift, qui aligne les meilleurs pilotes spécialistes du dérapage contrôlé.

Le Trifluvien, membre de l'équipe Backyard Builders Team, a surpris le petit monde de son sport automobile en terminant au deuxième rang de la compétition, présentée à l'Autodrome Saint-Eustache devant près de 10 000 personnes, dimanche et lundi.

Ce résultat a de quoi surprendre. Contrairement à plusieurs pilotes inscrits à l'événement, Boisvert-Bellemare ne mise pas sur l'appui de nombreux commanditaires. D'ailleurs, sur le podium, il était entouré de Fredric Aasbo (premier) et Matt Field (troisième), deux habitués des championnats américains et mondiaux.

«Je détonnais pas mal avec mon habit tout noir à côté de ces deux gars-là, financés par plein de compagnies», raconte en riant le héros du week-end, aussi éberlué que son entourage par sa prestation.

«J'ai perdu en finale contre le Norvégien Aasbo, le gars qui mène en ce moment le classement mondial de la drift. Je ne m'attendais pas à ça! Écoute, c'est un événement planétaire, les meilleurs étaient là. Moi, je faisais le voyage pour me pratiquer, recevoir des conseils et avoir du plaisir.»

Mais plus la fin de semaine avançait, plus Boisvert-Bellemare se sentait à l'aise. Il a notamment vaincu le vétéran japonais Robbie Nishida, provoquant l'euphorie dans la foule qui a tôt fait d'adopter le pilote de Trois-Rivières.

«Ma limite de HP avoisinait les 600. Mais les Aasbo et Field, entre autres, ça tournait entre 800 et 1000. Ils étaient plus rapides, mais on a poussé la machine (une Nissan Silvia S13) à fond!»

Il a aussi fallu que Boisvert-Bellemare soit convaincant pour atteindre la finale, car la drift est un sport jugé. «En plus, c'était des juges américains, qui sont considérés comme plus sévères que les nôtres.»

RENTRER DANS SON ARGENT

Tomy Boisvert-Bellemare a dû débourser 3000 $ afin de participer à la manche de Saint-Eustache et se frotter à ses idoles. Le chèque qu'on lui a remis, au terme de sa deuxième place au cumulatif, était également d'une somme de 3000 $. Bref, il peut parler d'une bonne affaire!

«Ça m'a coûté 1600 $ de pneus juste pour la fin de semaine, sourit-il. Mais ça en valait la peine. Je vais me préparer un dossier de commandites en vue de la prochaine saison. Il faut qu'on trouve de nouveaux partenaires, qu'on mobilise certaines personnes.»

Son coéquipier, Martin Langlois, a pour sa part été éliminé dans la première ronde éliminatoire après avoir connu des ennuis mécaniques. Il avait cependant connu son moment de gloire lors du Grand Prix de Trois-Rivières, se classant deuxième en plus d'encaisser 3000 $.

C'est donc une excellente saison qui se termine pour les deux comparses. Parions qu'ils ont pris goût au succès et qu'ils voudront récidiver en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer