Les Aigles accèdent aux séries éliminatoires

Pour la première fois de leur histoire, les... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Pour la première fois de leur histoire, les Aigles participeront aux séries éliminatoires.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Les Aigles n'ont pas perdu de temps face aux Champions à Ottawa. Avec un deuxième gain consécutif, 9-3 dimanche, ils se sont assurés d'une place en séries éliminatoires.

Il s'agira de la première fois de leur histoire que les Trifluviens participeront à la danse automnale.

«On savait qu'on avait une bonne équipe. On a eu des hauts et des bas, ç'a été une saison longue, mais on a été capable de devenir un ensemble et jouer comme on savait en être capable», a lancé le gérant Pierre-Luc Laforest, qui ne semblait pas douter des chances de son équipe de remporter les deux premiers duels face aux Champions.

«Je savais que les gars étaient crinqués, il y avait beaucoup d'énergie dans le vestiaire. Samedi, Matt (Rusch) était prêt et aujourd'hui (Ryan) Bollinger l'était aussi. Ça ne me surprend pas qu'on ait gagné les deux parties.»

Bollinger a en effet connu une solide sortie au monticule, ne donnant que quatre coups sûrs et aucun point aux locaux en sept manches de travail.  À l'image de la veille, les Aigles ont connu une grosse manche, la quatrième, face au lanceur Laetten Galbraith, dont la journée au monticule a été courte. Les Aigles ont frappé cinq simples avant qu'Eric Grabe n'enchaîne avec un triple pour prendre une avance de 5-0.

Puis, en cinquième, les protégés de Laforest ont joué avec le feu, quand Bollinger a rempli les coussins avec aucun retrait au tableau. Le partant trifluvien s'est sorti d'affaire en retirant les trois frappeurs suivants pour éteindre la menace. Les Champions avaient le moral dans les talons.

«Ç'a été le point décisif du match. Tout le monde a montré beaucoup de caractère et a élevé son jeu d'un cran. C'était une partie qui était difficile à perdre par la suite, parce que ça venait d'enfoncer le dernier clou dans leur cercueil», a analysé le gérant trifluvien, qui s'est fait expulsé de la rencontre après avoir dit sa façon de penser à l'officiel Tim McCaffrey.

Bollinger, qui n'a donné que cinq points à ses cinq derniers départs, était du même avis.

«Je voulais juste qu'un roulant soit frappé et peut-être obtenir un double jeu pour me sortir de la manche avec un ou deux points contre. Mais les choses ont tourné à ma faveur et le momentum a tourné à partir de ce moment. Nous avons été en mesure de construire à partir de ça.»

Daniel Mateo (3 cs, 4 pp), Pedro Lopez (3 en 5) et Javier Herrera (2 cs, 3 pm) ont connu une bonne après-midi de travail au stade RCGT.

Les Aigles amorceront leurs séries éliminatoires à domicile ce mercredi face aux Boulders de Rockland. Ils devront auparavant compléter leur calendrier régulier lundi, toujours à Ottawa.

«Ce sera plaisant pour nous d'enfin jouer sans pression. Les séries ne commencent que mercredi, mais comme les entraîneurs nous l'ont dit, ça fait depuis un mois que nous jouons comme si nous étions en séries», a conclu le lanceur vainqueur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer