• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Mathieu St-Pierre compte prendre part à la Classique l'an prochain 

Mathieu St-Pierre compte prendre part à la Classique l'an prochain

Mathieu St-Pierre compte prendre part à la Classique... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mathieu St-Pierre compte prendre part à la Classique internationale de canots de la Mauricie dès l'an prochain.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Ce n'est pas un secret, Mathieu St-Pierre carbure aux défis titanesques. Débordant de détermination, il compte d'ailleurs se taper les 200 kilomètres reliant La Tuque à Trois-Rivières dès l'an prochain. À l'aube de la 82e édition qui s'amorcera sans lui, le Shawiniganais a confirmé au Nouvelliste son intention de prendre le prochain départ de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

«J'ai encore le goût de faire la Classique. Si je peux être assez en forme, je vais y participer l'an prochain, c'est certain. Ça prendrait juste un coup de main pour les portages», lance-t-il avec une conviction inébranlable.

Il faut dire que St-Pierre n'a jamais arrêté de carburer au canot, malgré le grave accident de travail du 19 février qui le confine aujourd'hui à un fauteuil roulant. D'ailleurs, à peine trois mois après avoir failli laisser sa vie dans un secteur boisé de Saint-Élie-de-Caxton, il était de retour à bord d'un canot pour participer à une course du mercredi à Shawinigan en compagnie de Samuel Frigon.

Il s'agissait déjà là d'une remarquable preuve de courage compte tenu qu'une de ses vertèbres avait été pulvérisée lors de l'accident qui avait nécessité plusieurs délicates chirurgies.

Cependant, le courageux canotier a dû lever le pied à l'entraînement cet été après avoir poussé son corps à la limite, un peu trop rapidement. «J'ai eu une petite infection. Mon corps n'était pas prêt à recommencer aussi rapidement. Il a fallu que je m'ajuste.»

Néanmoins, cette semaine, lorsqu'il a appris que le duo de Steve Lajoie et Andrew Triebold allait rater le rendez-vous, il s'est mis à s'imaginer dans le même canot que le Québécois du redoutable duo.

«Je l'aurais pris haut la main, la place dans son canot. Mais j'ai seulement un mois d'entraînement, alors je ne peux pas penser faire la Classique cette année», a convenu celui qui rame souvent en compagnie de sa conjointe et fidèle complice, Julianne Morin.

Avec un an de préparation devant lui, St-Pierre se met maintenant à rêver de participer à toutes les épreuves de la Triple couronne de canot long parcours qui comprend la Classique mauricienne, la General Clinton Canoe Regatta (Cooperstown) et le AuSable River Canoe Marathon (Michigan).

«J'en veux toujours plus. Sur mon lit d'hôpital, je ne pensais pas refaire du canot un jour. Puis, j'ai recommencé l'entraînement avant de faire une première course. Dans ma tête, je veux encore battre Mathieu Pellerin et Guillaume Blais un jour et je vais travailler en conséquence pour y arriver. Présentement, ça fait trois semaines que je me sens vraiment bien et j'ai le goût de forcer.»

En tenant compte de sa force de caractère, difficile en effet de croire qu'il ne sera pas sur la ligne de départ pour la 83e édition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer