• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Privé de son partenaire, Steve Lajoie se désiste de la Classique de canots 

Privé de son partenaire, Steve Lajoie se désiste de la Classique de canots

Steve Lajoie (à droite, avec la coupe McCormick... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Steve Lajoie (à droite, avec la coupe McCormick dans les bras) et Andrew Triebold sont les champions de la Classique sans interruption depuis l'édition de 2008.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) Ceux qui rageaient contre le manque de suspense lors des dernières éditions de la Classique internationale de canots seront servis à souhait le week-end prochain! Champion depuis 2008, le duo formé de Steve Lajoie et Andy Triebold ne sera pas au départ de la 82e Classique, ce qui assure le couronnement de nouveaux monarques de la rivière Saint-Maurice.

C'est un simple conflit d'horaire professionnel qui a obligé Triebold à renoncer à son petit séjour annuel en Mauricie. Il a avisé son partenaire dès qu'il a su la mauvaise nouvelle mais à moins d'une semaine de l'événement, Lajoie n'a pas été en mesure de se dénicher le partenaire de remplacement idéal pour tout de même tenter sa chance.

«Andy a de nouvelles responsabilités au niveau professionnel, je respecte ça. Mais le timing est très mauvais. Rendu à ce point-ci, c'est presque impossible de dénicher un bon partenaire qui est libre. Alors je vais faire autre chose du prochain week-end», explique Lajoie, qui était en train de se magasiner un voyage de pêche au moment où il a retourné l'appel du Nouvelliste.

Bien sûr, Lajoie aura un pincement au coeur vendredi, quand tout l'univers nord-américain du canot long parcours se déplacera vers La Tuque. Mais tant qu'à se présenter sur l'eau avec un complice mal préparé, ou avec qui il n'a jamais ramé, il préfère rester loin de l'action.

«Les gens vont peut-être dire que c'est parce qu'il n'y a que la victoire qui m'intéresse. Or, ils n'auraient pas tout à fait tort! Je me suis entraîné tout l'été en vue de cette épreuve, je me vois mal aller sur l'eau en sachant que mes chances de victoire sont pratiquement nulles, qu'il faudrait que je m'arrache le coeur pour un top 5», confie-t-il.

«Changer de partenaire pour un événement comme la Classique, c'est délicat. Ça prend une chimie entre les gars, il faut tester ça avant! Et si tu t'embarques avec un gars qui a moins de millage dans les dernières semaines parce qu'il ne croyait pas faire la Classique, tu ne pourras être devant la parade. C'est plate, mais c'est la réalité.»

La porte n'est pas fermée...

Toutefois, Lajoie ne ferme pas totalement la porte. Si les circonstances font en sorte qu'un partenaire de qualité se libère dans les prochains jours, il étudiera le dossier sérieusement.

«Ça prendrait une blessure à un gars d'une équipe de tête, ou un bon canotier qui se libère pour une autre raison. Je ne souhaite ça à personne mais si ça arrive, on regardera si c'est possible. Sinon, je vais simplement passer mon tour. Avec le Michigan, où il y a beaucoup d'effervescence, la Classique c'est l'une de mes courses préférées parce que c'est chez nous! Mais bon, il y a des choses pires que ça dans la vie...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer