Gagné investirait dans le retour des Expos

Éric Gagné... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Éric Gagné

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Lorsqu'Éric Gagné a pris la décision de devenir l'un des propriétaires des Aigles de Trois-Rivières, il espérait raviver la flamme des Québécois envers le baseball et redonner aux jeunes. Après trois saisons, l'ancien des Dodgers vise maintenant les Ligues majeures, et c'est le cas de le dire. Il compte participer à un retour des Expos à Montréal.

Gagné, qui réside maintenant en Arizona, dit même compter sur un groupe d'investisseurs potentiels qui espèrent se joindre à l'aventure de Projet Baseball Montréal de Warren Cromartie. Des Québécois, mais aussi des Canadiens et Américains en font partie selon ses dires.

«C'est sûr que je vais m'impliquer, mais je ne sais pas encore à quel niveau. Soit je vais investir, mais ça peut être autre chose. Mais c'est sur à 100 % que je vais y être. J'ai un groupe prêt à bouger, et le niveau de son implication dépendra des études de marchés et plusieurs autres questions qui restent à répondre», souligne l'ancien gagnant du trophée Cy Young.

Gagné estime d'ailleurs la marche à suivre est celle empruntée par Québecor dans le dossier du retour des Nordiques à Québec. Il verrait bien une autre compagnie de télécommunications, Bell, se joindre à un potentiel groupe de propriétaires. Le modèle qu'il préconise ressemblerait en quelque sorte à celui adopté par les Expos lorsque Charles Bronfman avait vendu sa participation dans l'équipe, c'est-à-dire plusieurs actionnaires, et ce, même si le tout avait rapidement déraillé.

«Il n'y aura pas qu'un propriétaire, personne ne peut acheter l'équipe seul. Ce n'est pas grave d'être plusieurs, mais ça prend de bons propriétaires qui comprennent les réalités du marché. On est au Québec, à Montréal, pas à New York. Il y a plusieurs choses différentes à penser, dont le taux de change.

«J'aimerais avoir le plus de Québécois possible, mais si tu arrives avec un groupe, il peut avoir des gens de toutes les nationalités. En autant que le groupe est dirigé par un Québécois, je pense que ça va aller.»

Ce dernier est bien conscient des sommes requises pour assister à la résurrection du baseball dans la métropole. «On parle d'un peu moins d'un milliard $, ce qui n'inclut pas le stade.»

Gagné croit toutefois qu'il y a moyen d'être créatif afin de bâtir une nouvelle enceinte sportive à Montréal. Il cite d'ailleurs l'initiative du candidat conservateur dans Trois-Rivières, Dominic Therrien, qui souhaite utiliser le Programme des immigrants-investisseurs pour amasser cette somme. Ainsi, les immigrants fortunés paieraient le gouvernement en échange d'un statut de résident-permanent, et l'argent pourrait être destiné à la construction d'un nouveau au stade.

«Il faut être créatif et intelligent, c'est important. Mais je pense que (le retour du baseball) va arriver, il y a beaucoup de positivisme actuellement, même auprès des Ligues majeures.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer