Cataractes: le fruit est bien mûr

L'équipe des Cataractes peut faire mal à ses... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

L'équipe des Cataractes peut faire mal à ses rivaux de plusieurs façons.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) Les Cataractes entrent dans une nouvelle ère. Et ça sent la prospérité!

Terminée, en effet, l'époque où l'équipe devait miser sur un Marvin Cüpper au sommet de son art pour l'emporter. L'édition 2015-16, comme elle l'a montré jeudi dans une victoire de 5-2 face à l'Armada de Blainville-Boisbriand, peut faire mal à ses rivaux de bien des façons!

L'Armada ne s'est pas pointé au centre Gervais Auto en touriste. Joël Bouchard a beau diriger une bande de jeunes loups, ces derniers sont élevés dans l'intensité, la rapidité et l'exécution. Mais jeudi, il y avait décalage de talent à chacune des confrontations et sans un Samuel Montembeault spectaculaire entre ses poteaux, les dégâts auraient été beaucoup plus lourds.

À l'autre bout de la patinoire, Frederic Foulem n'a pas eu la vie trop difficile. Il voudrait certes revoir le tir qui a procuré un filet au Mauricien Guillaume Beaudoin mais sinon, il a paru en contrôle pour son premier départ devant ses nouveaux partisans.

À 200 pieds de lui, Montembeault a dû travailler pas mal plus dur pour garder son équipe dans le match. Giovanni Fiore a finalement rompu une égalité de 2-2 en fin de deuxième avec un but digne des bulletins télévisés et à partir de là, l'Armada n'a guère touché à la rondelle par la suite.

Outre Fiore, Dennis Yan, Gabriel Sylvestre, Alex Pawelczyk et Nicholas Welsh ont aussi battu le portier natif de Bécancour, testé à 28 reprises. Foulem a pour sa part stoppé 22 rondelles. «Ce fut une belle victoire d'équipe. À part quelques passages à vide, on a eu la contribution de tout le monde. On veut jouer à un haut tempo et pour réussir cela, ça prend de la constance dans notre jeu. Ce fut bien de ce côté», lançait Martin Bernard qui, comme les 800 spectacteurs réunis dans les gradins, a remarqué que Samuel Girard s'était amusé comme un petit fou en défense.

La tornade de Roberval a servi d'architecte sur le filet de Fiore, en plus de contrôler le jeu à chaque fois qu'il posait les lames sur la glace. S'il mesurait 6 pi 2 po et qu'il avait un nom russe, certains dépisteurs feraient des recherches pour authentifier son acte de naissance qui, je vous le rappelle, lui confère à peine 17 ans! «On voit qu'il joue avec beaucoup de confiance à l'heure actuelle. Il est bâti pour jouer dans notre style de jeu avec sa vitesse», soulignait le pilote des Cataractes.

Dans l'autre vestiaire, Joël Bouchard convenait que son équipe n'avait pas été en mesure de suivre les locaux durant toute la soirée. «On demande beaucoup à nos jeunes. Je n'ai pas détesté notre début de match. Mais on a craqué en fin de deuxième. On a eu deux autres blessés ce soir, les gars étaient affectés sur le banc. Et puis, on affrontait une équipe qui n'a perdu que quelques joueurs par rapport à l'an passé. Les Cataractes étaient plus organisés que nous, ça paraissait!»

Les deux clubs vont se mesurer à nouveau ce soir, cette fois du côté de Boisbriand. Martin Bernard va se priver des services d'Anthony Beauvillier et Dennis Yan, question d'expérimenter ce qui l'attend en début de saison alors que ses ténors offensifs seront retenus à des camps de la LNH. Il confiera le filet à Mikhail Denisov.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer