«Le nouveau processus est très rigoureux» - Gilles Courteau

Le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Le droit de veto territorial dans la LHJMQ en est véritablement à ses derniers milles. Le commissaire Gilles Courteau a confirmé les informations du Nouvelliste, qui expliquait lundi la nouvelle réglementation en voie de ratification pour remplacer le droit de veto, une décision prise afin de se conformer aux exigences du Bureau de la concurrence.

«À moins qu'il y ait un élément nouveau d'ici à la réunion, je ne vois pas pourquoi la nouvelle règle ne serait pas ratifiée», a expliqué le Trifluvien d'origine, fier du boulot abattu pour accoucher de cette nouvelle proposition.

«Il y a beaucoup de travail derrière ça. Le processus est rigoureux et très bien compris par nos équipes.»

Ceux qui espèrent le retour des Draveurs à Trois-Rivières avec ce changement important dans la constitution devraient toutefois attendre avant de sabrer le champagne.

«C'est de la pure spéculation à ce moment-ci. Premièrement, parce qu'aucune équipe n'a fait part de son désir d'être délocalisée. Et deuxièmement, parce qu'il n'y a pas de nouveau Colisée à Trois-Rivières», souligne Courteau, qui ne donne pas trop d'importance au groupe de promoteurs qui s'était montré intéressé à s'installer dans la cité de Laviolette il y a deux ans.

«Depuis deux ans, j'ai rencontré une dizaine de groupes qui ont le projet de ramener le projet sur la rive sud de Montréal. Comme à Trois-Rivières, il n'y a pas d'aréna, alors les démarches ne vont pas plus loin. Dans le cas précis du groupe qui s'était manifesté pour Trois-Rivières, je n'ai plus jamais eu d'autres nouvelles. Je ne peux pas dire s'il est encore intéressé.»

Le commissaire a un dossier plus urgent à traiter, alors que le torchon brûle entre les élus municipaux de Gatineau et les Olympiques. Courteau entend s'impliquer pour contribuer à trouver un terrain d'entente.

«Le maire de Gatineau a été très clair par résolution, le bulldozer va passer sur l'aréna Robert Guertin après la saison 2016-17. Ça nous donne deux ans et demi pour trouver une solution. Et il faut en trouver une, car Gatineau représente un marché très important dans notre ligue. Je n'ai pas l'intention de le laisser aller sans m'impliquer pour dénouer l'impasse.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer