Au tour de Grabe de jouer les héros

Jose Cuevas a réussi un attrapé en hauteur... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Jose Cuevas a réussi un attrapé en hauteur lors d'un jeu sur les buts.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Liquidés en trois petites manches la veille dans un match à sens unique, les Aigles de Trois-Rivières ont rebondi avec panache mardi soir au stade Fernand-Bédard avec une victoire de 3-2 chèrement acquise en fin de neuvième manche aux dépens des Goldeyes de Winnipeg, gracieuseté d'Eric Grabe.

Après Sasha Lagarde vendredi dernier, c'était au tour du troisième-but des Oiseaux d'être assailli par ses coéquipiers au terme de la rencontre en guise de célébrations. Après avoir créé l'égalité en septième manche avec un ballon sacrifice, Grabe a frappé le coup sûr gagnant - une faible claque au sol dont personne ne voulait à l'avant-champ chez les Goldeyes - qui a permis à Jose Cuevas de croiser le marbre depuis le troisième coussin sous les applaudissements nourris des 1639 spectateurs présents.

«Ce n'était pas mon plus beau contact, mais il a fait le boulot!, a rigolé Grabe après la rencontre. Ça fait du bien d'aller chercher la victoire.»

Cette séquence victorieuse suivait une véritable bourde en défensive des Goldeyes qui a ouvert la porte aux favoris locaux à leur dernier tour au bâton. Sur un faible roulant frappé par Cuevas le long de la ligne du premier but, Casey Haerther a laissé filé la balle qui avait toutes les apparences d'un retrait facile, croyant plutôt qu'elle était en dehors des limites. Or, l'officiel en a décidé autrement, si bien que Cuevas a eu le temps d'atteindre le deuxième but aisément.

Pour Grabe, le coup sûr gagnant s'avérait une belle réplique aux Goldeyes qui avaient précédemment offert une passe gratuite intentionnelle à Kyle Lafrenz pour affronter le neuvième frappeur de l'alignement des Aigles. «Quand j'ai vu la stratégie qu'ils employaient, j'ai souri. Je me suis dit d'aller simplement m'amuser au bâton et tout a bien fonctionné», a dit le héros du match.

Bien conscient que la dernière séquence n'avait rien d'un jeu de la semaine, le gérant Pierre-Luc Laforest était bien heureux de voir Grabe sceller l'issue du match. «Grabe a toujours de très bonnes apparitions au bâton et il met la balle en jeu. Depuis trois semaines, il a monté son jeu d'un cran. Ce soir, il a simplement placé la balle en jeu et tout peut arriver quand tu fais ça.»

En plus de Grabe qui a su s'élever au-dessus de la mêlée au moment opportun, Javier Herrera a fait résonner son bâton avec un deuxième circuit en autant de soir contre Winnipeg.

C'est tout ce dont Mike Bradstreet et le trio de relève (David Leblanc, Edilson Alvarez et Kaohi Downing) ont eu besoin pour aller chercher cette victoire.

Avec une saison en dents de scie, Bradstreet s'est montré sous son meilleur jour hier, limitant les puissants frappeurs des Goldeyes à deux points en six manches malgré neuf coups sûrs. Seul Casey Haerther lui a fait regretter un tir qui s'est retrouvé à l'extérieur des limites du terrain en sixième manche.

Le droitier des Aigles a particulièrement brillé en se sortant d'impasse à deux occasions alors que les coussins étaient tous occupés, en quatrième et sixième.

«Bradstreet avait besoin de se sortir de situations difficiles pour reprendre confiance. Il a eu une grosse sortie et on en avait besoin!», s'est exclamé Laforest.

Malgré cette victoire, les Aigles (36-41) n'ont pas été en mesure de rétrécir l'écart avec les Champions d'Ottawa (37-40) au classement général puisque ces derniers ont eu le meilleur 5-4 en 10 manches devant les Jackals du New Jersey. La formation d'expansion ottavienne possède toujours un match d'avance sur les Trifluviens, au quatrième rang de la Ligue Can-Am. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer