Des Jeux parapanams payants pour Charles Moreau

Charles Moreau a décroché deux médailles de bronze... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Charles Moreau a décroché deux médailles de bronze aux Jeux parapanaméricains en cyclisme. Son collègue canadien Mark Ledo, à droite, l'a devancé pour l'or en course sur route.

Photo: courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Charles Moreau est un peu plus lourd depuis quelques jours, plus lourd de deux médailles de bronze. Le paracycliste trifluvien a connu deux excellentes sorties aux Jeux parapanaméricains à Toronto.

Aux lendemains des cérémonies d'ouverture de l'événement, Moreau était en piste pour l'épreuve sur route en compagnie de son coéquipier canadien Mark Ledo. Les deux hommes se sont suivis durant toute l'épreuve et Moreau croyait bien s'en tirer avec l'argent, jusqu'à ce que l'Américain William Lachenauer lui joue un bien mauvais tour.

«Je m'attendais à remporter l'argent, mais j'ai commencé mon sprint trop tôt. Pourtant, chaque fois que Ledo et moi on partait en échappée, on le larguait, mais il revenait nous chercher. Si j'avais commencé mon sprint avec 200 m au lieu de 400, j'aurais été correct. Ça s'est terminé au photo-finish.»

Quelque peu déçu de sa médaille de bronze, Moreau est revenu à la charge jeudi dernier, cette fois au contre-la-montre, en décrochant une troisième place qu'il avoue surprenante, puisqu'il ne s'y en attendait pas du tout. Il faut comprendre que dans cette course, les participants sont classés selon leur handicap, et leurs chronos sont ajustés en fonction.

«J'ai fini troisième malgré la factorisation, mais aussi premier dans ma catégorie (H-3) et devant tous les H-4, explique-t-il. C'était ma meilleure moyenne de vitesse à vie, mais aussi ma meilleure moyenne de wattage sur un 20 minutes. En plus, le niveau de fatigue est bon. C'est cool!»

Ces performances viennent en quelque sorte mettre un baume sur le difficile Championnat du monde qu'a vécu Moreau à Nottwil en Suisse. Une sortie de piste en course sur route l'a relégué au septième rang, alors qu'au contre-la-montre, une distraction lui a fait emprunter le mauvais chemin, le retardant de plusieurs longues secondes qui l'ont fait terminer au huitième échelon.

Direction Rio

À l'âge de 33 ans, Moreau est encore en pleine progression dans le monde du paracyclisme et, à moins d'un changement de dernière minute, pourra continuer de se prouver lors de l'épreuve de la Coupe du monde à Pietermaritzburg en Afrique du Sud à la mi-septembre. Les points qu'il accumule présentement devraient lui être utile afin d'obtenir sa qualification en vue des Jeux paralympiques de Rio.

«C'est mon gros objectif depuis 2-3 ans. On ne peut rien confirmer jusqu'à présent, mais ça regarde très bien. Avec mes troisièmes et quatrièmes positions en Coupe du monde, mes coachs savent que je suis dans la game, surtout que je suis en progression.»

Moreau devrait être fixé en mai à ce sujet, mais la bonne nouvelle est que, grâce à une récolte de 14 médailles aux Jeux parapanaméricains, en comparaison à 10 au Mexique en 2011, le Canada se positionne bien pour pouvoir compter sur une délégation plus imposante à Rio, ce qui ne peut qu'aider le Trifluvien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer